Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Communiqué de presse du 1er mars 2019

Manifestation des organisations syndicales mondiales à Genève, le 17 juin – #ILCDemo

vendredi 14 juin 2019

C’est une première dans l’histoire : les syndicats du monde descendent dans les rues de Genève pour réclamer un #NouveauContratSocial.

Pourquoi ?
De nouvelles règles font actuellement l’objet de négociations à la Conférence internationale du travail afin de faire face aux abus dans le monde du travail. Des syndicats de plus de quinze pays font une manifestation pour soutenir leur adoption. Elle se tiendra au début de la deuxième semaine des négociations à l’Organisation internationale du travail (OIT) en vue de la déclaration du centenaire, marquant le centième anniversaire de l’institution. Les syndicats soumettent plusieurs demandes fondamentales :

  1. Violence sexiste : suite aux révélation de #MeToo, les syndicats réclament une Convention internationale contraignante et une Recommandation pour mettre fin à la violence sexiste au travail.
  2. Une garantie universelle pour les travailleurs : garantir à tous les travailleurs et travailleuses, quelle que soit leur modalité d’emploi, les droits fondamentaux garantis par les principes fondamentaux de l’OIT (le droit de ne pas être soumis au travail des enfants ni au travail forcé, la protection contre la discrimination au travail, la liberté syndicale et le droit de négociation collective), ainsi que le droit à un salaire décent, la santé et la sécurité au travail et le contrôle du temps de travail.
  3. Cohérence des politiques : aborder les droits des travailleurs dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et les accords commerciaux internationaux, assurer une cohérence des politiques internationales dans la quête d’une justice sociale, renforçant dès lors le système multilatéral, qui fait l’objet d’atteintes par les partis populistes de droite. La crise actuelle du multilatéralisme est due à la perte de confiance des citoyens dans la mondialisation. Les règles de l’économie mondiale ont favorisé, pendant trop longtemps, les intérêts des multinationales au détriment des droits des travailleurs et des travailleuses.

Qui ?
La Confédération syndicale internationale, qui regroupe des syndicats de 167 pays représentant au total 207 millions de membres, a été chargée de coordonner l’événement. Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, s’adressera aux participants à l’arrivée, conjointement avec d’autres dirigeants syndicaux, notamment Philippe Martinez (CGT, France) et Ayubba Waba (CSI – NLC, Nigéria).
Des syndicalistes de différents pays seront disponibles pour tout commentaire. Vous trouverez ci-dessous la liste complète des syndicats qui y participeront.

Quand/où ?
Départ au Parc Mon Repos à 12h00. Arrivée et discours à la Chaise Cassée à 12h45.

détails ici


L’événement sera diffusé en direct ici : www.ituc-csi.org/ILCManifestation
#ILCDemo

PS:

Citations de Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI :

« C’est une chance unique de fixer des règles contraignantes qui garantiraient un socle de droits à tous les travailleurs et travailleuses ».
« Les travailleurs et les travailleuses aux quatre coins du monde peinent de plus en plus à s’en sortir, tandis que les profits des entreprises grimpent en flèche. Les inégalités sans précédent et l’insécurité économique menacent la démocratie et sapent la confiance dans les responsables politiques et les institutions qui devraient être au service des individus, mais ne le sont pas. On dénombre aujourd’hui 300 millions de travailleurs/euses pauvres dans le monde, 190 millions de personnes officiellement sans emploi et 60 % des travailleurs/euses ayant un emploi informel. Toutes les 11 secondes, un travailleur meurt dans le monde en raison de conditions de travail dangereuses. Il ne s’agit pas seulement de statistiques – elles reflètent l’histoire du désespoir, de la privation et de la montée de colère. Nous devons établir les règles de l’économie mondiale, dont la déclaration qui sera adoptée à l’OIT en juin doit constituer le point de départ ».

« La fondation de l’OIT en 1919 a établi le contrat social en vue de créer les conditions sociales et économiques qui garantiraient la prospérité et la paix. La déclaration de Philadelphie a ensuite été adoptée en 1944 avec le même objectif. Toutefois, les dernières décennies de mondialisation des entreprises ont anéanti cette vision, poussant le monde au bord de la destruction de l’environnement et laissant des milliards de personnes pour compte. Cette année offre une nouvelle possibilité de prendre les bonnes décisions, de changer les règles et de donner aux individus les commandes. Nous devons tirer parti des changements technologiques rapides en faveur du plus grand nombre, et non des quelques milliardaires qui, aujourd’hui, contrôlent le destin des citoyens sans obligation de rendre des comptes et sans conscience. Si nous ne prenons pas les bonnes décisions cette fois-ci, nous pourrions ne pas avoir d’autre occasion. »

« La liberté syndicale, le renforcement du pouvoir des travailleurs et des travailleuses grâce à l’organisation et aux droits de négociation collective pour tous, quels que soient leur régime d’emploi ou leurs modalités contractuelles, constituent les fondements de la justice sociale et économique. Ces droits font l’objet d’atteintes dans toutes les régions du monde, et les règles du commerce et de la finance à l’échelle mondiale doivent être modifiées afin de mettre fin au nivellement vers le bas. Le nouveau contrat social doit placer l’OIT au coeur de la prise de décisions économiques à l’échelle mondiale et mettre fin au dogme néolibéral imposé aux pays par les Institutions financières internationales ».

« Cette année, nous pouvons commencer à libérer les milliers de milliards accumulés dans les paradis fiscaux et les comptes bancaires des oligarques de la mondialisation des entreprises, en rendant le pouvoir de négociation aux travailleurs et aux travailleuses. Les dirigeants mondiaux doivent alléger le fardeau qui pèse sur les épaules des travailleurs et des travailleuses. Le monde ne manque pas de richesses, mais de volonté politique, une situation que nous sommes déterminés à changer ».




titre documents joints