Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Grève des laborant-ine-s et des nettoyeur-euse-s HUG

manifestation jeudi 1er décembre dès 15h30

Pas d’entrée en matière du Conseil d’Etat : la grève continue

jeudi 1er décembre 2011 par _information fournie par la composante

Un refus incompréhensible du Conseil d’Etat

Suite aux discussions menées lundi avec Messieurs Unger et Gruson, les grévistes attendaient aujourd’hui la réponse du Conseil d’Etat sur les propositions faites à cette occasion. C’est avec stupeur et colère qu’ils-elles ont appris ce midi que le Conseil d’Etat leur adressait une fin de non-recevoir.

Des propositions raisonnables

L’incompréhension des grévistes est d’autant plus grande qu’ils-elles avaient fait un grand pas en direction du Conseil d’Etat. Entendant les difficultés que pouvait représenter une réévaluation de fonction dans un contexte budgétaire très défavorable, les laborant-ine-s et les nettoyeur-euse-s ont en effet retranché de leurs revendications l’essentiel de ce qui pouvait générer des coûts salariaux. La question de la reconnaissance étant centrale, ils-elles ont proposé que les classes de fonction qu’ils revendiquent leur soient accordées sans appliquer le coulissement légal, et que leur salaire actuel soit simplement passé dans la nouvelle classe de fonction. De la sorte, la reconnaissance professionnelle de ces métiers qui demandent depuis longtemps une meilleure considération n’aurait que peu d’incidence budgétaire.

Pas de démobilisation

Au vu de ce refus incompréhensible, après vingt jours de grève, la détermination des grévistes est d’autant plus grande. L’employeur ne pourra effectivement pas refuser indéfiniment toute négociation.

C’est pourquoi l’Assemblée de ce jour a décidé de se rendre demain au Grand Conseil pour venir soutenir la résolution déposée par les partis de l’alternative demandant instamment au Conseil d’Etat d’ouvrir des négociations. Les grévistes et ceux et celles qui les soutiennent partiront de l’hôpital à 16h00. Tous les collègues sont invité-e-s à manifester leur solidarité avec les laborant-ine-s et les netoyeur-euse-s qui ne font que revendiquer la reconnaissance de leur travail.



Derniers articles