9 novembre 1932 - plus jamais ça

à la mémoire du 9 novembre 1932, pour la démocratie et la liberté

p.a. CGAS - Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

Ouvrages

mardi 30 octobre 2007 par Claude REYMOND

concernant la période proche du 9 novembre 1932

A la recherche de la vérité, Fédération suisse des Socialistes religieux, 1933, téléchargeable

l’armée au service du captial - le mouvement ouvrier et les luttes antimilitaristes, ligue marxiste révolutionnaire, 1972

Quand l’armée tirait sur la foule, F. Gonseth, 1977

Genève 1930-1933 : la révolution de Léon Nicole, 1978

Genève 1930-1939 : le temps des passions, Claude Torracinta, 1978

Combat pour la dignité ouvrière, Lucien Tronchet, Editions Grounauer, 1979

L’aventure socialiste genevoise, 1930-1936, A. Spielmann, 1981

L’armée assassine 13 travailleurs, Brochure éditée par l’organisation de jeunesse du Parti socialiste ouvrier en 1982. téléchargeable

La vie quotidienne et les luttes syndicales à Genève 1920-1940, Christiane Wist, Editions Collège du Travail, 1984 - pages 107 à 122

Un coup... Tirez bas... Feu ! Georges Kliebès, Slatkine - 1992

Pour une histoire sans trou de mémoire – Charles Heimberg, GSsA – novembre 1992

Confrontations, Cahiers du Collège du Travail – octobre 1992

« Genève, 9 novembre 1932 », film documentaire de Jacqueline Veuve, 1992.

Le 9 novembre 1932, Le Brécaillon, Bulletin de l’Association du Musée militaire genevois, n° 15 janvier 1993

Souvenirs d’un rebelle, André Bösiger, Canevas Editeur, 1998 - pages 47 à 55

2006 Anne Cuneo Fenêtre sur le 9 novembre, jeu dramatique en cinq tableau, 35 pages

L’extrême droite genevoise // Des origines à nos jours, Jérôme Béguin, Editions Caébdita, 2007 - pages 21 à 26

MOURIR EN MANIFESTANT - RÉPRESSIONS EN DÉMOCRATIE -
LE 9 NOVEMBRE 1932 EN PERSPECTIVE
, les actes du colloque du 7 novembre 2007 sortent de presse pour le 9 novembre 2008, publiés par les Éditions d’en bas de Lausanne et l’AEHMO (Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier)

La manifestation de 1932 à Genève, Valériane Moser, Gymnase Kirchenfeld Section Économie et Droit, travail de maturité - Bollingen, décembre 2008 téléchargable

Brochure imprimée par le Réseau Antifasciste Genève à l’occasion de la commémoration de la fusillade du 9 novembre 1932 Pour un antifascisme anti-autoritaire et de classe téléchargeable

Supplément La Cité du 12-02-2013 : Genève, les monuments de la discorde, avec « La pierre du 9 novembre 1932, une histoire à rebondissements » téléchargeable

Quand l’esprit de Genève s’embrase, au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932, Jean Batou, Éditions d’en Bas


Autres références

Dictionnaire Historique de la Suisse, Pierre Jeanneret, 2004 ?

La Suisse - de la formation des Alpes à la quête du futur, Niklaus FLUELER + 4 autres rédacteurs, Ex Libris, 1975 - compte 7 lignes en pages 86 et 7 lignes en pages 354 + 355

Le Mouvement ouvrier suisse, Groupe de travail Zurich, Editions Adversaires, 1978 - compte 14 lignes en page 237

Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, Comité présidé par Jean-Claude Favez, Payot, 1986 - compte 5 lignes en page 699

wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_du_9_novembre_1932_%C3%A0_Gen%C3%A8ve#Liste_des_victimes


Dictionnaire Historique de la Suisse, Pierre Jeanneret, au 07/07/04 (Genève, fusillade de)

Point culminant en Suisse de l’affrontement entre l’extrême gauche et l’extrême droite, les événements genevois du 9 novembre 1932 s’inscrivent dans le contexte de la montée des totalitarismes en Europe, de la crise économique, du chômage et annoncent le "printemps des Fronts" de 1933. Le climat politique est particulièrement tendu à Genève où, de surcroît, une série de scandales (affaire de la Banque de Genève) ont éclaboussé les partis de la droite traditionnelle. Des bagarres dans la rue opposent les militants du parti socialiste de Léon Nicole et ceux de l’Union nationale de Géo Oltramare. Une affiche provocatrice de cette dernière, annonçant la "mise en accusation publique des sieurs Nicole et Dicker" à la salle de Plainpalais, pousse les socialistes à organiser une contre-manifestation. Craignant pour l’ordre public, le Conseil d’Etat fait appel à l’armée. Au soir du 9 novembre, une tactique militaire peu appropriée face à une foule antimilitariste et surchauffée par la violence verbale de Nicole, une succession d’ordres maladroits et le recours à des officiers et recrues inexpérimentés conduisent au drame. Le déroulement des faits et le partage des responsabilités restent l’objet de controverses. Se sentant menacée, la troupe ouvre le feu, faisant 13 morts et 65 blessés. Un procès devant les assises fédérales (mai 1933) aboutit à l’emprisonnement de Léon Nicole. La fusillade provoque une intense émotion et aura d’importantes répercussions électorales : en novembre 1933, les socialistes obtiennent la majorité au Conseil d’Etat genevois ainsi qu’au Conseil municipal de Lausanne. A la suite de cet événement s’ouvrira en outre la discussion sur le rôle de l’armée dans le maintien de l’ordre public