Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

le lundi 10 mai 2010 à 12h15 place du Molard

vendredi 7 mai 2010 par Claude REYMOND
Aux médias genevois
et à la presse syndicale
 
Genève, le 7 mai 2010
 

conférence de presse qui inaugure le "stand permanent" de récolte de signatures référendaires LACI

Madame la rédactrice, Monsieur le rédacteur,

A l’initiative des syndicats genevois s’est constitué un comité référendaire contre la 4e
révision de l’Assurance chômage et insolvabilité*.

Bien que nanti déjà de plusieurs milliers de signatures, parce que la date de votation a
déjà été annoncée par le Conseil fédéral pour septembre, le comité référendaire genevois
souhaite toutefois présenter à la population ses arguments pour le référendum et la
convaincre de rejeter la 4e révision de la LACI au moyen d’un stand permanent installé à
la place du Molard.

Nous souhaitons vous présenter notre analyse et nos arguments à l’occasion de sa
première installation, et vous invitons à notre

conférence de presse le lundi 10 mai 2010 à 12h15
place du Molard - Genève

En souhaitant que votre média s’y intéresse, nous vous prions d’agréer, Madame la
rédactrice, Monsieur le rédacteur, nos salutations distinguées.

Pour contact : Alessandro PELIZZARI, Unia, vice-président CGAS 079 817 29 04

PDF - 86.9 ko
2010-05-07dspe_CGAS_autorisation_Molard.pdf

paru dans Le Courrier du 11 mai 2010

Un stand permanent pour défendre les chômeurs

RÉFÉRENDUM • Durant cinquante jours, la gauche tiendra une permanence de rue pour
convaincre la population à refuser la dégradation de l’assurance-chômage.

Reprendre la rue, et pas n’importe laquelle.
La gauche genevoise a inauguré hier
son « stand permanent » sur la place du
Molard pour alerter la population et faire
signer le référendum contre la révision de
l’assurance-chômage. Chaque jour jusqu’à
fin juin, sauf le dimanche, les militants
de la coordination référendaire seront
présents entre 12h et 14h au coeur de
Genève. Après un mois, plus de 25 000 signatures
ont été engrangées au niveau
fédéral, se réjouit Alessandro Pelizzari,
cheville ouvrière du comité genevois.

Mais la première phase de récolte a
aussi révélé un manque d’information de
la population sur les enjeux de la bataille,
poursuit le secrétaire syndical d’Unia. De
plus, le Conseil fédéral a déjà fixé le scrutin
au 26 septembre, la campagne de vote sera
donc courte. « Nous voulons ouvrir dès
maintenant le débat public, dans un
espace public », lance le syndicaliste. Par
ailleurs, cette présence quotidienne de la
gauche occupera la place squattée en automne
2009 « par un parti d’extrême droite
désignant les frontaliers comme responsables
du chômage alors qu’ils en souffrent
autant que la population résidante ».

Pour inaugurer le stand, un militant de
l’Association de défense des chômeurs a
expliqué n’être « qu’un numéro » aux yeux
de l’administration. Les économies à faire
sur le dos des sans-emploi sont ainsi désincarnées
« alors que le chômage peut frapper
tout un chacun ». Reprenant au vol, le secrétaire
syndical de Comedia Bernard Remion
a décortiqué la copie des Chambres fédérales :
« Presque 700 millions de francs
d’économies sont prévus par une loi ne
comportant aucune amélioration pour les
chômeurs, rien que des dégradations. »

Les jeunes figurent parmi les principales
victimes des coupes, a renchéri un
militant de la coordination des étudiants
contre la révision de l’assurance-chômage :
« La couverture des jeunes tombe de
400 à 200 jours et même à 90 jours au sortir
de formation. » Et de mettre en lumière
une contradiction de la loi : « Il est reproché
aux jeunes de manquer d’expérience, mais
la révision nous obligerait à prendre tout
travail même sans rapport avec notre formation.
A ce rythme, on n’aura jamais
d’expérience. »

Ces dispositions entraînent une « rupture
des solidarités » contraire au but de la
sécurité sociale, complète Jocelyne Haller,
militante de Solidarités. A ses yeux, la réforme
entre ainsi en contradiction avec la
Constitution. Sur le plan financier, Bernard
Remion a enfin rejeté l’utilité de cette révision
« car la loi actuelle permet déjà d’augmenter
les cotisations de 0,5% pour résorber
le déficit sans réduire les prestations
aux chômeurs ». MICHEL SCHWERI

PS:

*Association de défense des chômeurs ADC ; Association du personnel de l’administration générale de la
Confédération APC ; Association de défense et de détente de tous les retraités et futurs retraités AVIVO ; Cartel
intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné ; Communauté genevoise d’action syndicale
CGAS ; le syndicat des médias Comedia ; Conférence universitaire des associations d’étudiants CUAE ; Jeunesse
socialiste JSG ; Parti écologiste genevois Les Verts ; Mouvement populaire des familles mpf ; Mouvement pour le
socialisme MPS ; Oeuvre suisse d’entraide ouvrière OSEO ; Parti socialiste genevois PSG ; sous-fédération des
pensionnés SEV/PV ; Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs SIT ; solidaritéS ; Syndicat
suisse des services publics SSP/VPOD ; Syndicat interprofessionnel SYNA ; Syndicat de la Communication
Syndicom-poste ; UNIA Le syndicat.UNIA.




Derniers articles