Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

oui à l’extension des assurances perte de gain !

lundi 8 janvier 2007 par Claude Reymond

Ces dernières années, les attaques con­tre les assurances sociales se sont multipliées. La crise persistante va certainement inciter les patrons à poursuivre ces attaques.

Le mouvement syndical, quand il a mené ses batailles de façon unitaire, a été capable de faire face à la volonté de démantèlement de la droite politique et du patronat.

Il est d’autant plus nécessaire de con­ti­nuer à se battre pour le maintien d’une protection sociale digne de ce nom, que la crise tend à amplifier les besoins.
Nous devons également agir pour que soient comblées des lacunes honteu­ses, que ce soit en matière sociale ou sa­­lariale, notamment par le respect de salaires minimaux tenant compte de la qualification certifiée et de l’expérience acquise.

Il est absolument urgent de créer en Suisse une véritable assurance perte de gain en cas de maladie.

Il faut savoir qu’en Suisse la protection légale en cas de maladie est misérable. En effet, d’après la loi, l’employeur n’est tenu de payer le salaire en cas de maladie que durant un temps limité en fonction des années de service dans l’entreprise. C’est le seul pays d’Eu­rope à ne pas connaître une assurance perte de gain obligatoire.

Quelques conventions collectives ont introduit des dispositions prévoyant une protection meilleure, mais celles-ci ne concernent que 30% des salarié-e-s du secteur privé. Tous les autres travailleurs et travailleuses doivent se satisfaire du minimum légal. Ils sont souvent la proie d’assureurs privés qui proposent des prestations selon la loi sur les contrats d’assurance (LCA) qui n’offrent pas de couverture suffisante et, qui plus est, coûtent extrêmement cher en cotisations.
Les chômeurs et chômeuses sont par­ticulièrement victimes de cette carence législative. Non seulement ils vivent une situation extrêmement difficile sur le plan financier et psychologique du fait de leur perte d’emploi, mais en plus ils doivent s’acquitter de coti­sations astronomiques pour assurer leur revenu. A titre d’exemple, une personne au chômage de 54 ans s’est vue proposer une assurance coûtant Fr 850.— par mois pour assurer un revenu de Fr 4000.– par mois. Inouï et scandaleux ! Par ailleurs, ce type de contrat permet aux assureurs privés de faire des réserves excluant des prestations les maladies antérieures à la sous­cription du contrat.

Devant une telle alternative, on peut imaginer que les chômeurs hésitent à s’assurer prenant ainsi le risque de se retrouver dans la précarité la plus to­tale en cas de maladie.

Face à cette situation – mal connue par la population il faut bien le dire – l’Union Syndicale Suisse et la Con­fé­dération des syndicats chrétiens ont lancé une initiative demandant la création d’une assurance perte de gain gé­né­ralisée et obligatoire qui couvrirait l’ensemble des travailleurs-travail­leu­ses et des chômeurs-chômeuses du pays. Le but est de créer un système mutualiste pour que la solidarité entre différentes catégories de travailleurs-travailleuses puisse jouer.

PS:

samedi 1er mai
11 h 30 à La Pierre – plaine de Plainpalais, commémoration devant le monument du
9 novembre 32, prise de parole du syndicat Actions/unia.
Un apéritif sera offert ;
12 h à 24 h restauration et plus de 40 stands d’orga­ni­sations dans le parc, manèges ;
14 h rassemblement au boulevard James-Fazy,
action du Comité contre le harcèlement sexuel à 14h30,
exposition au parc des Bastions des oeuvres du concours de gravures ;
15 h départ de la manifestation
itinéraire prévu : boulevard James-Fazy, place des 22-Can­tons, rue de Chante­pou­let, rue du Mont-Blanc, pont du Mont-Blanc, place du Port, place Longe­malle, rues de la Croix d’Or, du Marché, de la Confédération, de la Corraterie, puis place Neuve et finalement parc des Bastions ;
16 h discours unitaires avec les allocutions de Alfiero Nicolini pour la FTMH et François Thion pour le Parti socialiste, suvies execptionnellement d’une intervention des communautés kurde puis kosovar ;
16 h 30 choix par le public des 5 meilleures gravures
et mise aux enchères silencieuse
– balades pour les enfants sur les ânes de Bonaventure ;
– carousel et bateaux pour les petits ;
– tribune libre / forum ;
– à la nuit tombée, Cinéma Spoutnik projettera un film en rapport avec le thème
propre à cette journée, sur le mur des Réformateurs.