Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

AFFAIRE SPERISEN

La justice genevoise prépare une demande d’entraide au Guatemala

mardi 9 novembre 2010 par Claude REYMOND

publié dans Le Courrier du 9 novembre 2010

La justice genevoise veut demander l’entraide judiciaire au Guatemala dans l’enquête contre l’ancien chef de la police nationale guatémaltèque Erwin Sperisen.
Ce
double national suisse et guatémaltèque
est accusé d’exécutions extrajudiciaires.
La demande d’entraide est en cours de
préparation et sera envoyée dans le courant du mois au procureur général du Guatemala, a indiqué hier à l’ATS le juge d’instruction genevois en charge du dossier,
Michel-Alexandre Graber.

Le magistrat espère recevoir une synthèse des accusations portées contre M. 
Sperisen. Dans un deuxième temps, il réclamera des preuves concrètes (témoignages et documents). Ensuite, il décidera
si l’enquête doit se poursuivre ou pas, a-t-il expliqué. M. Graber n’a pas encore entendu Erwin Sperisen. Il ne pourra le faire
que lorsqu’il aura reçu les informations
des autorités guatémaltèques. Il pourra
aussi décider si la procédure doit être limitée aux soupçons d’exécutions extrajudiciaires ou si elle doit être élargie à d’autres accusations.

Erwin Sperisen, 40 ans, a dirigé de
juillet 2004 à mars 2007 la police nationale
civile (PNC) du Guatemala. L’homme, qui
réside actuellement à Genève, dispose de
la double nationalité suisse et guatémaltèque et ne peut à ce titre être extradé
vers le Guatemala.

Un tribunal guatémaltèqueavait émis
début août des mandats d’arrêt contre
dix-neuf ex-fonctionnaires, dont M. Sperisen et l’ancien ministre guatémaltèque
de l’Intérieur Carlos Vielman, accusés
d’avoir fait partie d’un groupe criminel
autonome au sein du ministère de l’Intérieur. Au moins dix d’entre eux, dont M. 
Vielman, ont déjà été arrêtés. Ces responsables sont accusés d’avoir pris part aux
exécutions extrajudiciaires de détenus
évadés deux prisons proches de Guatemala City, en 2005 et 2006, ainsi que d’autres crimes.

Dans une interview accordée à la fin
août à l’ATS, Erwin Sperisen s’était déclaré
victime d’une « campagne de diffamation »
et de « manoeuvres politiques » liées à son
action contre les narcotrafiquants.

Depuis lors, le double national s’est retiré du comité du Parti évangélique (PEV)
genevois. Il reste toutefois membre du parti, a précisé à l’ATS le secrétaire général du PEV Joel Blunier. Au cas où il serait
condamné, le parti lancerait une procédure d’exclusion. ATS



Derniers articles