Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Transport par rail de nos invité-e-s

Détermination de l’énergie nécessaire

mercredi 8 mars 2006 par Claude REYMOND

Ayant demandé aux CFF la mise à disposition du matériel roulant pour transporter nos invités de La Boillat et Reconvilier vers Genève, nous étant engagé à rémunérer le personnel des trains et souhaitant trouver un ou des producteurs d’électricité qui mettent à disposition l’énergie nécessaire au déplacement des personnes concernées jusqu’à Genève, il nous faut déterminer la quantité de courant nécessaire afin de convaincre les usiniers.

Le collègue conducteur d’un interrégional, constitué d’une locomotive et de 9 voitures, nous indiqua qu’il pilotait une machine de 6000 chevaux, tractant un convoi de 370 tonnes procurant 750 places assises.

L’ingénieur consulté un peu plus tard nous procura la formule suivante : Poids d’une personne x accélération terrestre x vitesse moyenne pour déterminer la puissance nécessaire, soit

(80 kilogrammes x 10 x 70’0000 mètres) / 3600 secondes = 16 kiloWattHeure.

Avec une alimentation électrique de 15’000 volts à une fréquence de 16 2/3 Mghz, nous devons fournir (15’0000 / 16’000 = 1A) un Ampère par passager pendant le temps du déplacement.

Le travail devant s’effectuer sur 173 kilomètres et durant 2h30, il sera consommé
40 kilowattheures par personne pour l’aller et autant pour le retour.

Nous devons donc trouver une dotation d’énergie de (40 x 2 x 50) 4000 kwh pour transporter les cinquante personnes déjà annoncées.

L’usinier genevois possédant une turbine au fil d’eau sur la Versoix, avec lequel nous nous sommes entretenus dans la soirée du 8 mars en lui demandant d’offrir en soutien à la « cause » sa production du dimanche 12 mars, souhaitait que nous lui fournissions ces données avant de se prononcer.

Voilà chose faite, et nous nous réjouissons de pouvoir rediscuter avec lui vendredi 10 mars au matin.

D’autant plus qu’il nous laissa comprendre qu’il allait consulter - d’ici là - ses collègues de la Birse et solliciter d’autres contributions...

PS:

Cette démarche s’avéra nécessaire, puisque les Services industriels genevois que nous avions d’abord sollicités, nous ont refusé leur collaboration...




Derniers articles