Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

CFF-Cargo = 3 avril 2008 comité de soutien à 20h15

lundi 31 mars 2008 par Claude REYMOND

Comité de soutien genevois aux grévistes de CFF-Cargo SA à Bellinzone

Chers Ami-e-s, Collègues, Camarades...

Nous vous informons/rappelons qu’une réunion de notre comité de soutien genevois se tiendra...

JEUDI 3 AVRIL 2008 à 20h15

dans les locaux du SIT (14 Chaudronniers)

Elle est bien sûr ouverte non seulement aux représentant-e-s des organisations qui veulent y participer , mais à toutes les personnes qui désirent s’engager dans la solidarité avec nos collègues en lutte.

Pour mémoire/info, le tract de la semaine passée avec la liste (non-fermée) des organisations qui ont soutenu, dans un premier temps, la double initiative, prise en urgence, d’un rassemblement devant la gare de Cornavin MER. 26 et d’une soirée de solidarité JEU. 27 mars à la Maison des Associations avec deux membres du comité de grève.

• Du matériel de soutien à vendre/diffuser (badges/cartes postales/drapeaux) est en dépôt auprès du SIT. (Resp. Giangio Gargantini)

MERCREDI 2 AVRIL au Café Gervaise

(4bis Bd James-Fazy) dès 18h30 aura lieu un...

SOUPER de SOUTIEN aux grévistes de CFF Gargo

L’intégralité de la recette sera versée au fond de lutte de nos camarades tessinois !

PS:

CFF/CFF Cargo : La grève se poursuit à Bellinzone
Manifestation 8000 personnes dans la rue...
ats/rp (AWP/31 mars 2008 06h34)
Bellinzone (AWP/ats) - La grève se poursuivra dans les ateliers CFF Cargo de Bellinzone pour une quatrième semaine. Au terme d’une assemblée à huis clos, les 430 travailleurs des ateliers CFF de Bellinzone ont décidé dimanche, à l’unanimité, de reconduire leur mouvement.

Dans une résolution, ils demandent des "garanties minimales" pour "reprendre le dialogue". Pour la première fois depuis le début de leur grève, les ouvriers n’ont pas admis la présence de la presse à leur assemblée : "Ceci pour ne pas être influencés et décider librement des mesures à prendre", a dit Gianni Frizzo, président du comité de grève.

A l’unanimité, les grévistes ont voté une résolution par laquelle ils "prennent acte de la décision unilatérale des CFF d’interrompre les négociations." Ils se disent "prêts à reprendre le dialogue à condition que leurs demandes soient prises en considération."

Pour eux, les propositions des CFF sont inacceptables. L’assemblée demande le retour à la situation en vigueur jusqu’au 6 mars, soit "la manutention à Bellinzone de toutes les locomotives, 571 engins au total au lieu des 101 offerts par les CFF, le maintien de la manutention des wagons et de l’effectif actuel."

Les propositions des CFF prévoient elles le maintien à Bellinzone de 62 des 126 postes dans le domaine de l’entretien lourd des locomotives, et ce jusqu’à fin 2012. Le porte-parole des CFF Roland Binz a ajouté en soirée que les CFF restent ouverts au dialogue afin de trouver des solutions, tout en appelant les grévistes à mettre fin rapidement à leur "action illégale".

Enfin, l’assemblée a voté le lancement d’une initiative populaire cantonale. Celle-ci doit être déposée lundi à la Chancellerie d’Etat à Bellinzone. Elle demande la création d’un pôle technologique-industriel dans le secteur des transports et du matériel roulant (PTI). La zone en question pourrait être érigée sur le site actuel des ateliers.

Une manifestation de soutien s’est déroulée à la suite de la réunion à Bellinzone. A l’appel des grévistes, 8000 personnes ont défilé dans les rues du chef-lieu tessinois, selon les estimations de la police.

Aux cris de "bas les pattes des ateliers", "résister, résister, résister" et "le Tessin n’est pas un centre de démolition", les grévistes soutenus par une foule nombreuse ont formé un cortège coloré et bruyant mais pacifique.

Samedi, la direction des CFF a annulé une réunion prévue à Lucerne avec les grévistes suite au rejet de ses propositions. Les CFF ne voient aucune raison de poursuivre les discussions à ce stade, ont-ils fait savoir.

Pour le président du conseil d’administration des CFF Thierry Lalive D’Epinay, la marge de manoeuvre dans les discussions préalables aux négociations avec les grévistes de CFF Cargo est épuisée. L’offre de la direction est "sur la table" et elle est valable jusqu’à lundi soir, a-t-il rappelé samedi dans un communiqué.

Quant à Moritz Leuenberger, il ne négociera pas directement avec les grévistes de CFF Cargo, comme ceux-ci l’ont demandé. Dans un communiqué, le ministre des transports explique que les compétences entre les CFF et lui en tant que chef du DETEC sont réglées dans la loi.




Derniers articles