Comité d’organisation du 1er Mai

p.a. CGAS, Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax +41 22 731 87 06

iban CH24 0900 0000 1775 3619 5

info@cgas.ch

Appel de l’USS pour le 1er Mai 2012

mercredi 21 mars 2012 par Claude Reymond

PLUS de protection, salaire, rente !

Un pour cent de la population suisse possède plus que les 99 pour cent restants. Mais au lieu de corriger cette injustice criante, la droite s’applique à creuser encore plus le fossé entre riches et pauvres. Elle distribue des milliards de francs de cadeaux fiscaux aux riches et super-riches et enterre toute protection et tous droits des travailleurs et travailleuses. Il est plus que temps et légitime de se révolter et de résister avec détermination. C’est pourquoi une seule chose comptera en cette année 2012 : toutes et tous au 1er Mai pour PLUS de protection, de salaire et de rente !

PLUS de protection !

Ce sont les travailleurs et les travailleuses qui créent la richesse de la Suisse. Ils doivent produire toujours plus en toujours moins de temps. Ils doivent aussi parfaire leur formation durant leur temps libre et à leurs propres frais. Cette pression croissante a des conséquences néfastes pour leur santé. Et la cherté du franc s’y ajoute, qui menace de détruire leur emploi. Les salaires également sont sous pression à cause de patrons sans scrupules qui refusent d’offrir des conditions de travail correctes et recourent dans ce but à la sous-traitance en cascade et à des pseudo-indépendant(e)s. De plus, les représentant(e)s syndi-caux ne sont toujours pas protégés contre les licenciements de représailles.

PLUS de salaire !

Les bénéficiaires de salaires mirobolants et autres bonus, que l’on trouve aux échelons supérieurs, et les « top managers » autoproclamés ont accaparé ces dernières années une part toujours plus grande du gâ-teau salarial. Les bénéfices des entreprises finissent d’abord dans les poches des actionnaires et des spé-culateurs et spéculatrices. Il ne reste que peu, voire rien pour les salarié(e)s, qui doivent même parfois voir leurs salaires baisser ou leur temps de travail prolongé. En outre, les dépenses d’assurance-maladie et certains loyers ont explosé. La politique fiscale injuste, qui consiste à donner toujours plus à ceux d’en haut et toujours moins aux autres, a ouvert encore plus la fourchette des revenus et déséquilibré davantage la répartition de la fortune entre salarié(e)s ordinaires et gros salaires. Enfin, la discrimination salariale à l’encontre des femmes est toujours scandaleuse.

PLUS de rente !

Cela fait des décennies que la Constitution fédérale prévoit qu’ensemble, les rentes de l’AVS et celles du 2e pilier doivent permettre aux retraité(e)s de maintenir leur niveau de vie antérieur. Cette promesse n’a toujours pas été tenue. Au contraire, Conseil fédéral et majorité bourgeoise du Parlement fédéral veulent même diminuer ces rentes ces prochaines années, en baissant le taux de conversion ou le taux d’intérêt minimal du 2e pilier, en relevant l’âge de la retraite, en supprimant la compensation du renchérissement sur les rentes et en introduisant un « frein à l’endettement ».

Avec leurs alliés, les syndicats vont stopper cette redistribution massive des richesses aux profits des classes supérieures et l’inverser. Pour protéger les emplois, ils exigent un affaiblissement du franc. Pour protéger les salaires, ils exigent des salaires minimums obligatoires et plus élevés ainsi que des mesures efficaces contre ces boîtes de profiteurs. Les syndicats revendiquent plus de salaire pour les salarié(e)s ordinaires, un salaire égal pour les hommes et les femmes, des rentes plus élevées pour celles et ceux qui ont travaillé durement tout au long de leur vie et une protection efficace contre les licenciements pour les représentant(e)s des travailleurs et travailleuses.

Ce 1er Mai 2012, et au-delà, les syndicats se battent et se battront pour un futur où il y aura plus de pro-tection, de salaire, de rente et de solidarité internationale.