Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Nouvelle loi sur le chômage : quand le sort s’abat sur le plus jeune

Occupation par un groupe de jeunes des bureaux du chômage aux Acacias

vendredi 1er avril 2011 par Claude REYMOND

Vous connaissez la chanson : l’histoire est celle d’un petit navire, qui n’a que très peu navigué
(ohé-ohé !). Quand le poisson vient à manquer, les marins tirent à la courte-paille pour savoir
qui de l’équipage sera mangé. Par malheur, le sort tombe sur le plus jeune. Et pendant que
les autres en toute indécence délibèrent sur la sauce et la cuisson, le mousse grimpe en haut
du mât… mais ne voit que flots, flots, flots de tous côtés.

Si la 4e révision de la LACI, votée par la majorité du peuple Suisse malgré le référendum des
syndicats, accroît la pression sur l’ensemble des travailleuses et des travailleurs, elle place
surtout les jeunes dans l’oeil du cyclone. Un arsenal de mesures vient ainsi d’être adopté
pour les éduquer aux bas salaires, à la flexibilité et à la docilité vis-à-vis de leurs patrons ou
futurs patrons.

Avec le chômage structurel, le moment du passage à l’emploi est particulièrement délicat,
les employeurs favorisant ceux qui ont déjà une certaine expérience professionnelle. Les
nouveaux délais de carence imposés aux jeunes diplômés (5,5 mois) contraignent donc les
familles à financer cette transition – y compris les stages non-rémunérés effectués par leurs
enfants pour le compte des entreprises ! D’un autre côté, l’obligation légale des parents
d’entretenir leur enfant cesse avec la fin de la formation, et dans tous les cas à 25 ans. Les
jeunes issus de familles modestes ou en conflit avec leurs parents seront donc contraints
d’accepter n’importe quel emploi, sous peine de finir à l’assistance publique. On verra ainsi –
on en voit déjà – des jeunes ayant appris un métier qui leur plaît brader leurs compétences
dans des supermarchés ou des bistrots, souvent durablement, voire définitivement. Les
employeurs se frottent les mains…

La situation n’est pas plus favorable pour les jeunes ayant déjà travaillé, même s’ils cotisent
depuis 10 ans à l’assurance chômage. Sur le seul critère de leur âge, ils verront leur droit
réduit de moitié par rapport aux travailleurs plus âgés (pour les moins de 25 ans). Et la
notion d’emploi convenable, qui protégeait notamment leur salaire et leurs conditions de
travail, ne s’appliquera plus pour eux (jusqu’à 30 ans !). On verra donc des jeunes titulaires
d’une formation et d’une longue expérience professionnelle contraints, après un
licenciement, de travailler n’importe où et à n’importe quel prix.

Si les jeunes soussignés occupent aujourd’hui l’ORP des acacias, c’est pour lancer, du haut du mât, un appel à la solidarité des travailleurs et travailleuses, chômeuses et chômeurs de ce canton ! Du poisson, il y en a plus qu’assez, simplement il n’est pas dans nos mains !

Tous ensemble, exigeons :

  • L’introduction immédiate d’un droit à 120 jours d’indemnités supplémentaires, financées par le canton, pour tous les chômeuses et chômeurs que l’entrée en vigueur de la LACI laisse sur le carreau
  • L’introduction, dans la Loi cantonale sur le chômage (LMC), d’un droit à des indemnités de chômage financées par le canton compensant, pour toutes les catégories de chômeuses et chômeurs, les réductions imposées par la nouvelle LACI.
  • Le maintien du Revenu Minimum Cantonal d’Aide Sociale (RMCAS), dernier filet avant l’assistance publique pour les chômeurs en fin de droit, qui vient d’être supprimé par le parlement.

Et à plus long terme, luttons pour imposer :

  • Des protections contre les licenciements.
  • Un meilleur partage du temps de travail et des protections contre la flexibilité au travail, créatrice de chômage
  • Un salaire minimum légal à 4000 francs pour tous les travailleurs et les travailleuses.

Demain, 14h, Glacis-de-Rive

TOUS A LA MANIF !!!

Collectif d’Occup’oisson de l’ORP

Soutenu par : Conférence Universitaire des Associations d’EtudiantEs (CUAE), Unia-
Jeunes, United Black Sheep (UBS), Association de défense des chômeurs (ADC-
Lausanne)

- 



Derniers articles