Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Historique

C’est en 1962 que l’Union des syndicats du canton de Genève, l’Association des commis de Genève et la Société des employés de commerce créaient la Communauté genevoise d’action syndicale.

Cette communauté, unique en Suisse, est devenue l’interlocutrice incontournable de l’Etat et du patronat pour l’ensemble des dossiers ayant trait à la politique générale, soit l’économie, la politique sociale, la politique du logement, la politique de la formation et celle du marché de l’emploi. Cette performance fut d’autant plus remarquable qu’elle ne possédait pas de secrétariat propre et que toute tâche accomplie se réalisait par les contributions de ses différentes composantes. Jusqu’en juillet 1997 ce fut la règle de l’unanimité qui présida ses prises de positions.

La CGAS, malgré des périodes de stagnation, s’est progressivement développée. Elle s’est ouverte à l’Association suisse des infirmières et infirmiers, à l’Union Helvetia.

La CGAS, organe de concertation, a toujours souhaité faire correspondre, directement ou par ses composantes, une réalisation concrète à chacune de ses préoccupations.

Le Rassemblement pour une politique sociale du logement et des coopératives d’habitation ont été créés, des institutions de formation (Université ouvrière de Genève, Cours commerciaux de Genève) ont été développées, des caisses de chômage et d’assurances sociales sont gérées par les syndicats. Sur incitation de la CGAS, l’UOG ouvre des club-emploi pour les chômeurs, programmes d’occupation temporaire collective et, en collaboration avec l’Etat et l’Union des associations patronales de Genève un Centre de bilan, des cours techniques de recherche d’emploi et des cours de français pour étrangers non francophones.

1997

Le 7 juin l’assemblée des délégué-e-s de la CGAS adopte de nouveaux statuts. D’une part la règle de l’unanimité pour la prise des décisions est abandonnée pour celle des deux tiers, et d’autre part toutes les organisations syndicales peuvent se faire représenter dans toutes ses instances. La CGAS compte ce jour-là 34 syndicats membres, soit tous ceux qui développent une activité sur le territoire genevois. A partir de cette date, les sections genevoises des fédérations de l’USS – qui constituent l’USCG – ne délibèrent plus de manière séparée sur les questions d’intérêt général pour les travailleurs genevois.

1995

Le SIT devient membre de la CGAS ; laquelle est une expérience pilote unique en son genre et à ce jour dans notre pays. Elle confirme la justesse de la devise de James Fazy qui, au siècle passé, prétendait que le rôle de Genève est d’être toujours en avant ! Face à la renaissance d’un libéralisme sauvage et à la déréglementation des garde-fous sociaux qu’il entraîne, il n’existe pour y faire face point d’autre alternative pour les salariés qu’un regroupement massif, compact, discipliné au sein de leurs organisations. Et si c’est nécessaire, de retrouver une certaine agressivité que les années de haute conjoncture ont quelque peu émoussée....

1994

En juin à l’initiative de la CGAS, est créé à Genève un Conseil économique et social de 60 membres, à la fois observatoire de la vie économique et organe consultatif tripartie, incitatif indépendant et transparent. En juillet l’UOG s’installe dans ses nouveaux locaux des Grottes. En septembre lancement par la CGAS et le SIT d’une initiative pour l’emploi et contre l’exclusion charte de l’engagement étatique dans les domaines de l’incitation économique, la politique sociale, l’emploi, la formation professionnelle et le traitement du chômage. Laquelle recueillit plus de onze mille signatures en moins d’un mois. En octobre 1994, Charles BEER (ACG) remplace à la présidence de la CGAS le collègue Jean-Pierre THOREL (FTMH) qui devient secrétaire du Conseil économique et social.

1993

Le 14 janvier, la CGAS fête avec quelques mois de retard son 30ème anniversaire et invite le conférencier français Guy Aznar, qui s’exprime sur le thème du partage du travail. En février, la CGAS participe aux états généraux de l’Etat organisés par la Tribune de Genève.

1992

L’UH (1200 adhérents) demande son adhésion le 3 octobre 1991 ; elle est acceptée le 22 janvier 1992 et entre dans les faits avec l’adoption des nouveaux statuts CGAS. Le 17 mars, l’adoption des nouveaux et actuels statuts. Entrée de l’UH comme nouveau membre ; confirmation de la règle de l’unanimité ; la gérance des institutions créées par les membres fondateurs reste entre les mains de ces derniers tandis que la CGAS gère elle-même les nouvelles institutions qu’elle met en place. Le 7 octobre, l’ASI (1600 adhérents) demande son adhésion en qualité de nouveau membre ; elle est acceptée le 21 novembre 1992 et entre dans les faits dès le 1 avril 1993.
Puis viendront celles de l’Association suisse des employés de banque et de l’Association suisse du personnel de la Confédération

Le 20 novembre, le 6ème congrès du SIT demande l’adhésion à la CGAS à ce syndicat fort d’environ 10 000 membres. Cette adhésion est reportée à 1995 ; mais dès janvier 1992, le SIT est associé aux travaux du Comité CGAS.

1979

La CGAS refuse l’adhésion du SIT (4400 adhérents), mais " la décision n’a pas de caractère définitif..."

1978

Fondation de la section genevoise de l’ASI .

Les Cours Commerciaux de Genève s’installent à la Place des Augustins.

1976

Premiers contacts entre la CGAS et le Groupement des Frontaliers, qui aboutiront dès 1980 à des succès communs et dés 1990 à une concertation permanente.

1973

Le 30 janvier adoption de nouveaux statuts : la CGAS devient une association à but non lucrative au sens des articles 60 et ss CCS. Les bases de la participation syndicale aux organisation triparties caractéristiques de la vie économique genevoise sont posées : les grands syndicats sont représentés au prorata de leur membres mais les petits obtiennent une place proportionnelle à leurs effectif réduits.

1970

Fondation du rassemblement pour une politique sociale du logement RPSL.

1963

Fondation du Groupement des frontaliers de la Haute Savoie, qui deviendra en le Groupement des frontaliers Ain Savoie Franche Comté.

1962

La Communauté genevoise d’action syndicale naît le 25 janvier 1962 sous la forme d’une société simple entre l’USCG, l’ACG et la SSEC. Eugène Suter (FOMH) en devient le premier président.

Les principes essentiels du fonctionnement de la CGAS apparaissent dès cette date : règle de l’unanimité dans la prise des décisions ; président, vice-président et secrétaire choisi par tournus dans des organisations différentes, répartitions des mandats et des charges financières en fonction du nombre de membres de chaque syndicat fondateur.

1955

Création des Cours commerciaux de Genève (CCG) par la fusion des cours réunis ASEB/SSEC et des cours du soir ACG. Les trois organisations gèrent aujourd’hui l’institution.

1953

Création de la fameuse "commission tripartie du marché de l’emploi” qui va asseoir la réputation de Genève et qui fonctionne encore de nos jours. Associés au contrôle du marché du travail, les syndicats donnent leur aval au recours à la main d’oeuvre étrangère.

1950

Premiers contacts entre cols bleus (les syndicats du secondaires représentés par l’USCG d’Eugène Suter) et cols blancs (représentés par l’ACG de Marcel Haas et la SSEC de René Lachenal). L’arrivée de René Porchet à la tête de l’ACG permet d’instaurer une concertation permanente entre les deux secteurs : un front uni des organisations de travailleurs fonctionne désormais face à la cohésion des employeurs et à la volonté des magistrats genevois créer des instances de concertation entre les partenaires sociaux.

1945

Reconstitution, à l’initiative de l’Union syndicale suisse, de l’Union des syndicats du canton de Genève, déclarée illégale en 1939.

1944

Fondation de l’Association suisse des infirmières diplômés, qui deviendra en l’Association suisse des infirmières et infirmiers AI.

1921

Fondation de la Fédération des syndicats chrétiens de Genève, qui deviendra en le Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs. (SIT)

1919

Fondation de la section genevoise de la SSEC.

1910

Fondation de l’Université Ouvrière de Genève UOG.

1887

Fondation de la Section Genevoise de UH.

1886

Fondation de l’Union Helvetia, Société Centrale Suisse des Employés d’Hôtel et de Restaurant (UH).

1880

Fondation de l’Union Syndicale Suisse USS.

1875

Fondation à l’initiative des Syndicats FCTA, FOBB et FOMH de l’Union des Syndicats, qui se transformera en 1945 en Union des Syndicat du canton de Genève USCG, cartel cantonal membre de l’USS.

1873

Fondation de Société des Jeunes Commerçants, qui deviendra en 1961 la Société Suisse des Employés de Commerce (SSEC).

1869

Fondation de l’Association des Commis de Genève. (ACG).

1838

Les bijoutiers genevois s’organisent en syndicat.

1833

Les menuisiers genevois créent une coalition. Consécutivement à une grève organisée par son comité, ses 5 membres sont condamnés à 3 jours de prison. Le 27 janvier 1834, 250 menuisiers accueillaient les condamnés à leur sortie de prison, et manifestaient bruyamment en ville, après avoir partagé un repas.


Concernant l’Union des syndicats du canton de Genève

L’USCG est l’organisation faîtière des syndicats non confessionnels qui se sont constitués à Genève depuis 1875. Elle compte en 1994 31 sections affiliées aux 17 fédérations syndicales membres de l’Union syndicale suisse, et 1 syndicat local, le Syndicat sans frontière. L’USCG intervient sur les problèmes généraux concernant l’ensemble des travailleurs du canton, notamment en matière d’emploi, logement, éducation et formation professionnelle, politique de la santé, transport publics, de l’énergie - elle est le pendant cantonal de l’USS au niveau national en terme de relations horizontales avec les autres forces du mouvement ouvrier et populaire, comme avec les autorités. De tout temps l’USCG s’est efforcée de développer la solidarité internationaliste avec les luttes de travailleurs d’autres pays.

Jusque dans les années 30 on peut dire que les activités déployées par l’USCG visaient plus à intervenir sur l’actualité qu’à créer des « choses pour durer ». Après les jours sombres de novembre 1932 où l’on vit la troupe tirer sur une manifestation de la gauche syndicale et politique, les liens du monde syndical genevois se sont distendus d’avec le reste du pays, l’USCG s’étant ralliée à la ligne socialiste d’extrême gauche.

En 1939 et jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, les forces sociales soupçonnées de communisme sont déclarées illégales. Aussi de l’USCG il ne resta qu’une Chambre du travail dirigée par Graf et dont l’activité était portée par la FCTA que dirigeait Kubler et la FOMH (devenue FTMH) avec Charles Perroud.

Il est bon de rappeler que si pendant les années trente, l’extrême droite de la Suisse romande était proche du modèle italien, la Suisse alémanique - qui avait pris parti pour le Kaiser en 14-18 - était plutôt hostile aux nazis puisqu’elle craignait l’absorption ethnique. Ainsi donc le patronat genevois tenait au corporatisme inspiré par les faisceaux italiens...

En juin 1945, l’USCG a été reconstituée au buffet de la gare sur convocation de Charles Chürch de l’USS, avec Bauer pour la FCTA, Schneider et Eugène Suter pour la FOMH. Dès lors des convergences intersyndicales se développent, et avec René Lachenal - secrétaire de la SSEC, Eugène Suter secrétaire puis président de l’USCG et Haas - secrétaire de l’ACG, une plate-forme commune pour traiter des problèmes généraux est réalisée.

Vers la fondation de la CGAS

Certains militants de l’époque ont souvenir que M. Barde, secrétaire des syndicats patronaux et proche de la politique de l’USAM (Union suisse des arts et métiers), est un de ceux qui contribuèrent à l’ouverture vers les syndicats pour une politique plus pragmatique quand à la résolution des problèmes économiques genevois. La recherche d’une politique de consensus entre partenaires sociaux permit de dépolitiser une partie des relations employeurs/travailleurs.

Avec la nomination de René Porchet à l’ACG il devient possible de pousser plus avant, d’effectuer une soudure entre les organisations d’employés et d’ouvriers. Cette conjugaison de forces suscita la pression nécessaire qui permit de créer en 1953 l’outil principal de la politique de l’emploi à Genève : il s’agit de la Commission tripartite de l’Office cantonal de placement constituée par des représentants de l’Etat, des syndicats patronaux ; et pour les salariés, de l’USCG, de la SSEC et de l’ACG. On acceptait ainsi la revendication des syndicats d’un contrôle sur le marché du travail en échange de leur aval pour le recours à la main d’œuvre étrangère. Le conseiller d’Etat Babel participa à cette réalisation.

La fonction créant l’organe, les collaborations de l’USCG, de la SSEC et de l’ACG engendrèrent la CGAS. Mobilisée sur le logement - la préoccupation majeure à Genève de tout temps - la CGAS insuffla ensuite la vie au Rassemblement pour une politique sociale du logement, organisme regroupant toute la gauche genevoise y compris des organisations non syndicales. Notons au passage l’importante contribution du magistrat Dupont PDC (Parti démocrate chrétien) par la promulgation de la loi du même nom qui institua les « HLM », formule peu connue dans le restant du pays.

Activités de l’USCG

Les manifestations contre la répression dans l’Espagne franquiste, pour l’indépendance de l’Algérie alternent avec celles contre le chômage en 1975, 1980, 1992 ; pour l’indexation des salaires, en soutien aux grèves des métallurgistes, de la fonction publique et bien d’autres. Il y eu des démonstrations réussies pour la défense des droits syndicaux et les respects des conventions collectives dans les entreprises genevoises, mais aussi pour les droits de l’homme en général et contre l’interventionnisme des grands blocs en Amérique latine ou en Asie ; contre la politique d’apartheid ou encore pour le droit au logement et en faveur des squatters, contre l’implantation d’une centrale nucléaire à Genève et pour des formes de production d’énergie alternative.

Et chaque année, l’USCG - avec d’autres forces sympathisantes - organise les manifestations du 1er mai, journées internationales et revendicatives, porteuses d’espoir et de solidarité.

Claude Reymond, secrétaire de l’USCG, le 19 juillet 1994.


Les présidences de la CGAS ont été assumées par

SUTER Eugène 1962-1974
BAUDOIS André 1974 - 1978
LUCCARINI Jean-Marc 1978 - 1980
BAUDOIS André 1980 - 1984
THOREL Jean-Pierre 1984 - 1994
BEER Charles 1994-1997
ROBERT Jacques 1997-2000
TISSOT Georges 2000-2003
NICOLINI Alfiero 2003-2006
PICHELIN Hervé 2006-2009
une année collégiale en 2010
PELIZZARI Alessandro 2011
CATTANI Manuela 2014



Derniers articles