Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

à propos du

Projet de résolution pour le renforcement de la protection des salariés contre le mobbing et la répression des lanceurs d’alerte

par Yasmine Motarjemi invitée à s’exprimer à

mardi 28 mai 2019 par Claude REYMOND

L’Assemblée des délégués de L’Union Syndicale Suisse (USS)

Berne, le 24 mai 2019

Projet de résolution pour le renforcement de la protection des salariés contre le mobbing et la répression des lanceurs d’alerte

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Je voudrai vous parler de la violence au travail, un problème qui touche une proportion importante de la population active et leur famille, ainsi que les droits des salariés (voir Annex 1 - La lettre à M. Pierre-Yves Maillard).

Mais, permettez-moi d’abord de vous remercier pour m’avoir invitée à votre assemblée et pour m’avoir accordé la parole. Pour moi, c’est une grande satisfaction de voir que nos cris de cœur ont été entendus. Il n’est guère de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir (Albert Camus).

De nombreuses personnes m’ont demandé la raison pour laquelle je suis restée avec mon employeur alors qu’il me harcelait. Un harcèlement sévère et soutenu qui a duré 4 années ! Les raisons sont multiples. Une des raisons était que, au cours de mon travail, j’avais confronté deux problèmes majeurs de santé publique. Un était les défaillances dans le domaine de la sécurité des aliments et un autre le harcèlement que je subissais et qui m’empêchait de faire mon travail. En tant que profes-sionnel de santé publique, il était de mon devoir de rester et de me battre pour corriger la situation en interne. Après mon licenciement, j’ai partagé mon histoire pour soulever la problématique au sein de la société, sensibiliser les professionnels afin de renforcer la protection des lanceurs d’alerte, des syndicalistes ou tout autre employé (Annex 2).

Alors, vous pouvez comprendre ma joie aujourd’hui de voir qu’enfin mon travail, en collaboration avec Mesdames Guttmann et Schönenberger ainsi que d’autres victimes, n’a pas été inutile et que sous la présidence de M. Maillard, avec la bienveillance de Monsieur René Simon-Meyer et votre soutien, on prend un pas important vers une meilleure protection des employés et par ce biais la société. Car, ni les citoyens suisses, ni tout autre être humain, méritent d’être maltraités pour ses opinions. Avec une résolution, nous apportons de l’espoir aux victimes abusées au travail : l’espoir que leur souffrance n’aura pas été vaine et qu’elles ont été entendues pas les syndicats.

Mesdames et Monsieur, le monde dont nous faisons partie change, et il change rapidement. Les syndicalistes et les lanceurs d’alerte mènent le même combat. La Commission européenne vient d’adopter de nouvelles directives pour la protection des lanceurs d ’alerte. Une dizaine de pays européens ont déjà une loi pour la protection des lanceurs d’alerte. L’Australie vient également d’adopter une loi. Aussi bien des grands pays comme les Etats-Unis que des petits pays comme Taiwan ont des lois. Bientôt, pour les échanges commerciaux des produits de consommation, la protection des lanceurs d’alerte sera exigée. À l’OIT, on a mis la Suisse sur la liste noire pour son manque de liberté syndicale. Nous sommes à la queue du peloton concernant le respect des droits des employés alors que notre pays bénéficie d’un des meilleurs systèmes démocratiques du monde. Il est donc urgent de prendre des actions, de faire respecter les droits humains et les droits des employés, qu’ils soient syndicalistes, lanceurs d’alerte ou de simples salariés.

Au fait, quels sont les droits des employés ? A moi, pendant 10 ans, on a refusé un cahier des charges et de définir mes responsabilités. On m’a attaquée en justice pour avoir révélé la cause de mon licenciement et l’objet de mon procès.

En référence à la mobilisation des femmes pour défendre leurs droits (la grève du 14 juin), j’espère que les femmes, vous les mères, les sœurs, les filles, vous allez également vous battre pour la protection des employés contre le harcèlement, le mobbing. Cette violence psychique est l’ultime forme de manque de respect que vous réclamez dans le cadre de votre campagne. Même si la problématique touche les femmes et les hommes, une majorité des cas rapportés sont des femmes. Quand cette violence est exercée sur les lanceurs d’alerte, ceux qui essaient de vous protéger, protéger votre famille, ce sont vos intérêts qui sont en danger.

Nous les femmes, nous revendiquons des droits. Mais, savez-vous ce qui se passe quand vos droits sont violés ? Malgré l’existence des lois, certains employeurs qui se voient au-dessus des lois n’hésiteront pas à violer vos droits et la justice leur donnera raison. C’est ainsi que malgré que le tribunal a confirmé mon harcèlement, il a déclaré que Nestlé n’a rien fait d’illégal. En d’autres termes, selon le jugement que j ’a reçu, en Suisse, le harcèlement peut se faire en toute impunité (Annex 2-l article du journal Le Courrier du 28 février 2019).

Alors, nous souhaitons vous proposer une
résolution pour renforcer la protection des employés, des lanceurs d’alerte et les syndicalistes. A cette fin, le secrétariat de l’USS a préparé une proposition de résolution. Une autre résolution a été proposée par la CGAS sur la base de l’analyse) de l’expérience des victimes (Annex 3). Elles sont différentes. Pour aller en avant, je propose de former un groupe de travail et faire une nouvelle proposition sur la base de ces deux textes.

Je vous remercie pour votre attention.

Yasmine Motarjemi

Ancienne Directrice de la sécurité des aliments, Nestlé

PS:

Annex 2

English :
• A battle in the name of food safety, public health and human rights. Acceptance speech at the European Parliament at the occasion of the Award For Journalists, Whistleblowers, And Defenders of The Right To Information. 16th April 2019 https://www.w-t-w.org/en/award-for-journalists-whistleblowers-and-defenders-of-the-right-to-information/

• The #MeToo movement, whistleblowing & leadership failure. Global Geneva Magazine, June 4, 2018 https://www.global-geneva.com/the-metoo-movement-whistleblowing-leadership-failure/

• A letter to the CEO of Nestlé, Mark-Ulf Schneider. Global Geneva Magazine, June 4, 2018. http://www.global-geneva.com/nestle-whistleblower-letter-to-company-ceo-ulf-mark-schneider/
Français :

• Un combat au nom de la sécurité des aliments, santé publique et les droits humains. Traduction du discours donné le 16 avril 2019 au Parlement européen à l’occasion du prix des journalistes, des lanceurs d’alerte et les défenseurs du droit à l’information. http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2019/04/18/mme-yasmine-motarjemi-lanceuse-d-alerte-a-recu-un-prix-pour-298387.html

• Des citoyens qui changent le monde : Yasmine Motarjemi, seule contre Nestlé. France Culture. Mai 2017. https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-6-yasmine-motarjemi-seule-contre

• Dans les coulisses d’une plainte pour harcèlement contre Nestlé, La Cité, 21 décembre 2012 https://www.lacite.info/economietxt/2012/12/21/dans-les-coulisses-dune-plainte-pour-harcelement-contre-nestle

• Seule face à Nestlé. Passeur d’alertes. Juillet 2016. https://passeurdalertes.org/2016/12/07/interview-exclusive-yasmine-motarjemi-seule-face-a-nestle/

• Affaire Nestlé : « Ce mobbing visait à me faire taire » Le Courrier, 28 février 2019, https://lecourrier.ch/2019/02/28/affaire-nestle-ce-mobbing-visait-a-me-faire-taire/

German :
• Allein gegen Nestlé : Kampf gegen Grosskonzern Annabelle. December 2015. https://www.annabelle.ch/leben/gesellschaft/allein-gegen-nestl%C3%A9-kampf-gegen-grosskonzern-40840




Derniers articles