Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

discours de Alejo PATINO - Syndicom

Discours du 1er mai 2013, à la Place de Neuve

mercredi 1er mai 2013 par Carlos

Compañeras y Compañeros

Ce mot qui signifie « camarades, compagnon de travail ou de lutte » en espagnol, ne s’éteint pas avec le temps. Au contraire, il se ravive à chaque fois que la solidarité doit être rappelée. Le 1er mai a toujours été le point de repère pour évoquer les conquêtes sociales et les droits acquis dans la lutte, et parfois dans le sang.

Demir SöNMEZ

Si nous avons la chance d’avoir des conditions de travail encore acceptables et des assurances sociales nous permettant de faire face, dignement, aux aléas de la vie, elles ne sont pas tombées du ciel. Les patrons ne nous en ont pas fait cadeau : elles ont été gagnées grâce aux luttes ouvrières et aux sacrifices que nos prédécesseurs ont fait. On doit s’en souvenir aujourd’hui et reprendre le flambeau.

Aujourd’hui, l’arrogance patronale est à son comble. D’un côté, des top managers s’octroient des salaires scandaleux que rien justifie. Tandis que d’un autre côté, les salariés voient leurs revenus stagner ou régresser et leurs conventions collectives sont régulièrement attaquées.

Encore une fois, on veut nous faire payer une crise dont nous ne sommes pas responsables. La crise financière et économique atteste encore une fois, toutes les contradictions d’un système fondé sur l’exploitation des salariés et le pillage des ressources naturelles, au profit d’une minorité de privilégiés.

Actuellement, dans l’imprimerie, nous nous retrouvons sans CCT depuis le début de l’année à cause des attaques patronales pour imposer le passage à 42h.

Mais travailler 42 heures dans les imprimeries en 2013, ça veut dire faire passer à la trappe plus de mille postes de travail en Suisse et ça serait aussi un retour en arrière de 36 ans, puisque les 40h ont été obtenue en 1977.

Aujourd’hui, on veut nous faire travailler 2 heures de plus gratuitement. Demain, ils voudront passer à 45 heures, puis le 13e salaire sera attaqué. Puis les vacances. Et les indemnités pour le travail de nuit, celles pour le travail du dimanche.

Et la, je parle de l’industrie graphique. Mais on sait bien que ces attaques sont aussi menées dans d’autres secteurs : les métallos, les libraires. Et les journalistes eux, savent déjà, qu’à la fin de cette année les éditeurs ne reconduiront pas la CCT.

Ca n’est plus supportable de voir des travailleurs venir au boulot la peur au ventre et d’accepter tout et surtout n’importe quoi, pour ne pas être dans le collimateur et d’espérer sauver sa peau. La pression exercée sur les travailleurs par les patrons, leurs menaces, et même parfois leurs insultes ne légitiment pas notre renoncement à résister…

Il y a la question du partenariat social. Mais quel partenariat social ? Actuellement ca n’est plus que mépris, intimidations et chantage. « Tu bosses et tu fermes ta gueule ou je te vire ». C’est ça aujourd’hui, la vision Patronale du partenariat social.

Le 1er mars dernier était organisé un rassemblement pour défendre notre CCT en dehors des heures de travail, entre 12h et 14h. Membre du comité de section, j’ai convié mes camarades a y participer... Je me suis fait licencier le 27 février…, mais avec mon Syndicat, soutenu par des camarades d’autres syndicat on a débarqué dans la boite après le rassemblement du 1er Mars. On a mené un tel bal qu’en fin de journée l’employeur déclarait par téléphone accepter de recevoir une délégation le lundi suivant. ….. Mon licenciement a été annulé, il a reconnu avoir commis une maladresse. ….. Merci camarades.

Un patron, c’est comme un enfant :il a besoin de limites. Et il les cherche les limites. Activement, il essaie de repousser les nôtres le plus loin possible. Et comme à un enfant, il nous faut lui mettre un cadre et lui réapprendre, tous les jours, à le respecter. Nous pouvons le faire parceque nous sommes actifs dans nos syndicats et dans nos entreprises.

Mon collègue Bernard Remion disait ici même en 2007 déjà, qu’il est difficile d’imaginer le 1er mai comme une journée de conquêtes. Il est maintenant essentiel de faire du 1er mai une journée de résistance contre toutes les formes d’atteintes aux conquêtes sociales et aux droits fondamentaux de toutes les catégories de citoyennes et de citoyens. Suisses, immigrés, frontaliers, sans-papiers. Hommes et femmes ; jeunes et vieux ; handicapés et bien-portant. Ne nous laissons pas diviser !

Les fascistes de hier et la droite national-ultralibérale d’aujourd’hui ont toujours jeté en pâture les étrangers et les frontaliers, leurs boucs émissaires naturels. A nous de ne pas tomber dans le piège. Les employeurs savent s’unir pour nous imposer leurs objectifs. Cependant, avec notre cohésion de travailleur battons nous ensembles pour maintenir nos acquis et améliorer nos conditions de vie. Ce n’est qu’avec un front commun des salariés que nous pourrons résister et retrouver le respect qui nous est dû.

Et rappelons-nous, Camarades, que la force d’un syndicat c’est ses membres dans les entreprises et leur capacité à se mobiliser, ensemble, solidairement. Leur capacité à dire non à leur patron et à traduire ce non par des actes, sur le terrain, dans les boîtes !

La sorcière anglaise, décédée récemment, disait : « Il n’y a pas d’alternative ». Et bien, je suis heureux de lui avoir survécu à celle-là, et de pouvoir dire que : OUI !! il y a des alternatives !! Puisque nous sommes toujours la !

Et ça commence par une plus juste redistribution des richesses. Une juste redistribution des richesses qui est non seulement possible, mais indispensable, vu les fortunes inadmissibles que se payent certains patrons grâce à notre travail, c’est pas la crise pour tout le monde… Cette juste redistribution des richesses passe par des actes politiques, comme l’initiative « 1 :12 » qui sera bientôt soumise au peuple et que je vous encourage vivement à soutenir. Mais tout de suite, le 9 juin, rejetons la révision de la loi sur l’asile.

Dans les discussions sur le CCT de l’industrie graphique, on entend souvent : « il faut être réaliste… ». Ça me gonfle toujours cette rengaine. Ou alors ok, comme l’a dit le CHE : « soyons réaliste : exigeons l’impossible ! »

Merci de votre attention, ne lâchez rien.

PS:

1023 mots

6110 caractères