Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les 1127 signatures ont été déposées à 11h45 ce 7 juillet 2016

P 1979

jeudi 7 juillet 2016 par Claude REYMOND

Tracasseries administratives, culpabilisation,
économies à mauvais escient : les chômeurs et chômeuses disent STOP !

Les chômeur-se-s ne décolèrent pas contre les mesures vexatrices décidées par l’Office cantonal de l’emploi (OCE) depuis le début de l’année. Ils étaient plus de 40 à se rassembler à la place du Bourg-de-Four pour remettre au Secrétariat du Grand Conseil les signatures sur la pétition pour « le retrait des dernières mesures prises par l’Office cantonal de l’emploi » et pour un vrai soutien aux personnes au chômage.

Puisque le cortège croisa Monsieur le Conseiller d’Etat Mauro Poggia - en charge de la politique cantonale en matière de chômage - qui sortait de son département, Manuela Cattani, présidente de la CGAS, a pu expliquer de vive voix combien la mesure de doublement du nombre de recherches d’emploi mensuelles pour toutes les personnes au chômage, quelle que soit leur situation individuelle, était une absurdité qui ne tenait nullement compte de la spécificité du marché du travail genevois.

Devant la Chancellerie, plusieurs participant-e-s s’exprimèrent.

Manuela Cattani, présidente de la CGAS et secrétaire générale du SIT, a placé dans le contexte de tout ce que l’OCE a entrepris depuis le début de l’année le doublement du nombre de recherches minimales, qui ne visent qu’à faire des économies dans le budget cantonal dévolu au chômage alors que le Conseil d’Etat et le Grand Conseil s’apprêtent à offrir de nouveaux cadeaux fiscaux aux grandes entreprises multinationales avec la réforme de l’imposition des entreprises à venir.

Marc-Antoine Fournier de l’Association de Défense des Chômeurs (ADC) a insisté sur le fait que les mesures prises par l’OCE s’intègrent dans un système punitif qui prive, par le biais de sanctions financières infligées à toute personne qui n’obéit pas aux injonctions, d’un revenu déjà amaigri par le chômage et qui précarise ainsi également son entourage familial. Avec les 15’000 chômeur-se-s genevois-e-s, c’est ainsi 30’000 personnes partageant leur vie qui souffrent, le chiffre au niveau national est d’environ un demi-million !

Un représentant de l’association 50 & plus a mis l’accent sur la difficulté des personnes de plus de 50 ans de retrouver un emploi et l’absurdité d’exiger 10 recherches par mois à une personne à quelques encablures de la retraite alors que les préjugés injustifiés contre les personnes de 50 ans et plus sont tenaces dans la tête des employeurs.

Jocelyne Haller, membre de solidaritéS et députée au Grand Conseil pour Ensemble à Gauche, a mis en évidence le fait que le fléau du chômage tend à isoler les personnes touchées alors que le chômage est un problème social et collectif. Elle a salué la récente mobilisation des chômeur-se-s comme une première sortie du silence et a appelé de ses vœux la continuation de la lutte pour rompre l’isolement dont sont victimes les chomeur-se-s.

Les 1127 signatures ont été déposées à 11h45 et rendez-vous fut donné pour l’automne.

PS:

Pour plus d’informations :

Manuela CATTANI, présidente CGAS, secrétaire générale SIT

Jocelyne HALLER, députée au Grand Conseil pour Ensemble à Gauche




Derniers articles