Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Genève, le 10 décembre 2012

Projet ConvergenceS : position et revendications du personnel

lundi 10 décembre 2012 par _information fournie par la composante

Par ce communiqué, le personnel du service de sécurité de l’aéroport de Genève (SSA) souhaite dénoncer fermement la situation qu’il vit actuellement et porter à votre attention son fort mécontentement ainsi que ses revendications légitimes.

Le SSP déplore tout particulièrement l’ambiance délétère qui entoure le projet ConvergenceS et l’attitude de Genève Aéroport qui sacrifie son personnel pour un contrat de prestation au rabais.

En effet, comme vous le savez, voilà plus de trois ans que la Ville de Genève (VdG), Genève Aéroport (GA) et les collaborateurs du SSA travaillent de concert, dans le cadre du projet ConvergenceS, au transfert du service des sapeurs-pompiers de GA à la Ville de Genève. Le personnel dans son ensemble s’est fortement investi dans la réflexion et la réalisation de cette fusion qui apporte une excellente solution tant du point de vue des prestations à la population que de celui des employés.

Ce projet, soutenu par l’ensemble du corps du SSA, représente une avancée forte dans l’amélioration du dispositif de lutte contre les incendies et le sauvetage de personnes. L’engagement constant des professionnels dans la perspective de garantir de manière optimale la sécurité et le bien-être de la population genevoise a été salué à plusieurs reprises.

Malheureusement, les conditions du transfert se dégradent peu à peu pour les collaborateurs du SSA. En effet, alors que tout semblait pouvoir se régler dans un dialogue constructif, plusieurs événements alertent le personnel sur les réelles intentions des mandants du projet. Les éléments suivants font craindre un transfert au rabais du personnel du SSA.

Tout d’abord, GA cherche à diminuer le coût du transfert et les charges du futur contrat de prestations en réduisant progressivement l’effectif de son service de sécurité. En ne remplaçant pas les départs de personnel, GA espère ainsi réduire le nombre d’employés afin de négocier des coûts amoindris avec la Ville. Cette manoeuvre a pour conséquence la péjoration des conditions de travail actuelles et futures en intensifiant la charge de travail. De plus, la direction de l’Aéroport ne souhaite pas entrer en matière sur la facturation des futures conditions de travail du personnel du SSA dans le contrat de prestations. En d’autres termes, elle refuse de payer pour la cessation d’activité à 57 ans et les autres prestations sociales prévues par le Statut de la Ville de Genève.

De plus, lors des débats qui ont animé la construction de ce projet ConvergenceS, le personnel du SSA avait initialement posé une condition simple pour y adhérer, à savoir une équité de traitement avec les collaborateurs du SIS. La prévoyance professionnelle et les salaires intégraient naturellement cette revendication légitime. A ce propos, dans son rapport sur le PR-960A du 18 juin 2012, le Conseil municipal de la Ville de Genève charge le Conseil administratif de « Garantir le meilleur niveau des prestations salariales et sociales pour les personnels des deux corps une fois la fusion effectuée ».

Le personnel est obligé, à regret, de considérer que les mandants du projet ne répondent pas aux interpellations et ne semblent pas vouloir entrer en matière sur la mise à niveau des rentes de prévoyance vieillesse du personnel du SSA.

Or, les différences entre les plans de prévoyance de la CAP (SIS) et de la CIA (SSA), provoqueraient, en cas de fusion des deux services, de grandes disparités au niveau des rentes de vieillesse. Une égalité de traitement doit être garantie au sein du futur Service de protection et de sauvetage de Genève (SPSG) et ce principe juridique s’applique en plein au droit de la fonction publique. Pour la cohésion du groupe, il doit se traduire au travers d’un objectif commun des prestations de retraite : « à carrières égales, rentes égales et à carrières complètes d’assurés (SIS ou SSA), rentes pleines ! » Sachant que les plans CAP doivent être intégralement renégociés d’ici le 1er janvier 2014, comment pourrions-nous imaginer une telle inéquité initiale ?

Cette revendication est loin d’être irréaliste puisqu’en 2008, la ville de Zürich, dans le cadre d’une fusion similaire, soucieuse de garantir au personnel unifié des prestations sociales équitables, a financé l’égalisation à 100% des rentes de la caisse de pension, car le personnel de l’aéroport de Zürich présentait une sous- couverture de prévoyance en regard de leurs confrères de la ville. Les autorités en charge de cette fusion avaient ainsi considéré d’emblée le principe incontournable d’une égalité de traitement au sein du nouveau corps « Schutz und Rettung ».

Il s’agit également de rappeler que les métiers que les employés du SSA exercent sont physiquement et psychologiquement exigeants et éprouvants, c’est pourquoi il est capital que leurs conditions sociales et statutaires les placent dans les meilleures dispositions possibles, afin d’assurer de façon pérenne leurs missions de sécurité en faveur des citoyens genevois.
En conséquence cette situation incohérente, tant pour le personnel du SSA, qui a le sentiment d’être peu considéré et reconnu, que pour l’avenir du projet ConvergenceS, a forcé l’Assemblée générale du personnel du SSA à voter à l’unanimité la tenue de cette conférence de presse afin de rendre publiques ses revendications.

Le personnel dénonce clairement le processus d’amaigrissement des forces du SSA que GA mène actuellement et son refus de discuter les coûts des modifications des prestations sociales du personnel. Il demande notamment que M. Deillon et Mme Rochat s’engagent à favoriser une fusion digne de Genève.

Le SSA s’oppose fermement à la non-entrée en matière des différents acteurs du projet, concernant la problématique de la prévoyance professionnelle et estime qu’il est indispensable pour permettre une fusion correcte des deux corps que les mandants s’engagent à traiter le personnel de manière équitable et juste. Le Conseil d’Etat par l’intermédiaire de M. Longchamp et de M. Maudet, ainsi que la Ville de Genève par M. Pagani doivent s’assurer qu’une issue sur cette question puisse être trouvée et que les coûts soient absorbés par le projet.

Dès lors, les employés du SSA et le syndicat des services publics (SSP) demandent que les mandants du projet respectent leurs engagements et qu’ils :

  • garantissent la mise à niveau des rentes vieillesse du personnel du SSA ;
  • garantissent des prestations sociales équitables à l’ensemble des deux corps SIS et SSA ;
  • cessent toute réduction des effectifs du personnel afin de maintenir l’efficacité du service

Dans le cas où le personnel n’obtiendrait pas satisfaction, il se réserve tous les moyens de lutte à sa disposition afin de faire valoir sa position.

Pour le personnel du SSA et le SSP :
Pablo Cruchon
Secrétaire syndical SSP-VPOD
6, rue des Terreaux-du-Temple 1201 Genève
079/800.68.73


Derniers articles