Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Solidarité avec le peuple palestinien

jeudi 26 octobre 2017

Le drame des précurseurs et des fondateurs de l’Etat d’Israël est d’avoir voulu créer un Etat-Nation sur un territoire qui, loin d’être une « Terre sans peuple », était depuis des siècles, autant que les territoires qui l’entouraient, la terre de l’Autre – la terre du peuple palestinien.

En s’engageant dans le processus qui allait lui permettre de créer une colonie de peuplement, le sionisme s’enfermait dans la spirale de la violence et de la contre violence caractéristiques de tout processus colonial.

Au cœur du conflit israélo-palestinien se trouve donc le fait colonial et c’est pour dénoncer ce fait qui, aujourd’hui, est au cœur de l’actualité des territoires occupés, que quelques militants du Collectif Urgence Palestine (CUP) se rassemblent les premiers mardi de chaque mois de 17h30 à 18h30, devant la fontaine au bas de la rue de la Cité.

En effet,

  • même si Israël ne violait aucun des droits de l’homme,
  • même si Israël respectait les Conventions de Genève,
  • même si Israël respectait les lois de la guerre,
  • même si Israël respectait tous ses engagements en ce qui concerne l’esplanade des mosquées, sa politique resterait essentiellement coloniale.


Ne nous laissons pas donc entraîner dans de pseudo-guerres de religion, car c’est le fait colonial qui perdure depuis trop longtemps, qui est à l’origine de l’oppression et des souffrances du peuple palestinien et c’est lui que nous devons dénoncer.

Nous sommes là, mois après mois, parce que, depuis près d’un siècle, après les accords Sykes-Picot, après la Déclaration Balfour, après les traités d’après guerre qui ont officialisé et permis de mettre en oeuvre le projet commun du mouvement sioniste et des Grandes puissances coloniales, le peuple palestinien, victime de la violence coloniale, est opprimé, occupé, cantonné, chassé de ses terres, enfermé dans des camps soit en Palestine, soit à l’étranger, humilié et empêché de vivre librement.

Les premiers mardi de chaque mois, soyons nombreux pour soutenir le peuple palestinien dans la lutte qu’il mène pour l’indépendance et la liberté.

Jacques Pous



Derniers articles