Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

L’appel des travailleurs de Honda aux ouvriers de par le monde

mardi 22 juin 2010 par Claude REYMOND

« L’entreprise de fabrication de pièces détachées Honda située à Foshan City, dans la province de Guandong vient d’entrer dans sa 14ème journée de grève. Cette grève est la plus longue des nombreuses grèves qu’ont faites les salariés chinois ces dernières années. Alors que beaucoup de personnes s’inquiètent et s’alarment de la situation tragique des salariés de Foxcom qui se sont suicidés en sautant par la fenêtre d’un bâtiment, le combat des salariés de Honda est certainement très encourageant.
Des salariés de Honda nous ont dit que leur combat avait payé. Sur un total de plus de 1 800 employés dans l’usine, 80 pour cent sont des stagiaires venant de lycées professionnels. Comme ils ont signé un contrat de stage, ils ne sont pas protégés par les conventions collectives et leurs salaires ne se montent pas à plus de 900 yuans par mois ce qui est inférieur au salaire minimum, ils ne bénéficient d’aucune assurance maladie. Quand ces stagiaires ont été recrutés dans les lycées professionnels, l’entreprise leur a promis qu’ils seraient logés et nourris mais ils ne reçoivent qu’un seul repas par jour. Après déduction des frais de logement, les salariés ne perçoivent que 700 yuans par mois. Les stagiaires ne peuvent être intégrés dans l’entreprise qu’après avoir travaillé pendant un an comme stagiaires et obtenu un diplôme. Même lorsqu’ils sont embauchés, leur salaire n’est que de 1 000 yuans par mois.

Le 17 mai, tous les salariés se sont mis en grève et, lors de l’assemblée générale convoquée par la direction, les ouvriers ont élaboré 108 revendications et ont élus 30 représentants à la demande de la direction. Cependant, non seulement le patron a fait preuve de mauvaise foi lors des négociations, mais il a renvoyé deux des représentants des salariés afin d’essayer d’intimider les autres.

Le 24 mai, l’entreprise a accepté d’accorder 55 yuans par mois pour les repas, ce que les salariés ont fermement rejeté. Les salariés non stagiaires aussi bien que stagiaires sont resté très courageux, solidaires et ont décidé de continuer la grève.

Le 26 mai, la direction de Honda a fait des propositions visant à traiter différemment les stagiaires qui se verraient offrir une augmentation de 477 yuans par mois alors que les non stagiaires ne seraient augmentés que de 355 yuans. Tous les salariés ont refusé cette proposition discriminatoire.
Le 27 mai, après en avoir collectivement discuté, les salariés ont à nouveau présenté un certain nombre de revendications importantes :

  1. Augmentation de 800 yuans par mois du salaire de base. Dans un délai de trois jours après obtention de l’augmentation, signature d’un nouveau contrat de travail portant augmentation annuelle de salaire en aucun cas inférieure à 15%. Les primes de fin d’année, et de jours de fête ne doivent en aucun cas être inférieures à celles de l’année précédente.
  2. Augmentation systématique à l’ancienneté – 100 yuans d’augmentation supplémentaire par année de service avec une limite de 10 ans ;
  3. Réintégration des salariés renvoyés, aucune sanction pour les salariés grévistes ;
  4. Réorganisation de la section syndicale de l’usine. De nouvelles élections doivent être organisées pour élire le président et les responsables du syndicat.

28 mai, la direction de Honda a fait une nouvelle proposition :
Les salaires des stagiaires seront augmentés de 634 Yuans par mois après les trois premiers mois, les augmentations de salaire des non stagiaires resteront inchangées (355 yuans par mois). En même temps, Honda a, par divers moyens commencé à faire signer une promesse « de non-grève » qui doit être signée avant le 31 mai 9h. du matin. De plus, Honda a appelé certains professeurs des stagiaires et des responsables des autorités municipales pour qu’ils exercent des pressions sur les stagiaires et leur fassent reprendre le travail avant le 31 mai. Pendant tous ces événements, le syndicat de Honda a non seulement refusé d’aider les salariés en grève mais il leur a demandé de reprendre la production aussi vite que possible.
En ce moment (31 mai) les salariés sont à un tournant de leur grève de deux semaines alors qu’ils sont confrontés à un traitement discriminatoire et à des suppressions de la part de la direction de Honda.
Nous lançons un appel à nos amis et à nos alliés qui sont attentifs à la situation des salariés chinois et nous leur demandons d’apporter leur soutien au combat légitime des salariés de Honda en Chine. Pour apporter votre soutien, vous pouvez faire pression sur Honda, exiger de l’entreprise qu’elle mette fin à ses pratiques discriminatoires et aux pénalités à l’encontre des grévistes et qu’elle promette publiquement de faire droit aux justes revendications des salariés :

  1. Augmentation de 800 Yuans par mois pour tous les ouvriers
  2. Augmentation de salaire à l’ancienneté:100 yuans par mois par année de service
  3. Réintégration des représentants des salariés licenciés
  4. Réorganisation du syndicat de l’entreprise Honda.

Nous en appelons à nos amis et à nos alliés qui s’inquiètent de la situation des salariés chinois et nous leur demandons de continuer à suivre le développement des événements et d’apporter leur soutien aux revendications et à l’action des salariés autant que de besoin. »

31 mai 2010

Document des travailleurs de Foshan transmis par Labour Action China



Derniers articles