Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Echec des négociations :

Unia exige la réintégration des deux délégués syndicaux licenciés par Tesa

mardi 22 novembre 2011 par _information fournie par la composante

22.11.2011

A la suite du licenciement de deux membres de la commission d’entreprise de Tesa Hexagone à Renens, les négociations entre les parties ont échoué. Unia et les commissions d’entreprise de l’industrie vaudoise ont exprimé ce matin leur indignation face à ces licenciements antisyndicaux ainsi que leur solidarité. Ils exigent leur réintégration. Face à la gravité de cette atteinte aux droits syndicaux, Unia Vaud a demandé la dénonciation du partenariat social avec Swissmem, tant que ces licenciements ne sont pas annulés.

Licenciés avec effet immédiat le 8 novembre 2011, les deux membres de la commission du personnel de Tesa SA espéraient avec Unia trouver un accord la semaine dernière. Or vendredi, l’échec des discussions était constaté, Tesa ayant encore tenté de modifier l’accord qui se profilait la semaine dernière. Plusieurs rencontres ont eu lieu entre les parties, également en présence de Swissmem. L’Office de conciliation vaudois, déjà saisi du conflit sur l’augmentation de la durée du travail de 40 à 45 heures ans compensations, a aussi convoqué les parties pour parler de ces licenciements. Ce matin, Unia Vaud, accompagné des deux délégués syndicaux licenciés abusivement, ont dénoncé devant la presse à Lausanne cette grave atteinte du partenariat social.

Les deux délégué-e-s ont été licenciés avec effet immédiat pour avoir fait signer dans l’entreprise une pétition émanant d’un salarié et approuvée par la commission du personnel : « Le directeur m’a licenciée sans que je puisse m’exprimer ni appeler le président de la commission », a expliqué la déléguée du personnel, encore sous le choc de ce licenciement brutal. « Faire signer une pétition reste un droit démocratique et constitutionnel. C’est bien le rôle d’une commission du personnel que de relayer les attentes et le mécontentement des travailleurs », a souligné Abdou Landry, secrétaire syndical d’Unia Vaud. Pour Unia, Tesa tente de contourner la protection contre le licenciement des délégués du personnel contenue dans la CCT de l’industrie MEM. La direction de Tesa a en outre violé l’engagement pris devant l’Office de conciliation vaudois de ne pas recourir à des mesures de coercition pendant la durée de la procédure, ces licenciements sanctionnant en fait l’opposition des commissions du personnel à la hausse de la durée du travail sans compensation.

Soutien et indignation des commissions d’entreprises vaudoises

Les représentants des commissions d’entreprises vaudoises ont également manifesté leur solidarité et leur indignation ce matin : ce licenciement ne concerne pas que les deux employés de Tesa, mais toutes les commissions du personnel dont le rôle est menacé. De telles attaques des représentants du personnel portent gravement atteinte à la paix du travail et au partenariat social.

Unia exige donc la réintégration des deux délégués syndicaux licenciés abusivement. Face à ce qu’il considère comem une dernière provocation de Tesa et la rupture de l’engagement pris par l’entreprise de ne pas exercer de représailles, le syndicat a retiré sa requête devant l’Office de conciliation. Unia Vaud estime en outre que l’attitude de Tesa et de Swissmem est inadmissible. Unia Vaud considère que ce partenariat doit être dénoncé et demande dans une lettre datée du 21 novembre 2011 à la direction nationale d’Unia de s’en retirer, tant que les licenciements ne seront pas annulés.

PS:

Plus d’Informations :
Abdou Landry, secrétaire syndical d’Unia Vaud
Jean Kunz, secrétaire régional Unia Vaud




Derniers articles