Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Un large front lance la campagne contre le projet néfaste de traversée de la rade

jeudi 28 août 2014 par Claude REYMOND

Le 21 août 2014 le comité NON à la traversée de la rade tenait une conférence de presse aux Bains des Pâquis. Les associations environnementales, dont l’ATE et actif-trafiC, des associations de quartier (Survap-Pâquis, Eaux-Vives), PS, Verts, solidarités et Parti Pirate, ainsi que divers groupes (Amis de la Plage des Eaux-Vives, Usagers des Bains des Pâquis, Action Patrimoine Vivant, etc.) s’unissent sous la bannière d’un comité unitaire.

De nombreux arguments, du point de vue de la mobilité, de l’environnement, des finances ainsi que des associations des quartiers riverains ont été invoqués pour dénoncer les dangers du projet de traversée de la rade (IN 152 de l’UDC) soumise en votation le 28 septembre.

Ainsi, sur le plan de la mobilité, le tunnel entraînera un surcroît de trafic important au centre-ville avec “+ 50% sur l’avenue de France et +40% sur la rue de Lausanne, selon la Direction générale des Transports”, rappelle Thomas Wenger, président de la section genevoise de l’ATE. “De plus, les bouchons dans les tunnels posent de graves problèmes de sécurité : le trafic va donc être retenu de part et d’autre, engorgeant encore plus les quais !”, renchérit Thibault Schneeberger, d’actif-trafiC. “Les choses ne vont pas bouger, mais boucher encore plus !”, scande Isabelle Brunier, de l’association Vivre aux Eaux-Vives.

“Sur le plan environnemental, outre les nuisances liées au surcroît de trafic (pollution de l’air et bruit), le projet aura un impact considérable en touchant la nappe phréatique et donc la réserve d’eau potable de toute la région. De plus, la rade, fortement investie par les Genevois pour leurs loisirs, et très prisée par les touristes, serait défigurée”, dénonce la présidente des Verts, Lisa Mazzone.

Le coût aussi est rédhibitoire : quelques 1.5 milliards estimés aujourd’hui, mais la facture grimpera certainement encore. Alors que l’on invoque régulièrement la dette du canton (12 milliards) pour réduire les dépenses publiques, ce projet de traversée néfaste et inutile absorberait l’équivalent du montant nécessaire à la construction de 18 écoles, la construction de 3000 logements ou la prolongation de 4 lignes de tram ! “Ce projet va engloutir l’argent nécessaire à d’autres infrastructures indispensables en matière de transport comme le développement du réseau de trams et de RER, la gare souterraine de Cornavin ou encore la mise en oeuvre de l’initiative pour la mobilité douce” dénonce Jean Berthet, du PS.

Les habitants les quartiers les plus touchés, les Pâquis et les Eaux-Vives ne sont pas en reste et s’inquiètent de l’impact sur le paysage, sur la santé et la sécurité des habitants. Ainsi, Luc Gilly de Survap dénonce un “projet absurde qui va générer un surcroît de trafic et d’engorgement aux Pâquis”.

Pour plus d’informations :
Thomas Wenger, président de l’ATE Genève, 079 476 69 45
Thibault Schneeberger, co-secrétaire d’actif-trafiC, 079 781 42 36
Lisa Mazzone, présidente des Verts, 077 404 16 08

www.non-traversee-rade.ch

PS:

Comité « Non à la traversée de la rade »
actif-trafiC, ATE, Les Amis de la Plage des Eaux-Vives, Association des usagers des Bains des Pâquis (AUBP), Survap (Association des habitants des Pâquis), Association des habitants des Eaux-Vives, Action Patrimoine Vivant, Citrap, DAL, Ensemble à Gauche, Jeunesse Socialiste, Parti Socialiste, Les Pâquis Sont à la Rue, Pro Velo, Mobilité Piétonne, Réseau Objection de Croissance, solidaritéS, Les Verts, Parti Pirate, SYNA…




titre documents joints

Derniers articles