Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les syndicats refusent le travail dominical

21 DÉCEMBRE 2008

mercredi 15 octobre 2008 par Claude REYMOND

publié dans Le Courrier du 15-10-2008

La guerre du dimanche est rallumée dans
le commerce genevois. Pour cette fin
d’année, le Syndicat interprofessionnel de
travailleuses et travailleurs et Unia refusent
la demande patronale d’employer du personnel pour ouvrir le dimanche 21 décembre. Par communiqué, ils exigent de
l’Etat, arbitre en la matière, de « respecter la
loi » qui interdit le travail dominical et de
rejeter en conséquence cette extension des
horaires d’ouverture. En face, les associations patronales étaient déjà montées au
front la semaine passée pour réclamer une
ouverture entre 11 et 17h le 21 décembre
« afin de donner l’opportunité à la population et aux touristes de faire leurs achats à
Genève ».

Les syndicats défendent, eux, les salarié-e-s de la vente et, à ce titre, s’opposent à
un élargissement de l’ouverture des commerces car les horaires des employés en seront également chamboulés. Le communiqué syndical liste d’ailleurs les « dérapages
considérables » répertoriés à l’occasion des
horaires élargis de l’Euro08. Le temps de
repos a notamment été souvent réduit. Selon les syndicats, l’ouverture de dix-huit
heures supplémentaires en juin aurait dû
entraîner le recrutement de personnel
complémentaire car elle ne pouvait pas
être absorbée par les employés en place
sans violation de la convention collective.

Les employeurs se défendent de ces critiques en garantissant un engagement dominical des salariés « à titre volontaire ».
Mais les syndicats dénoncent l’élaboration
de plannings-horaire réduits imposant au
préalable des « heures négatives » dans le
but de faire récupérer le temps de travail
manquant le dimanche. Finalement, le
seul point d’accord entre les protagonistes
est d’appeler le gouvernement à trancher
le litige...

MICHEL SCHWERI



Derniers articles