Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Emploi, stratégie de Lisbonne

Services pour l’emploi, mobilité

mardi 7 novembre 2006 par Claude REYMOND

COMMISSION EUROPÉENNE
DG Emploi, affaires sociales et égalité des chances

Emploi, stratégie de Lisbonne, affaires internationales

Bruxelles, le 29 septembre 2006

EMPL D-3/LK D(2006)

PRINCIPALES CONCLUSIONS ET POINTS D’ACTION DE LA
CONFERENCE TRANSFRONTALIERE ANNUELLE

Riga, 13-15 septembre 2006

1. Ouverture de la réunion

Le directeur général des services publics de l’emploi lettons, M. Ringolds Beinarovičs, et M. Ten Geuzendam souhaitent la bienvenue aux participants à la première réunion du groupe de travail EURES et des EURES-T organisée dans la région de la Baltique. Riga a été choisie pour plusieurs raisons. Les marchés du travail des pays baltes présentent un grand potentiel de coopération renforcée. Le réseau EURES a par exemple subventionné une étude de faisabilité relative à un partenariat transfrontalier entre l’Estonie et la Finlande, et des activités destinées aux villes jumelles de Valka (Lettonie) et Valga (Estonie).

M. ten Geuzendam indique que la conférence annuelle sur les activités transfrontalières portera essentiellement sur l’élaboration des plans d’activité triennaux pour la période 2007-2010 et sur la planification d’activités transfrontalières adaptées. Les partenariats transfrontaliers et les initiatives transfrontalières informelles sont appelés à apporter leur contribution à la stratégie pour la croissance et l’emploi et aux objectifs révisés de Lisbonne.

C’est la première fois que cette conférence accueille des représentants de nouvelles initiatives transfrontalières qui associent des États membres d’avant et après l’élargissement de 2004 et qui n’ont pas encore le statut d’EURES-T. La Commission attache une grande importance à l’extension des activités transfrontalières du réseau EURES aux nouveaux États membres. Avant d’accepter de nouveaux EURES-T, la Commission insiste cependant pour que toutes les organisations partenaires s’engagent avec détermination à réaliser les objectifs de la coopération transfrontalière. Les membres d’EURES et les services publics de l’emploi qui en assument la responsabilité administrative doivent dès lors mettre des moyens suffisants à la disposition des nouveaux partenariats.

2. Orientations EURES 2007-2010

Les orientations EURES 2007-2010 et l’élaboration des nouveaux plans d’activité ont fait l’objet de discussions approfondies dans les ateliers nos 3 et 4. M. ten Geuzendam propose que les nouveaux plans d’activité élaborés par les membres d’EURES et les EURES-T soient placés sur l’intranet du réseau EURES. Ils seront ainsi plus transparents et pourront constituer une source d’inspiration pour les autres membres d’EURES. Après examen, il est convenu de ne placer sur le portail que la partie II des plans décrivant les activités proposées.

M. ten Geuzendam expose à nouveau le calendrier et les principales échéances retenues pour l’envoi des documents visés à EURESco.

• Calendrier pour les plans d’activité 2007-2010

11/09/2006 Publication par EURESco d’informations préliminaires sur l’appel à propositions EURES 2007-2008

30/09/2006 Soumission, par voie électronique, des nouveaux accords-cadres EURES-T (non encore signés) pour la période 2007-2010.
Désignation des membres EURES chargés d’inclure les activités des partenariats transfrontaliers EURES dans leurs plans d’activités et leurs demandes de subventions.

Octobre/novembre 2006 Identification des priorités des EURES-T pour la période 2007-2010 et communication de ces priorités aux membres EURES concernés en vue de leur inscription dans leurs plans d’activité respectifs (échéance facultative, date suggérée par EURESco ; les membres EURES communiquent leurs échéances à leurs EURES-T).

24/10/2006 Session EURES de formation au budget

Pour le 31/10/2006 Soumission des nouveaux accords-cadres EURES-T signés pour la période 2007-2010

Octobre/novembre 2006 Publication officielle par EURESco de l’appel à propositions 2007-2010

Pour le 16 novembre 2006 Les membres d’EURES adressent leurs plans d’activité 2007-2010 à EURESco (y compris leurs activités transnationales, sectorielles et transfrontalières).

02/01/2007 Les membres EURES présentent leurs demandes de subvention à EURESco.

Points d’action

• Dépôt, par voie électronique, des nouveaux accords-cadres EURES-T pour le 30 septembre 2006 – Commentaires d’EURESco attendus rapidement
• Dépôt des plans d’activité par les membres d’EURES pour le 15 novembre 2006

3. Suivi de la révision EURES-T

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint figurant dans le sous-répertoire ad hoc « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

Points d’action

• Invitation des managers EURES concernés et des partenariats transfrontaliers à présenter les rapports manquants ou à achever les rapports d’examen sans délai.
• Envoi de lettres individuelles par EURESco aux EURES-T suivants (questions supplémentaires formulées dans le cadre du suivi de la révision EURES-T) : PED, Pyremed, EURESchannel, Transtirolia, Tornedalen, SLLR, Eurazur, Ireland/Northern Ireland.

M. Sievers, président du comité directeur d’EURES-T EDR, annonce que EURES-T EDR et EURES-T EUREGIO Gronau Enschede vont fusionner pour créer un nouvel EURES-T : EURES-T Rhein-Waddenzee. Initiée et soutenue par leurs deux comités directeurs, cette fusion sera effective au 1er avril 2007.

4. Stratégie du réseau EURES en matière d’information et de communication – état de la question

M. Stjernquist, EURESco, fait le point sur les principaux objectifs de la nouvelle stratégie du réseau EURES en matière d’information et de communication et sur les points qui ont jalonné son élaboration. Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint figurant dans le répertoire « Riga conference 2006 » sous « Documents and Reports > Cross-border partnerships » sur l’extranet d’EURES (section du portail EURES réservée aux membres).

M. Ellis, GELLIS, contractant du lot 1 du contrat cadre d’exécution de la stratégie du réseau EURES en matière d’information et de communication, esquisse les missions du Bureau d’information et de documentation EURES nouvellement constitué. Parmi les activités principales de ce bureau, il mentionne la création d’une base données de contacts avec les médias, la publication d’une lettre d’information six fois par an en interne et quatre fois par an en externe, et la réalisation de statistiques significatives sur les activités du réseau EURES. L’ensemble du réseau EURES est invité à participer activement aux activités du Bureau d’information et à lui communiquer tout contact médiatique et tout fait potentiellement intéressant susceptibles d’être examinés plus en profondeur par des spécialistes.

Point d’action

• Les membres et les partenaires du réseau EURES sont invités à coopérer avec le Bureau d’information EURES en lui soumettant toute idée/suggestion de communication potentiellement intéressante à l’adresse suivante : George Ellis – directeur, Peter Strempel – chef de projet, tél : +32/2/650 00 00, fax : +32/2/640 00 10,
adresse électronique : euresnews@gellis.com

5. Appel à propositions EURES

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint intitulée « New elements in the EURES call for proposals 2007-2008 » figurant dans le sous-répertoire « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

La publication de l’appel à propositions EURES 2007-2008 est attendue pour octobre/novembre 2006. Le réseau EURES a cependant reçu, le 11 septembre 2006, un document intitulé « Grandes orientations de l’appel à propositions EURES », qui charpentera l’« Appel EURES pour 2007-2008 », ainsi que le vade-mecum relatif aux conventions de subventions EURES (exercice budgétaire 2007). La date limite pour le dépôt des demandes de subvention est fixée au 2 janvier 2007.

L’utilisation d’un formulaire électronique sera obligatoire pour le dépôt des propositions. Ce formulaire ne sera toutefois disponible qu’après la publication officielle de l’appel.

Une session de formation à la gestion des subventions EURES – destinée aux experts budgétaires – au cours de laquelle les nouveaux éléments de l’appel à propositions seront expliqués en détail sera organisée le 24 octobre 2006 à Bruxelles.

Point d’action

• Invitation des membres du réseau EURES et des EURES-T à inscrire leurs experts budgétaires à la formation auprès d’EURESco pour le 9 octobre 2006 au plus tard.

6. Année européenne de la mobilité des travailleurs (AEMT) – état de la question

M. Jamar, EURESco, présente les résultats des deux appels à propositions relatifs aux activités organisées dans le cadre de l’Année européenne de la mobilité des travailleurs (AEMT). Plus de deux cent quarante propositions ont été déposées à la suite du premier appel à propositions. Trente et un projets sélectionnés – qui concernent essentiellement des actions de sensibilisation – seront subventionnés par la Commission. L’évaluation des – soixante-trois – propositions déposées à la suite du second appel relatif à l’élaboration de projets pilotes visant à améliorer les possibilités de mobilité des travailleurs en Europe sera bientôt terminée.

La conférence de clôture de l’AEMT se tiendra les 11 et 12 décembre à Lille (France). De plus amples informations sur cette conférence seront bientôt disponibles sur le site web de l’AEMT.

M. Jamar présente également un aperçu des activités prévues par le réseau EURES et d’autres organisations pour les 29-30 septembre et pour les jours suivants. Plus de deux cent cinquante événements (salons de l’emploi, séminaires destinés aux candidats à la mobilité, etc.) seront organisés dans toute l’Union européenne. Du matériel publicitaire concernant l’AEMT est déjà disponible. Il sera distribué dans les prochains jours.

Mme O’Neill, manager EURES pour la France, indique que le bus de la mobilité européenne (projet AEMT) quittera Paris le 22 septembre et fera arrêt dans neuf villes européennes avant d’arriver à Bruxelles le 19 octobre.
M. Schmid, coordonateur EURES-T EDR, présente le projet de bus de la mobilité de l’EURES-T entre l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique. Ce projet sera lancé à la mi-octobre.

M. Chomard, coordonateur EURES-T SLLR, fait état d’un projet commun aux EURES-T PED, SLLR, et Oberrhein qui vise à organiser des séminaires d’information et de promotion dans quatre villes situées le long des frontières allemande, française, belge et luxembourgeoise.

7. Présentation des services publics de l’emploi lettons sur le marché du travail

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint de Guntra Zarina figurant dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

8. Coopération transfrontalière entre la Finlande et l’Estonie – expériences et projets d’avenir

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint de Tiina Oiinonen et Alice Lugna figurant dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

9. Présentation du projet sur le marché du travail nordique-baltique

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint de Gert Peuliche figurant dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

10. Conclusions et suivi

Le président remercie les organisateurs des services publics de l’emploi lettons pour leur hospitalité et leur excellente préparation de la conférence.

Point d’action :

• Les EURES-T ou membres d’EURES qui souhaitent accueillir la prochaine conférence transfrontalière annuelle sont invités à se manifester auprès d’EURESco avant la fin du mois d’octobre 2006.

11. Ateliers

Des rapports détaillés établis par les rapporteurs d’ateliers ont été sauvegardés dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres. On trouvera ci-dessous quelques recommandations clés en matière de suivi.

Atelier n° 1 : Comment les partenariats transfrontaliers peuvent-ils devenir moins dépendants de la subvention EURES et accroître leur autonomie financière ?

Pour les conclusions de l’atelier n° 1, on se référera à la présentation PowerPoint figurant dans le sous- répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres :

1. Partie A de l’atelier n° 1 : les expériences de coopération entre EURES-T et d’autres programmes de la Communauté européenne

Les trois présentations suivantes figurent dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres :

1. Projet INTERREG IIIA : promotion de la mobilité transfrontalière, M. van der Vegt, coordonateur EURES-T Euregio Gronau

2. Implication de nouveaux partenaires – renforcement de l’impact EURES – coopération avec d’autres programmes – M. Himmel, coordonateur EURES-T Bodensee

3. Bassin de formation (« Trainingspool »), exemple de l’INTERREG IIIC ; M. Schmid, coordonateur EURES-T EDR

Certains projets d’EURES-T ont été jugés particulièrement susceptibles d’être subventionnés par d’autres programmes CE, en particulier les projets « conseils aux citoyens », « surveillance du marché du travail », « conseils aux naveteurs » et « inventaire des obstacles à la mobilité ». D’autres sont moins susceptibles de l’être : « salons de l’emploi », « bases de données sur l’emploi ».

Inconvénients du financement par d’autres programmes CE : dates d’approbation différentes, intérêts particuliers d’EURES et/ou d’autres programmes pour la communication de leur implication.
Avantages : plus grande visibilité du réseau EURES grâce à un effet de levier.

2. Partie B de l’atelier n° 1 : Comment accroître la viabilité des EURES-T ?
Quelles seraient les conséquences de la suspension du financement EURES ? Il ne subsisterait que des réseaux informels. La référence à EURES cesserait d’exister. La coopération avec d’autres organisations serait interrompue. Ces organisations entreraient en concurrence. Les partenaires sociaux ne pourraient pas poursuivre leurs activités.

Le cofinancement propre de 5% doit-il être augmenté ? Le cofinancement dépasse déjà cette limite dès lors que certains frais ne sont pas remboursables. Compte tenu de l’importance des formalités administratives qu’il suppose, le remboursement de certains types de frais tels que les frais de voyage n’est plus demandé.

Le financement par EURES des « anciens » EURES-T devrait-il être supprimé progressivement ? Cette option n’est pas souhaitable dès lors que les missions d’accompagnement et de conseil sont permanentes et que de nouvelles tâches – telles que les conseils en matière de retraite – vont venir s’ajouter aux tâches existantes. Le financement des EURES-T devrait être plus élevé au cours de leur phase de lancement. Si des réductions de financement s’avèrent nécessaires, elles devraient être à charge des membres nationaux plutôt que des EURES-T. Une question générale à prendre en considération en l’occurrence est celle de l’importance que l’Union européenne attache – également sur le plan budgétaire – à la mobilité.

Atelier n° 2 : Participation des EURES-T à l’AEMT

Ce sujet ayant été examiné d’une manière suffisante en réunion plénière, cet atelier a été supprimé.

Atelier n° 3 : Comment les orientations EURES 2007-2010 modèlent-elles le nouveau plan d’activité triennal et les activités concrètes des partenariats ?

Pour les conclusions de l’atelier n° 3, on se référera à la présentation PowerPoint figurant dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

1 : Défis extérieurs

De quelle façon les changements démographiques et les variations qui en découlent dans l’offre de main d’œuvre affectent-ils la mobilité dans les régions transfrontalières ? Constitution d’une documentation sur les changements démographiques (par exemple sous la forme d’une plateforme électronique gérée par un service externe) et sensibilisation aux conditions de vie et de travail.

Les dispositions transitoires pour la libre circulation sont toujours applicables dans de nombreux pays. Que peuvent faire les EURES-T ? Des projets pilotes de placement peuvent être élaborés pour surmonter le problème de la limitation de l’accès dans les zones en transition. L’élément le plus important sera toujours la communication d’informations.

2 : Facteurs internes pouvant influencer la réalisation du plan d’activité triennal

Le développement d’une approche intégrée pour toutes les activités d’un EURES-T a été perçu comme difficile du fait que toutes les organisations partenaires d’EURES-T ne partagent pas la même vision du marché du travail transfrontalier. Solutions : organiser une enquête sur les attentes des partenaires et des activités sur mesure, et rappeler aux partenaires les raisons de la création du partenariat (retrouver la vision commune qui a présidé à la création des EURES-T).

Les EURES-T ont perçu la participation et/ou le soutien parfois limités des responsables hiérarchiques comme un problème. Solution : Mieux associer les responsables hiérarchiques au processus de planification. Les responsables des services publics de l’emploi devraient souligner que le réseau EURES figure parmi les priorités des services publics de l’emploi.

3 : Amélioration de la coopération avec les membres EURES et les autres EURES-T

Il convient d’améliorer la communication et d’organiser une coopération horizontale (tout particulièrement entre les EURES-T du même pays) et verticale (entre le manager et le coordonateur, EURESco et le groupe de stratégie de haut niveau (GSHN) – qui ne sont pas suffisamment associés au processus décisionnel à tous les niveaux).
Importance des responsables hiérarchiques dans les EURES-T (non seulement des services publics de l’emploi mais aussi des organisations partenaires) : ces responsables doivent être associés et formés de manière plus précise.
Une meilleure coopération entre les EURES-T et les membres d’EURES est nécessaire pour la planification des activités. Cette meilleure coopération doit permettre d’identifier des activités communes.
Suggestion pour les journées de l’emploi 2007 : tirer les enseignements des expériences de cette année.

4 : Comment optimiser l’application du plan d’activité triennal

Pour que l’application du plan d’activité triennal puisse être optimisée, ce plan devrait être un document clair et concis. Les partenariats souhaitent que le plan d’activité ne consiste pas en une longue liste de cinquante points. Les changements d’affectation des moyens dans les plan d’activité annuels devraient être plus simples.

Atelier n° 4 : Comment les orientations EURES 2007-2010 modèlent-elles le nouveau plan d’activité triennal et les activités concrètes des partenariats ?

1 : Défis extérieurs

Changements démographiques : L’accent est aujourd’hui mis sur les travailleurs mobiles de 30 à 35 ans. Ce groupe doit être étendu aux élèves, aux étudiants et aux travailleurs plus âgés. Des projets sont proposés dans les domaines suivants : stages transfrontaliers, reconnaissance de diplômes de part et d’autre des frontières, apprentissage tout au long de la vie pour les travailleurs plus âgés, sensibilisation des employeurs en faveur des travailleurs plus âgés.

Analyse des besoins : Aucune analyse systématique des besoins n’a été réalisée par le passé. Solutions : enquête auprès des conseillers EURES et des employeurs, système d’information sur le marché du travail dans les services publics de l’emploi, feed-back des journées d’orientation, informations des commissions transfrontalières.

2 : Facteurs internes pouvant influencer la réalisation du plan d’activité triennal

Responsables hiérarchiques : Ils ont souvent des priorités différentes et tendent à limiter le temps de travail des conseillers EURES. Les responsables hiérarchiques doivent être inclus dans le cycle d’information et devraient participer aux activités des comités directeurs.

Ressources supplémentaires mises à la disposition des EURES-T : Il ne s’agit pas seulement de ressources financières, mais aussi de ressources humaines. Il doit être fait usage de manière plus systématique des ressources des services publics de l’emploi (système d’information sur le marché du travail, outils de contrôle, de statistique et de communication, etc.). Une coopération avec d’autres programmes européens est nécessaire. Il convient également d’associer d’autres organisations telles que les chambres de commerce.

3 : Amélioration de la coopération avec les membres EURES et les autres EURES-T

Les managers EURES doivent être associés davantage aux activités des comités directeurs. Il convient que les coordonnateurs prévoient des activités communes à plusieurs EURES-T, qu’ils se concentrent sur la coopération des EURES-T situés le long d’une même frontière et/ou qui utilisent la même langue, qu’il fassent un meilleur usage du forum des coordonateurs sur « Mon EURES », et qu’ils échangent les listes de tâches à accomplir pour les projets tels que les salons de l’emploi.

4 : Comment optimiser l’application du plan d’activité triennal ?

Questions principales : Comment mesurer les objectifs ? Quel doit être le niveau de précision du plan ? Le plan est-il contraignant pour les EURES-T ?

Atelier n° 5 : Comment rendre les EURES-T plus attractifs pour les employeurs et leurs organisations ?

La présentation introductive intitulée « EURES – Working with Employers » et les conclusions de l’atelier (« Résultats de la présentation de l’atelier n° 5 ») ont été sauvegardées dans le sous-répertoire ad hoc intitulé « Riga conference » de la section du portail EURES réservée aux membres.

Problèmes : Les employeurs ne sont pas reconnus comme des clients indépendants. Les employeurs ont besoin de ressources humaines à un moment bien précis. Les EURES-T sont confrontés à des difficultés dans leurs contacts avec les employeurs. Les employeurs agissent de manière individuelle. Ils ont besoin de services différenciés.

Solutions : Organiser des activités à long terme pour les employeurs, améliorer les connaissances sur les employeurs régionaux (utiliser les informations dont disposent les services publics de l’emploi), utiliser des modèles de marché adéquats, identifier les besoins des employeurs et prévoir des solutions ad hoc, proposer des services complets qui incluent à la fois les services publics de l’emploi et le réseau EURES, coopérer avec d’autres réseaux et institutions (Euro Info Centre), les meilleurs projets devant faire l’objet d’une campagne médiatique.

Exemples de meilleures pratiques :

Royaume-Uni : approche active, équipe nationale de vente, utilisation d’une base de données d’employeurs, définition claire du rôle des conseillers EURES, objectifs clairs, accent sur la gestion de projets.
Lac de Constance (Bodensee) : brochure destinée aux employeurs, enquête téléphonique et recherches sur les besoins des employeurs.

Atelier n° 6 : Présentation de nouveaux outils et fonctions informatiques importants dans le contexte transfrontalier

Un exposé général présenté au cours de cet atelier a porté sur la plateforme IT du réseau EURES, ses composantes, le système d’échange d’informations sur les postes à pourvoir, le portail et l’extranet d’EURES. Chacun de ces points a ensuite été présenté individuellement et discuté. La dimension transfrontalière du réseau EURES a été particulièrement mise en évidence au cours de ces débats. L’un des points abordés concernait l’utilisation du moteur de recherche API qui permet d’effectuer une recherche ciblée sur les emplois vacants dans une région transfrontalière déterminée à partir du site web d’un partenariat. Un autre point concernait les travaux en cours qui visent à « régionaliser » la plupart des informations figurant sur le portail, par exemple le calendrier des événements et les informations relatives au marché du travail.

Il est renvoyé, pour de plus amples informations à ce sujet, à la présentation PowerPoint intitulée « Workshop 6 presentation IT tools » figurant dans le répertoire « Riga conference 2006 » sous « Documents and Reports > Cross-border partnerships » sur l’extranet d’EURES (section du portail EURES réservée aux membres).

12. Participants

WALLIN Torbjörn Manager EURES Suède
FAVEAUX Philippe EURES Transfrontalier PED France
de MARNEFFE Joël EURES Transfrontalier PED Luxembourg
RUTZ Johannes EURES-Bodensee Suisse
HIMMEL Wolfgang EURES-Bodensee Allemagne
SYDSERFF Peter Manager EURES Royaume-Uni
VYSNIAUSKIENE Monika Manager EURES Lituanie
LIEVROUW Bram Coordonatrice transfrontalière EURES Channel Belgique
HANSCHKE Sandra EURES Trans Tirolia Allemagne
SINN Helmuth Président d’EURES Trans Tirolia Italie
ZARIŅA Guntra Manager EURES Lettonie
SCERRI Raphael Employment and training Corporation, Manager EURES Malte
OINONEN Tiina Manager EURES Finlande
van LITH Herman Président Maas-Rijn transfrontalier Pays-Bas
SIEVERS Rudolf EMS Dollard Regio (EDR) Allemagne
van der VEGT Bert EURES EUREGIO Enschede/Gronau Allemagne
B. OOSTENBRINK Jan EUREGIO Allemagne
PIETERS Frans Président d’EURES Scheldemond Belgique
de JONGE Hans Coordonateur d’EURES Scheldemond Belgique
KOLMEROVÀ Věra Manager EURES République tchèque
HEYTENS Marc Coordonateur d’EURES Maas-Rijn Belgique
SCHMID Johann EURES- Mitglied Pays-Bas
TUHÀČKOVÀ Petra Projet d’EURES-T Beskydy République tchèque
SCHMIDJELL Richard Wirtschaftskammer Salzburg, Autriche
DERCQ Frederic Le Forem Belgique
LOPEZ Sandra Manager EURES Belgique
CHOMARD Frédéric Coordonateur d’EURES T SLLR Allemagne
PÄULGEN Karl-Heinz Délégué du président d’EURES T SLLR Allemagne
PEULICHE Gert Øresund Danemark
ANDREEVA Zina Manager EURES Bulgarie
MICHAELIDES Demetris Manager EURES Chypre
BURGSTALLER Annelise AMS AT, EURES Autriche
BURGSTALLER Johann AMS AT, EURES Autriche
NAGY Gabriella Manager EURES Danemark
BEURET Lydie-Elisa Manager EURES Suisse
LÁSZLÓ Kövi Coordonateur de projet européen Hongrie
FIEDLER Helmut EURES Bayern-Tschechien Allemagne
ARNICAN Petr Coordonateur d’EURES Bayern-Tschechien Allemagne
BASTA Maria Italie
ROMEO Javier Servicio Público de Empleo Estatal-INEM Espagne
GONZALEZ RELATS Olga Présidence (Servei d’Ocupació de Catalunya) Pyrémed/Pirimed Espagne
FAIVRE Caroline EURES : PYREMED / PIRIMED France
OKORN Valerija Manager EURES Slovénie
PÄRSSINEN Tapani Tornedalen Finlande
LILJEBACK Lena Président du comité directeur du réseau EURES transfrontalier Tornedalen Suède
HOFFMANN Jean Administration de l’Emploi Luxembourg (ADEM) Luxembourg
PEROMINGO Miguel Bundesagentur für Arbeit Allemagne
POLAŃSKA-SIŁA Barbara Services publics de l’emploi polonais Pologne
PRAGERT Grzegorz Services publics de l’emploi polonais Pologne
PANIZZA Vittorio EURES Transfrontalier Eurazur Italie
JOMEER Nadia EURES Transfrontalier Eurazur Italie
SYMANOWSKI Elmar Bundesagentur für Arbeit Allemagne
MUROVA Erika UPSVAR Slovaquie, T Danubius Slovaquie
KATUSCAK Boris Manager EURES Slovaquie
PARASOTE-MATZIRI Vulla EURES T Oberrhein France
STERKENDRIES Yvette Manager EURES Belgique
SPECHT Maren Oder Region
RD Berlin -Brandenburg Allemagne
LUGNA Alice Manager EURES Estonie
MIHALCEA Camelia Manager EURES Roumanie
BORRAJO RIVAS Pedro EURES T GALICIA-NORTE PORTUGAL Espagne
GONZÁLEZ VENTIN Teresa EURES T GALICIA-NORTE PORTUGAL Portugal
SHIELDS Daragh République d’Irlande/Irlande du Nord Irlande du Nord
STREMPEL Peter Gellis Communications Belgique
ELLIS George Gellis Communications Belgique
STEINHERR Wolfgang Projet d’EURES-T Sachsen-Nordböhmen Allemagne
HANSEN FRANK Poul Sønderjylland-Schleswig Danemark
QUINN Kevin Irlande
KAUFMANN Hans-Joachim Euregio Rhein-Wall & euregio rhein maas-nord Allemagne
PRICK G.E.W. Euregio Rhein-Wall & euregio rhein maas-nord Allemagne
van YPEREN Jeannette CWI Pays-Bas Pays-Bas
DENAGTERGAL Claude Confédération européenne des syndicats (CES) Belgique
O’NEILL Regine France
CHARANA Antonio Manager EURES Portugal
ten GEUZENDAM Johan Commission européenne Bruxelles
JAMAR Jimmy Commission européenne Bruxelles
STJERNQUIST Henric Commission européenne Bruxelles
KLEINMANN Lambert Commission européenne Bruxelles



Derniers articles