Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) à l’assemblée des mal logéEs (AML)

Les raisons d’une opposition au projet actuel du Conseil d’Etat pour le quartier PRAILLE- ACACIAS- VERNETS (PAV)

dimanche 4 octobre 2009 par Claude REYMOND

Témoignage de Raymond Schaffert (CGAS) à l’assemblée des Pâquis 19, septembre 2009


Points abordés, complétés et actualisés au vu des derniers événements

Transformation d’un territoire de deux km2. La plaine agricole devient industrielle et urbaine au XX e siècle. Arrivée du chemin de fer, achat des terrains par l’Etat et planification pour les mettre à disposition des industries. Aujourd’hui plus de 1000 entreprises et 20 000 emplois.

Dès 2005 le Conseil d’Etat déclare vouloir transformer cette zone industrielle en un quartier mixte et dense, opération urbaine phare. Concours d’urbanisme, adoption d’un masterplan, vote d’une résolution parlementaire, projet de loi de déclassement du CE.

Des idées et besoins sont exprimés. Lieux culturels, d’enseignement, beaucoup de logements..ou moins et maitien des entreprises, la gare centrale de Genève, etc.

La CGAS demande la parité entre les logements et les emplois supplémentaires sans bourrage du quartier afin de laisser des espaces pour équipements publics, culturels etc. et que les terrains restent en mains publiques. Elle formule cet objectif « 1 emploi/1 logement » pour tout grand projet ainsi que pour le projet d’ agglomération transfrontalière dont elle accepte l’objectif, notamment, de construire 50 000 logements à Genève d’ici 2030. La CGAS refusera que ces derniers s’entassent dans les quartiers déjà très denses et le PAV mais que l’on réalise les projets tels Communaux d’Ambilly et qu’on déclasse des zones agricoles (voir sa conférence de presse du 24.04.08).

Le Conseil d’ Etat inquiet pour l’avenir du déclassement PAV et son opération de l’Etoile lance le chiffre de 14 000 logements sans en avoir vérifié la faisabilité ( le masterplan en prévoyait 6 000 ).Multiples réactions . Entres autres, voir article de Daniel Marco dans « tout l’immobilier » du 22.06.09 « le tour de magie du Conseil d’Etat » et le mien dans « Tribune de Genève » du 30.06.09 « PAV, la confiance sabotée ».

La majorité du conseil municipal de la ville de Genève ainsi que Carouge donnant un préavis favorable au projet de déclassement du Conseil d’Etat, un référendum populaire est lancé par CGAS, PS, Solidarités, PDT, indépendants gauche, et, de son côté, l’ASLOCA. Le référendum aboutit à Genève, pas à Carouge.

Le Conseil d’Etat fixe la date du vote au 29 novembre 2009. Les référendaires développent leur argumentation à paraître dans la brochure de vote ( voir texte GCAS… joint). D’autre part ils demandent au CE de négocier un nouveau projet et de repousser la date du vote. Le CA de la Ville de Genève fait de même. Le CE cède à la Ville et aux opposants, dont il considère que « la force de frappe est réelle ». Nous avons donc trois mois de plus pour négocier un nouveau projet qui éviterait un référendum cantonal.



Derniers articles