Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

à l’attention des Présidents

mercredi 14 novembre 2012 par Claude REYMOND

de Grèce
du Portugal
d’Espagne
d’Italie

Concerne : Pour l’emploi et la solidarité. Non à l’austérité

Nous syndicalistes d’Unia et de la CGAS - Communauté Genevoise d’Action Syndicale sommes aujourd’hui en mobilisation dans la Ville de Genève pour exprimer toute notre solidarité aux travailleuses et travailleurs en grève et aux organisations syndicales des pays concernés. Nous soutenons les revendications de nos camarades et nous espérons que les gouvernements européens prennent au sérieux les demandes de millions de citoyens de notre Continent.

Depuis des années, le mouvement syndical européen dénonce les mesures d’austérité. Elles font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession. Le résultat : arrêt de la croissance et chômage en hausse continue.

En coupant dans les salaires et dans la protection sociale on attaque le modèle social européen et on aggrave les inégalités et les injustices sociales.
Les « erreurs de calcul » du Fonds monétaire international (FMI) ont un impact incalculable sur la vie quotidienne des travailleurs et des citoyens européens. Cela remet en cause le fondement même de toute politique d’austérité. Le FMI doit présenter ses excuses. La Troïka doit revoir ses exigences.

L’Europe a une dette sociale pas seulement monétaire. La reprise annoncée n’a pas eu lieu. 25 millions d’Européens sont sans emploi. Dans certains pays, le taux de chômage des jeunes atteint plus de 50 pour cent. Le sentiment d’injustice règne et la grogne sociale s’amplifie.

Nous voulons des actes pour une croissance soutenable et des emplois. Pas seulement des paroles. Il y a une urgence sociale.

Les syndicats européens exigent un changement de cap. Les remèdes appliqués ne sont pas les bons, ils détruisent nos emplois et notre patrimoine social.

Le mouvement syndical demande un contrat social pour l’Europe avec un vrai dialogue social, une politique économique favorisant des emplois de qualité, une solidarité économique entre les pays, et la justice sociale.

Les travailleurs paient le prix fort de la crise et des mesures d’austérité alors que le monde de la finance et les spéculateurs continuent de prospérer.

Arrêtons la fraude fiscale, mettons fin aux paradis fiscaux et à la concurrence fiscale entre les pays. La taxe sur les transactions financières doit contribuer à réparer les dégâts du capitalisme casino.

Nos meilleures salutations,

Alessandro Pelizzari, Président CGAS

Umberto Bandiera, Commission Solidarité Internationale CGAS



Derniers articles