Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Des syndicats du monde entier somment l’OIT d’agir

mardi 18 juin 2019

Genève internationale - 1500 syndicalistes ont manifesté pour exiger que l’Organisation internationale du travail lutte contre les inégalités.

Événement inédit dans le paysage syndicaliste suisse : la place des Nations a été le théâtre ce lundi de la première manifestation des syndicats mondiaux, sous l’égide de la Confédération syndicale internationale (CSI). L’organisation faîtière représente 267 millions de travailleurs affiliés aux syndicats de 167 pays. Quelques jours après la célébration du centenaire de l’Organisation internationale du travail (OIT), les manifestants réclament qu’elle affermisse sa position face au patronat et aux gouvernements.

Si la Confédération générale du travail (CGT, France) est majoritaire, d’autres syndicats ont rallié Genève, parfois depuis le bout du monde : Japon, Ghana, Cameroun, Nigeria, Iran, Russie... Tous réclament des mesures offensives de l’OIT en matière de protection sociale, salariale et d’arbitrage avec les gouvernements. Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT et actuel administrateur au Bureau international du travail déplore le renvoi des cas relevant de l’expertise de l’Organisation à la justice nationale : « La mission de l’OIT, telle qu’elle a été conçue par les États et l’ONU, doit être respectée et réaffirmée. Sa légitimité est incontestable. C’est pour cela que nous sommes là : nous réclamons une justice sociale internationale. »

Dans la foulée du mouvement mondial #Metoo, l’égalité est devenue le cheval de bataille des syndicats internationaux. Pour Karine Gambet, membre de la CGT, les conditions de travail déplorables au Cameroun, son pays d’origine, poussent les femmes à prendre les routes de l’exil : « Les syndicats sont interdits, le manque de travail, les violences et la mafia sont à l’origine de la misère. Il n’y a eu aucun progrès. J’attends de l’OIT qu’elle se fasse respecter dans ces zones de non-droit, pour garantir aux femmes une vie décente ».

La convergence des luttes
Les syndicats exigent une meilleure synergie entre les chaînes d’approvisionnement mondiales et les accords commerciaux internationaux, afin de limiter les bénéfices des multinationales, au détriment des droits des travailleurs. Colette Mazuir, 62 ans, originaire de France, est venue à Genève pour rappeler aux gouvernements de « remettre l’humain au centre des politiques internationales. Le mépris des classes dirigeantes à notre encontre est intolérable. » Le droit de grève, remis en cause dans certains pays, la défense des travailleurs de l’économie informelle et l’interdiction du travail des enfants figurent en bonne place dans les revendications. Pour Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, ce rassemblement « est une chance unique de fixer des règles contraignantes qui garantiraient un socle de droits à tous les travailleurs. »

(TDG)
Créé : 17.06.2019, 20h58


photographies réalisées par Demir SÖNMEZ*

http://www.photographygeneva.com/lens_galleries/manifestation-des-organisations-syndicales-mondiales-a-geneve/

PS:

la CGAS et la CSI ont acheté les droits sur les 78 photographies, la première s’obligera volontiers à remettre le fichier source aux personnes qui lui iniqueront le numéro de l’objet choisi




Derniers articles