9 novembre 1932 - plus jamais ça

à la mémoire du 9 novembre 1932, pour la démocratie et la liberté

p.a. CGAS - Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

la Pierre

mardi 30 octobre 2007 par nadine

et le texte de la plaque visible au verso

« Suite au rejet d’une initiative fiscale genevoise visant à protéger
les revenus des petits contribuables, les sympathisants de l’autoritarisme antidémocratique convoquent une assemblée
pour mettre en accusation publique les leaders de la gauche ;
cette dernière appelle à une contre-manifestation.

Le gouvernement genevois sollicite l’armée qui met à disposition
les effectifs d’une école de recrues « afin de coopérer à l’action de
la police en vue du maintien de l’ordre ». On dit aux soldats que
la révolution a éclaté à Genève ; sur les 600, quatre d’entre-eux refusent la mission.

Ici, le 9 novembre 1932, l’armée suisse tire sans sommation sur
des manifestants protestant contre à la tenue d’un meeting fasciste. Le feu tue 13 personnes et en blesse 65 autres.

Cette pierre fût posée 50 ans après et cette plaque payée par souscription publique sous l’égide du Comité d’organisation des manifestations du 1er mai. »

En 2006, y fut ajoutée la Lanterne de la promesse


Avant d’être heureusement soustraite à son triste sort, la pierre du 9 novembre 1932 devait être noyée dans le lit du Rhône, au fond du lac de Verbois. Et, comme ses congénères, condamnée à ne voir le soleil que tous les neuf ans !

Elle est mieux où elle est…

Jacques ROBERT, le 20 juin 2012


SEMO
Service de la mensuration officielle quai du Rhône 12
case postale 36
1211 Genève 8


le 25-08-2008


détermination de l’endroit d’où parti le feu meurtrier du 9 novembre 1932 près de l’esplanade d’Uni Mail

Madame, Monsieur,

Notre Comité a obtenu l’aval des autorités municipales pour déplacer La Pierre qui fut posée en 1982 au bout de la Plaine de Plainpalais vers l’endroit l’endroit d’où parti le feu meurtrier du 9 novembre 1932, exécuté par l’armée suisse au commandement du Colonel Lederret à 21h34.

Nous avons sollicité le concours du Département des institutions et nous venons présentement requérir du Département du territoire et de votre service une contribution pour faciliter le repérage sur place et obtenir l’aval des partie afin de déposer une APA.

En effet, nous souhaitons que La Pierre soit placée au plus près de ce que l’histoire nous indique. Le dossier le plus complet et objectif concernant cette affaire (Le 9 novembre 1932 à GENÈVE - A la Recherche de la Vérité - Edité par la Fédération suisse des Socialistes religieux - IMPRIMERIE POPULAIRE LAUSANNE – 1933, téléchargeable ici http://www.cgas.ch/9novembre/spip.php?article46), fourni un plan (page 6 et vectorisé en annexe) et, par la citation suivante (page 49), nous renseigne :

Qu’on lise encore la description suivante donnée également par un journal de droite, la Tribune de Genève du 11 novembre 1932 :
« Sans autre sommation les soldats épaulèrent et au signal de « feu » donné par le chef de la compagnie, la fusillade éclata. Aux coups de feu succéda le lugubre crépitement des fusils mitrailleurs. Au premier moment, la foule crut que les soldats avaient tiré à blanc, mais de partout partirent des cris d’épouvante. Les soldats avaient tiré, à moins de 20 mètres, sur les manifestants. Ce fut dans toutes les rues une panique et un sauve-qui-peut général.

Pourriez-vous nous indiquer les coordonnées GPS du périmètre désigné ?, ou à tout le moins, seriez-vous disposer à nous fournir un plan qui permette aux délégations des parties concernées de repérer dans l’espace de l’esplanade d’Uni Mail l’emplacement situé sur le plan annexé par le nombre 10 ?

En restant dans l’attente de vous lire, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

En annexe : 1 extrait plan dressé en 1932 et déposé aux archives cantonales + courrier du jour à M. Moutinot - DI


CGAS
Rue des Terreaux-du-Temple 6
1201 Genève
A l’ait. de M. Claude Reymond


Genève, le 2 octobre 2008


Nous avons bien reçu votre courrier du 25 août 2008 qui a retenu toute notre attention. Vous nous demandez, dans ce dernier, de vous communiquer les cordonnées GPS de l’endroit d’où parti le feu meurtrier du 9 novembre 1932.

Compte tenu du croquis que vous nous avez fourni et des divers documents d’archives en notre possession, il nous est effectivement possible de déterminer approximativement la position de ce drame dans l’environnement d’aujourd’hui.

Le terme approximatif est utilisé afin de vous rendre attentif qu’il est illusoire, compte tenu de la position des soldats, de la précision du croquis, de la qualité de la photo aérienne de 1932 et de la méthode utilisée pour caler l’image dans le cadastre d’aujourd’hui, d’obtenir mieux qu’une approximation,

Les coordonnées GPS sont les suivantes : lat/long 0 : 46°11’42,00" 6°08’27,60"

Nous vous joignons en annexe deux plans : le premier illustre la photo aérienne de 1932 calée dans le cadastre d’aujourd’hui avec la position des coordonnées GPS ; quant au second plan, la photo de 1932 est remplacée par la photo aérienne de 2005.

En espérant avoir répondu à votre demande, je vous prie, Mons)eur, de recevoir mes meilleures salutations.

Annexes : mentionnées

Henrich Duriaux
Adjoint de direction


PS:

Rédigé à l’occasion de la promenade du 150e anniversaire du Premier Congrès de l’AIT
...

En 2008, le Conseil d’État a accepté le déplacement de la Pierre à l’endroit exact d’où sont partis les coups de feu (déplacement de 100 mètres), de l’autre côté du boulevard Carl-Vogt, sur le parvis de l’Université. Alléguant du poids trop élevé de la pierre, le rectorat de l’Université s’y est opposé.