Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

Tous ensemble pour une AVS forte !

vendredi 8 avril 2016

Tous ensemble pour une AVS forte !

À une époque où les patrons prennent le franc fort pour prétexte afin de supprimer à tour de bras des emplois et imposer aux travailleurs et travailleuses des conditions de travail toujours plus flexibles et éprouvantes ;

à une époque où la Banque nationale refuse de voir quels sont les vrais problèmes qui se posent et maintient un cours du franc dévastateur sans se préoccuper des conséquences que les travailleurs et les travailleuses sont les premiers à supporter ;

à une époque où le fossé entre riches et pauvres se creuse toujours plus et où la droite ne fait pratiquement rien pour le combler, mais l’agrandit encore plus avec sa politique fiscale et financière ;

à une époque où les patrons, malgré l’obligation inscrite dans la Constitution, continuent à refuser de verser aux femmes un salaire égal pour un travail de valeur égale et où les partis de droite n’entreprennent rien contre cela ;

à une époque où la droite fait s’enchaîner les programmes d’austérité dans les pouvoirs publics et ne se gêne pas de saper toujours plus les services publics ;

à une époque où le plus grand parti du pays ne cesse de se déchaîner contre les migrant(e)s et les minorités pour, avec cette politique des boucs émissaires, détourner l’attention des vrais problèmes ;

à une époque où les patrons et les partis de droite veulent constamment baisser les prestations de l’AVS, faisant basculer toujours plus de personnes dans la détresse, alors que le paquebot du 2e pilier prend toujours plus l’eau et que la perspective de vivre ses vieux jours matériellement dans la dignité s’obscurcit pour beaucoup ;

dans une telle époque, il s’agit de se rassembler, de se battre tous ensemble pour la dignité et la justice sociale, pour les emplois et de bonnes conditions de travail.

Le passé nous a appris qu’il vaut la peine que les syndicats fassent preuve d’un engagement combatif. On l’a vu avec la victoire remportée contre l’initiative inhumaine de « mise en œuvre », une victoire à laquelle ils ont contribué de manière déterminante à montrer à l’UDC où sont les limites à ne pas franchir avec la xénophobie et les attaques contre les fondements, en Suisse, de l’État de droit et des droits humains. Les votations gagnées par les syndicats ces 15 dernières années, grâce aux-quelles il a été possible d’empêcher que les prestations de la prévoyance vieillesse ne soient démantelées, le montrent également.

Ce combat franchit maintenant une nouvelle étape. Car les patrons et les partis de droite font campagne sans relâche pour un réaménagement de la prévoyance vieillesse qui est contraire à l’esprit de la solidarité. Usant de l’argument massue de l’évolution démographique, ils essaient de faire avaler à la population la soi-disant nécessité de relever l’âge de la retraite et de diminuer les prestations. Et en invoquant la « génération dorée », ils essaient de persuader les gens que les retraité(e)s roulent en principe sur l’or, provoquant par là un conflit entre les générations.

Nous les syndicats, nous nous battons contre toutes ces légendes qui sont entrées dans la tête de beaucoup. Nous savons en effet que la grande majorité des retraité(e)s actuels et futurs n’ont pas besoin que leur rente baisse, mais qu’elle augmente. Et nous savons que l’assurance populaire qu’est l’AVS, l’assurance sociale la plus efficiente, la plus sûre et la plus solidaire, doit être renforcée et non pas affaiblie.

Ensemble avec les travailleurs et les travailleuses, ensemble avec les retraité(e)s, nous allons nous battre pour AVSplus. L’enjeu, c’est plus qu’une hausse de 10 % des rentes AVS. L’enjeu c’est de gripper le moteur du démontage social, et d’huiler celui de la justice.

Prenons à bras le corps ce tournant social ! D’abord avec l’AVS, cet ouvrage séculaire, cette preuve concrète de solidarité donnée par notre pays. Puis dans le monde du travail et dans la société. Ensemble. Parce qu’un tournant social est nécessaire. Et parce qu’il est possible.