Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

NON à la fusion des fondations immobilières de droit public (FIDP)

mercredi 15 décembre 2010 par Claude REYMOND

Alors que les 4 fondations immobilières de droit public (FIDP) existant à Genève jouent un rôle social de proximité fondamental dans la politique du logement, le Conseiller d’Etat Mark MULLER veut les fusionner en une fondation unique, déconnectée des réalités sociales et entièrement sous sa coupe.

Or, plusieurs dizaines de citoyen-ne-s, politiques et représentant-e-s associatifs, siègent actuellement dans les 4 fondations et y font un travail de proximité remarquable. Sous prétexte de soi-disant dysfonctionnements, Mark MULLER veut que le logement social à Genève (6’800 logements aujourd’hui, 30’000 demain !) soit géré en petit comité, par des personnes qu’il pourrait nommer à sa guise, excluant par-là tout contrôle démocratique sur ces institutions !

Cette main basse politique opérée sur le logement social est inacceptable ! Elle remet en cause la volonté populaire qui avait clairement refusé la professionnalisation des conseils d’administration des entreprises publiques.
Cette fusion fait par ailleurs perdre aux FIDP existantes leur qualité de fondations HBM et permettra à la nouvelle fondation de construire des logements qui ne seront pas tous des logements pour les personnes à revenus modestes, et ceci avec l’argent de nos impôts.

Elle verrait en outre la généralisation des méthodes pratiquées par les régisseurs privés et qui font le drame de bon nombre de locataires.
Le projet de Mark MULLER, loin d’améliorer l’efficacité des fondations, va entraîner une augmentation des loyers en alourdissant les frais d’administration et de gérance au profit des régies privées.

Il va à l’encontre non seulement des intérêts de la collectivité publique, mais aussi des principaux intéressés, les locataires.

Le 13 février 2011, votez et faites voter NON à la loi 10330 !