Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Assurance-chômage

Les syndicats romands ne veulent pas d’un effet couperet

mercredi 9 mars 2011 par Claude REYMOND

bsf107 3 su 297 suf 2381

SYNTHÈSE 1330

Assurance-chômage

Les syndicats romands ne veulent pas d’un effet couperet

Lausanne (ats) Les syndicats romands craignent qu’entre 15’000 et 20’000 chômeurs ne tombent en fin de droit le 1er avril. Ils demandent au Conseil fédéral de supprimer cet effet couperet et de n’appliquer la loi révisée sur l’assurance chômage (LACI) qu’aux nouveaux cas.

Le Conseil fédéral prendra définitivement position vendredi sur l’ordonnance d’application de la révision, ont expliqué mercredi devant la presse à Lausanne des représentants des Unions syndicales romandes. La nouvelle loi entrera en vigueur le 1er avril.

Les syndicalistes avaient combattu cette révision, acceptée par le peuple suisse en septembre dernier. Ils redoutent désormais que leurs demandes, formulées durant la procédure de consultation, ne soient pas prises en compte par les autorités fédérales.

Couperet du 1er avril

« Les personnes qui sont tombées au chômage avant le 1er avril doivent pouvoir conserver leur droit aux indemnités », a lancé Bernard Remion, de la Communauté genevoise d’action syndicale. Les nouvelles dispositions ne doivent s’appliquer qu’aux nouveaux cas.

Les syndicats réclament aussi l’indexation des forfaits de base versés aux chômeurs, dont certains n’ont pas été adaptés depuis 1995. Et ils soutiennent les revendications des intermittents du spectacle qui réclament une adaptation de la loi.

Intermittents

« Les artistes ont besoin du chômage pour combler les trous entre deux spectacles », a expliqué Julien Lambert, du Comité 12A. Pour continuer à percevoir ces indemnités, ils réclament le doublement des 90 premiers jours de cotisation (et non plus 30) pour les contrats à durée limitée. Cette mesure, au coût « modique », est soutenue par l’Office fédéral de la culture, a relevé M. Lambert.

Les syndicats romands déplorent le durcissement de la loi et ses effets pervers. « Obliger les jeunes de moins de 30 ans à accepter n’importe quel travail, c’est une ouverture vers un démantèlement social généralisé », a relevé Jean Kunz, d’Unia Vaud.

Mesures de réinsertion

Les syndicats demandent aux cantons latins de mettre en place des mesures de réinsertion et de formation pour les milliers de personnes qui arriveront en fin de droit. Pour l’heure, rien n’a été prévu, regrettent-ils. « Les cantons latins avaient voté largement contre cette révision », a rappelé Bernard Remion.

(SDA-ATS/ll/tp)

091324 mar 11



Derniers articles