Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Sur le résultat annuel de Tamedia

C’est au tour du personnel de profiter des bénéfices

mercredi 4 avril 2012 par _information fournie par la composante

Le syndicat syndicom n’est pas surpris que Tamedia SA boucle l’exercice annuel 2011 sur un bénéfice susceptible de battre un record. Malgré les difficultés que traverse la branche, plusieurs circonstances ont rendu ce résultat possible : les réductions constantes de personnel dans les rédactions et à la production, la vente de médias et de participations ne réalisant pas des bénéfices maximums, ainsi que les externalisations et la surcharge permanente de travail pour le personnel. syndicom exige dès lors de recentrer les priorités sur le personnel et les conditions de travail.

Le recul des annonces et les mandats d’impression donnés à l’étranger ont nourri ces derniers mois les discussions dans la branche des médias et de l’imprimerie. Malgré tout, Tamedia AG, la plus grande maison médiatique helvétique, a aussi engrangé en 2011 des bénéfices exorbitants à hauteur de 179 millions de francs. C’est presque deux fois plus qu’en 2010.

Au vu des millions de bénéfice réalisés par Tamedia et d’une marge bénéficiaire (EBIT) de 15,3%, syndicom estime que des mesures s’imposent pour faire enfin participer le personnel de manière appropriée au bon résultat obtenu.

  • Comme les participations au bénéfice ne sont pas durables, il serait plus que justifié de verser des augmentations salariales de 200 francs par mois à tous les employé-e-s. Cela coûterait seulement 10 millions de francs. Et une augmentation de presque 50% des dividendes est prévue pour les actionnaires !
  • Il faut stopper la remise à l’étranger de mandats d’impression appartenant à Tamedia, ainsi que l’externalisation de la production d’annonces. Les propriétaires de Tamedia n’ont pas besoin de ces bénéfices supplémentaires ; ils ont le devoir de renforcer le marché du travail de l’industrie de l’impression en Suisse au lieu de le mettre en péril par des suppressions de postes.
  • Après plusieurs années caractérisées par des suppressions d’emplois, l’évolution du personnel doit prendre une tournure positive ; il faut à nouveau déplacer au profit des employé-e-s le rapport entre quantité de travail et personnel.
  • Il faut garantir à long terme les trois sites de production de Zurich, Berne et Lausanne/Bussigny. De plus, il ne faut pas enlever d’autres moyens aux titres de presse : les effectifs en personnel et la qualité doivent avoir la priorité.
  • Le résultat annuel de Tamedia démontre qu’il ne faut pas porter atteinte aux prestations actuelles (p. ex. les suppléments pour travail de nuit) lors des négociations agendées cette année pour le renouvellement du contrat collectif de travail (CCT) de l’industrie graphique. Il est exclu que le stress et le travail de nuit nuisible à la santé remplissent des attentes de gain exorbitantes.
  • Tamedia, de loin la plus grande maison d’édition de Suisse, doit enfin assumer ses responsabilités pour que reprennent – après huit ans de vide contractuel – les négociations sur une CCT pour les journalistes de Suisse alémanique et du Tessin.

Berne, le 4 avril 2012

Renseignements complémentaires
· Le matin : Nina Scheu, Communication syndicom, tél. : 058 817 18 68
· L’après-midi : Roland Kreuzer, responsable du secteur médias, tél. : 079 759 49 72



Derniers articles