Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Nous exprimons notre solidarité complète et inconditionnelle avec votre grève et ses buts.

jeudi 15 mars 2018

A : Tout le personnel de l’Organisation des Nations Unies à Genève

Chères et chers collègues et camarades des Nations Unies à Genève :

Les syndicats regroupés au sein de la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) ont été informés de votre grève du vendredi 16 mars 2018 pour vous opposer à la détérioration continue de vos rémunérations et de vos conditions de travail.

Il a été porté à notre attention que la raison principale de la détérioration grave et continue de vos conditions de travail à Genève et ailleurs dans le monde est le résultat de décisions arbitraires prises par la Commission de la fonction publique internationale (CFPI) des Nations Unies, la faitière du Secrétariat censée pour régler toutes les facettes des conditions d’emploi de façon équilibrée, équitable et transparente. Elle a pris des décisions en contradiction avec son mandat, elle a coupé de 3,6% les salaires des fonctionnaires à Genève, en utilisant des méthodes de calcul hautement contestables, et exclut toute correction de ses erreurs.

De plus, le Secrétaire Général des Nations Unies a refusé de suspendre l’application de ces "recommandations" très contestables de la CFPI. Comme résultat, la coupe de salaires a été mise en application à partir du mois de février 2018. Sans réaction de votre part, cette baisse serait suivie d’une autre estimée à 1,5% en juin 2018.

Nous exprimons notre solidarité complète et inconditionnelle avec votre grève et ses buts. Vous pouvez compter sur notre soutien au nom de la solidarité entre toutes les travailleuses et tous les travailleurs du monde, aussi qu’au nom de l’applicabilité universelle des droits fondamentaux du travail, y compris le droit à la grève.

Nous sommes scandalisés par le message du Directeur Général des Nations Unies de Genève qui essaie de dénier le droit des fonctionnaires de l’ONU à la grève parce que "le Statut et le Règlement du personnel n’offrent aucune base permettant aux fonctionnaires de s’absenter du travail en raison d’un arrêt de travail ou d’une grève". Il garde sous silence une question de base : est-ce que les normes de l’Organisation Internationale du Travail que les Nations Unies promeuvent partout dans le monde ne sont-elles pas applicables au sein du Secrétariat ?

Nous refusons cette tentative d’intimidation, en violation de vos droits.

Vous pouvez compter sur nous pendant cette grève, mais aussi pour la suite de votre lutte.



Derniers articles