Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

les nettoyeuses et nettoyeurs d’Orgapropre reconduisent la grève pour obtenir le sauvetage de leurs emplois !

jeudi 17 janvier 2019 par _information fournie par la composante

Communiqué de presse du 16 janvier 2019

Licencié-e-s comme des malpropres, confronté-e-s à une injustice sociale crasse, les nettoyeuses et nettoyeurs d’Orgapropre reconduisent la grève pour obtenir le sauvetage de leurs emplois !

Aujourd’hui une vingtaine de nettoyeuses et nettoyeurs, avec le soutien du SIT, ont débuté un mouvement de grève devant le siège de l’Union bancaire privée (UBP SA) sis 96-98, rue du Rhône où se trouvent leurs lieux de travail afin d’exiger un plan social digne de ce nom de la part de leur employeur la société Orgapropre SA, laquelle a prononcé leur licenciement collectif en novembre dernier.

Quand un riche client rationalise…

Comme il est malheureusement d’usage dans le secteur du nettoyage, les entreprises-clientes remettent régulièrement en question leur contrat avec les entreprises de nettoyage afin de faire jouer le jeu de la concurrence et obtenir de meilleurs prix. Dans ce genre de situation, la nouvelle société retenue compense ses prix revus à la baisse en durcissant les conditions de travail de ses employé-e-s déjà particulièrement précaires dans le secteur. Dans le cas présent, UBP SA, qui se targue d’avoir réalisé un bénéfice net faramineux de 220 millions de francs suisses en 2017, a résilié son contrat de prestations de nettoyage avec la société Orgapropre SA en octobre dernier alors que leurs relations d’affaires dataient de 1999.

A la suite de cette décision, Orgapropre SA a annoncé dans le courant du mois de novembre 2018 son intention de procéder à un licenciement collectif de 37 personnes sur un effectif total de 173 salarié-e-s.

…quand un « partenaire social » joue la carte de la mauvaise foi et refuse de négocier, ce sont les travailleuses et travailleurs qui en paient le prix !

La société Orgapropre SA n’est pas n’importe quelle société dans le petit monde du nettoyage à Genève puisque son administrateur, Monsieur Pascal Masson, n’est autre qu’un des représentants de la partie patronale au sein des commissions paritaires genevoises et romandes ; partie patronale qui a récemment menacé les syndicats genevois de boycotter les séances de commissions en raison de leurs différentes actions syndicales lancées, selon elle, sans négociations préalables.

Replacé-e-s dans le contexte, ces affirmations perdent définitivement tout crédit. En effet, c’est bien la direction d’Orgapropre SA, représentée par Monsieur Pascal Masson, qui a refusé toutes négociations sérieuses avec le SIT visant à reclasser l’ensemble de son personnel licencié depuis l’annonce de son licenciement collectif le 19 novembre dernier ; estimant qu’elle n’avait aucune obligation de négocier un plan social. Par cette attitude, elle foule au pied le partenariat social dont elle se gargarise et méprise les travailleuses et travailleurs.

Quand nous savons que certaines et certains d’entre eux ont travaillé près de 20 ans pour leur société, que d’autres se trouvent à quelques mois de la retraite et que la totalité du personnel se trouve au bénéfice de contrat particulièrement précaire n’excédant pas deux heures de travail par jour, nous pouvons parler d’un véritable scandale ! La situation est d’autant plus révoltante que la société Orgaprore SA a fait signer en son temps un contrat à UBP SA lui imposant une clause de non-concurrence qui empêche aujourd’hui de facto cette dernière d’engager directement ou indirectement, via par exemple la nouvelle société qui a repris le marché, Cleaning Service SA, les personnes laissées sur le carreau.

Pendant que Monsieur Masson se royaume sous les tropiques, les grévistes battent le pavé dans le froid pour leur dignité et leurs emplois !

Rassemblé-e-s à la rue du Rhône devant les bureaux de l’UBP SA, qu’elles/ils nettoient depuis des années, les grévistes ont montré leur détermination et leur solidarité afin d’obtenir leur reclassement dans un poste aux mêmes conditions ; sensibilisant au passage la population sur leurs revendications légitimes et dénonçant les obstacles administratifs et juridiques inacceptables que leur impose la direction d’Orgapropre SA.

Face au silence assourdissant de Monsieur Masson, visiblement plus préoccupé par ses vacances sous les tropiques que par le sort de son personnel licencié et à l’absence de réaction de la direction de l’UBP SA, les grévistes réuni-e-s en Assemblée générale ce soir, à 20h00, ont décidé , à l’unanimité, de reconduire leur grève demain 17 janvier.

Avec en tête deux de leurs slogans : « Orgapropre, on nous vire comme des malpropres » - « pas de travail, sans plan social ».

PS:

Pour tout renseignement complémentaire :
Merita Elezi, secrétaire syndicale, responsable du nettoyage, t : 078 720 99 59
Thierry Horner, secrétaire syndical, t : 078 751 24 40




Derniers articles