Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

2011-05-01 discours Mohamed BEN HENDA Association tunisienne de Genève

Ne regardez pas de loin nos révolutions !

2011-05-01mai discours Association tunisienne de Genève Mohamed BEN HENDA

Cher(e)s camarades, chers ami(e)s,

Le peuple tunisien a inauguré le processus révolutionnaire du 21ème siècle. Il a signé l’annonce d’une nouvelle marche de l’humanité vers un monde plus juste, plus équitable. La dignité, la liberté et la vraie citoyenneté sont les objectifs ultimes de cette révolution. Les peuples arabes ont vite répondu à cet appel et la révolution est entrain d’être généralisée dans la région. Du Maroc au Yémen, les peuples bien que composés de nombreuses ethnies et religions, se trouve unis devant des dictatures disposant de machines répressives impressionnantes et longtemps soutenues par l’impérialisme.

Chers camarades et chers amis,

Ici même, dans cette manifestation, voilà que nous revendiquons l’égalité des salaires entre la femme et l’homme ainsi que le SMIG de 4000.-Fr. C’est en fait la dignité à toutes et tous que nous revendiquons. Ne s’agit-il pas ici d’une synergie entre les peuples ?! C’est la dignité qui est à l’ordre du jour que ce soit à Tunis ou à Genève. Nous avons le devoir d’être solidaire les uns envers les autres face à ce système néo-libéral qui domine la planète.

La région arabe est actuellement le fer de lance de cette lutte. Appuyons avec toutes nos forces cette entreprise révolutionnaire. Les pouvoirs dans les pays occidentaux, ces gardiens des oligarchies financières, ont été surpris par la révolution tunisienne. Maintenant ils essayent d’intervenir par tous les moyens en vue de réorienter ou même d’avorter ces révolutions dans le but de sauvegarder leurs mains mises sur les richesses de la région et d’imposer leur choix économiques, politiques, et sociaux dans le monde. Plus dangereux encore, peut être sont-ils entrain de manigancer des nouvelles guerres civiles à travers leurs interventions militaires et diplomatiques. L’intervention en Libye et son ambigüité quant aux objectifs nous laisse penser qu’ils sont entrain d’égaliser l’équilibre de force à fin de perdurer la guerre. En Tunisie, français et étasuniens, sont en train de renforcer les forces islamistes qui n’étaient pour rien dans la révolution. Ils ne veulent surtout pas qu’un nouveau modèle démocratique et social s’installe en Tunisie et qui pourra servir d’exemple à d’autres peuples.

Pour ce, nous revendiquons :

  1. l’arrêt immédiat de toutes formes d’ingérences dans les affaires des peuples arabes. Laissons les construire, d’une manière endogène leur modèle sociétal ;
  2. la restitution des biens et des avoirs spoliés par les dictateurs. Nos peuples n’ont aucun envi de contracter de nouvelles dettes alors que les banques en Suisse et ailleurs détiennent immoralement des sommes d’argent colossales qui nous appartiennent ;
  3. l’annulation des dettes odieuses contractées par les dictateurs. A titre d’exemple, les tunisiennes et tunisiens ne sont pas prêts à payer les factures des bombes lacrymogènes et les divers armes envoyées par Sarkozy à son ami Ben Ali pour réprimer ces même tunisiennes et tunisiens pendant le soulèvement. Nous ne payons pas non plus les dettes qui ont servi à la corruption.
  4. l’arrêt immédiat de l’expulsion des immigrés et de leur octroyer un statut qui leur permettrait de vivre dignement.

Soyons solidaires en vue de construire un nouveau monde juste.

Ne regardez pas de loin nos révolutions !

Vive les révolutions arabes, vive la solidarité internationale !