Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

3e jour de grève des nettoyeurs des toilettes publiques d’ONET SA

mercredi 13 février 2019

Demandons à la Ville de Genève de prendre ses responsabilités !

Rejoignez-nous !

Aujourd’hui 2e jour de grève, 6 piquets ont été tenus dès 5h45 devant des WC publics de la Ville de Genève (Rive, Eaux-Vives, Molard, Bourg de Four, Saint-Gervais et au quai Gustave-Ador) par les grévistes et leurs soutiens.

M. Rémy Pagani, Conseiller administratif, est venu apporter son soutien aux revendications des grévistes et à la réinternalisation de cette activité au sein de la Ville. Des contacts ont été noués avec d’autres membres du Conseil administratif.

La Ville de Genève, qui a mandaté Onet SA pour cette activité, a une responsabilité directe et morale. Elle doit l’assumer et réunir immédiatement le SIT, les grévistes et Onet pour rétablir des conditions de travail correctes sur ses marchés publics en lieu et place des abus actuels.

Demain, pour leur 3e jour de grève, les employés concernés et leurs soutiens se rendront à 8h30 à l’entrée du Palais Eynard afin de demander au Conseil Administratif, qui se réunit à 9h, de prendre la mesure de ce conflit et d’intervenir, en tant qu’adjudicateur de marchés, auprès de leur mandataire.

Une forte présence de militant-e-s syndicaux-ales et de personnes solidaires est nécessaire pour protester, informer et convaincre les autorités communales de l’importance de leur lutte.

Les personnes pourront se joindre à nous jusqu’à environ 12h30.

Un grand merci pour votre soutien.

Uni-e-s, solidaires, déterminé-e-s, la lutte continue !

Le personnel d’entretien des toilettes publiques de la Ville de Genève a mandaté le SIT déjà en novembre dernier afin d’obtenir des réponses sur les différentes problématiques qu’ils rencontraient dans l’exercice de leurs fonctions : taux de cotisation LPP trop faible, travail tous les dimanches, remise tardive et changements réguliers dans les plannings, non-conformité des équipements de protection mis à disposition, et, plus généralement, flexibilisation débridée de la durée du travail.

Depuis la rencontre avec la direction d’ONET SA en novembre dernier, qui avait débouché sur de nombreuses promesses de clarification et de mise en conformité, la société n’a plus daigné répondre à ses employés et leurs représentants concernant leurs inquiétudes légitimes. Pire encore, elle a licencié l’un des employés syndiqués durant les discussions, claire violation des droits syndicaux.

Les revendications des grévistes sont les suivantes :
• retrait du licenciement abusif du collègue syndiqué
• stop à la flexibilisation de la durée du travail, respect des plannings et de la Loi sur le travail
• stop aux baisses de salaires via la baisse du temps de travail (salaire net de 2’705 francs mensuels !)
• stop au travail du dimanche abusif
• mise à disposition d’équipements de travail adéquat • respect de la Loi sur la prévoyance professionnelle.

Cette lutte est particulièrement pertinente puisqu’elle s’inscrit dans la revendication des syndicats genevois de réinternaliser dans la fonction publique le personnel œuvrant à l’entretien des espaces publics. L’expérience des nettoyeurs des WC publics d’Onet SA met parfaitement en évidence que l’externalisation du personnel d’entretien afin d’offrir des prestations publiques au moindre coût signifie en réalité de mauvaises conditions de travail.



Derniers articles