Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

des politiques qui s’attaquent aux sans-emploi mais pas au chômage

manifestation contre le chômage : samedi 2 avril 2011 14h

Office cantonal de l’emploi aux Glacis de Rive

lundi 28 mars 2011 par Claude REYMOND

Les 2313 chômeurs laissés sur le carreau du jour au lendemain à Genève : voilà l’effet de la nouvelle loi fédérale sur le chômage (LACI) qui entrera en vigueur le 1er avril. Toutes les personnes au chômage sont concernées : les jeunes, les artistes, les chômeurs âgés et surtout les travailleurs de plus en plus nombreux qui dépendent d’emplois précaires à durée déterminée – en majorité des femmes – seront laissés pour compte avec des prestations au rabais.

PDF - 36.9 ko
CGAS=appel 2 avril 2011


A Genève : exigeons le respect de la volonté populaire !

Genève, l’un des cantons plus touchés de Suisse, s’est très nettement opposé à cette nouvelle loi avec un NON dépassant les 70% dans les communes populaires.
Les autorités genevoises n’ont pourtant pas hésité, au lendemain de la votation, à supprimer purement et simplement le RMCAS (Revenu minimum cantonal d’aide sociale), le dernier filet du chômage avant l’assistance publique.

Près de 900 sans-empoi et 3500 personnes de leurs familles risquent d’être ainsi renvoyées sans délai à l’assistance. Les syndicats s’opposent à la suppression du RMCAS et ont co-lancé un référendum pour lequel la récolte de signatures est en cours.

La politique cantonale en matière de chômage : totalement insuffisante

L’actuelle politique cantonale en matière d’emploi et de chômage poursuit quatre objectifs :

  1. Réduire les statistiques du chômage officiel. Les autorités se glorifient de la réduction du séjour moyen au chômage ainsi que de la diminution relative du taux de chômage. Ce résultat a été obtenu par une accélération du « tournus » au chômage. Les assurés alternent entre périodes de placement précaires et périodes de chômage. Ils disparaissent ainsi fréquemment de la « photo instantanée du chômage » prise à un jour J, tout en continuant de peupler le « film annuel » du chômage, où défilent de plus en plus de gens.
  2. Offrir un réservoir de main-d’œuvre à bon marché. Loin d’être indemnisés à ne rien faire, les chômeurs, et en particulier les chômeurs de longue durée, ne sont en réalité pas autre chose que des « intermittents du travail ». Affectés à des travaux dits d’utilité publique, ils nettoient et réparent les dégâts écologiques et sociaux de l’économie de marché aux frais de la collectivité. Les « Emplois de solidarité » constituent dès lors une sorte de service (public) après-vente du secteur privé. Des tâches qui pourraient être créatrices de vrais emplois, sont ainsi assurées par des travailleurs sous-payés et non reconnus car leur salaire se situe entre CHF 3250.– et 3750.– par mois).
  3. Faire pression sur les conditions de travail et les salaires. Pendant la durée de son indemnisation, le chômeur touche 70% à 80% de son ancien salaire. Il se voit également contraint d’accepter à titre de gain intermédiaire des emplois à bas salaire, à temps partiel, à durée déterminée, etc. Loin de protéger la position des travailleurs sur le marché de l’emploi, comme devrait le faire une assurance perte de gain, le chômage tend bien plutôt à les éduquer à la précarité. Tout passage au chômage réduit donc les prétentions salariales et le niveau d’exigence des bénéficiaires, pour le plus grand profit des employeurs. D’autre part, la notion d’emploi convenable a été supprimée pour tous les travailleurs de moins de 30 ans sans enfant, dès lors contraints d’accepter n’importe quel emploi, sans tenir compte ni de la formation, ni de l’expérience professionnelle précédente.
  4. Subventionner les entreprises. La généralisation des stages en entreprise payés par le chômage a permis à ces dernières de se décharger sur la collectivité des coûts de leur main d’œuvre. Certaines fonctionnent ainsi en permanence avec une rotation sur trois mois de « stagiaires » aux frais de la collectivité plutôt que d’engager des fixes ou des auxiliaires, alimentant le chômage.

L’OCE entend désormais doubler la durée de ces stages pour les porter à six mois, sous couvert ­d’offrir aux chômeurs une formation qualifiante. Des vendeuses de 20 ans d’ancienneté se retrouvent ainsi à remplir les rayons de la Migros, payées CHF 15.– de l’heure, sans que l’employeur n’ait à verser un centime de salaire ou de charges sociales (en 2009, la Migros annonçait un bénéfice de ­846 millions de francs).

Les syndicats membres de la CGAS exigent une autre politique en matière de chômage et la mise en place d’une réelle politique de création d’emplois socialement utiles.

Ils réclament entre autres :

des mesures urgentes pour contrer les effets de la révision de la LACI

  • introduction dans la loi cantonale sur le chômage, d’un droit à 120 jours d’indemnités cantonales dès le 1er avril pour les chômeurs-euses que la révision de la LACI laisse sur le carreau et jette à l’assistance ;
  • introduction dans la loi cantonale sur le chômage du droit à des indemnités cantonales de chômage pour compenser les réductions imposées par la révision de la LACI à toutes les catégories de chômeurs-euses ;
  • le maintien et le renforcement du RMCAS.

Plus de protections pour les travailleuses et travailleurs

  • un meilleur partage du temps de travail et des protections accrues contre la flexibilité : 188 millions d’heures supplémentaires ont été effectuées en Suisse en 2008, soit l’équivalent de 98’000 emplois à plein temps ;
  • des protections contre les licenciements. Une politique volontariste de création d’emplois socialement utiles en lieu et place d’une politique économique obsessionnellement orientée vers l’attraction de capitaux.
PS:
APC 022 795 91 11 - Association du personnel de la Confédération
ASEB 022 810 27 13 - Association suisse des employés de banque
AvenirSocial 077 460 85 93 - Association suisse des professionnels de l’action sociale
GaraNto 022 979 19 01 - le syndicat du personnel de la douane et des gardes-frontière
H&GU 021 616 27 07 - Hotel & Gastro Union
New Wood 079 202 33 08 - syndicat Bois Neuf des Nations Unies
SEC 022 310 35 22 - Société suisse des employés de commerce
SEV 021 321 42 53 - Syndicat du personnel des transports
SEV/TPG 022 731 07 73 - Section SEV du personnel TPG
SIT 022 818 03 00 - Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs
SSF - eldp 022 782 20 37 - Syndicat sans frontières
SSM 022 328 72 38 - Syndicat suisse des mass-media
SSP/VPOD 022 741 50 80 - Syndicat suisse des services publics
SSPM 022 320 21 93 - Société suisse de pédagogie musicale
SYNA 022 304 86 00 - syndicat interprofessionnel
Syndicom 058 817 19 22 - Syndicat des médias et de la communication
Transfair 022 798 19 68 - Transfair
UNIA 022 949 12 00 - UNIA Le syndicat.
USDAM 022 794 16 47 - Union suisse des artistes musiciens



Derniers articles