Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

communiqué de l’USS publié le 22-10-2008

Une libéralisation postale inepte

jeudi 23 octobre 2008 par Claude REYMOND

Arrogant, le Conseil fédéral ne comprend visiblement rien

La crise des marchés financiers témoigne des conséquences catastrophiques des politiques de libéralisation et de dérégulation. Ces politiques nous ont coûté 70 milliards de francs dans le gâchis de l’UBS.

L’explosion des coûts de l’électricité programmée pour 2009 participe aussi de cette libéralisation inutile. Dans ce contexte, le Conseil fédéral décide arbitrairement, et par voie d’ordonnance, de libéraliser davantage le marché postal, en contournant peuple et parlement.

Visiblement, le Conseil fédéral est incapable de tirer les conclusions des événements de ces derniers jours. Et il se soucie comme de colin-tampon des décisions contraires à sa politique prises par les commissions parlementaires. C’est faire preuve d’une arrogance irresponsable et antidémocratique.

L’Union syndicale suisse considère que cette politique est totalement irresponsable. En pleine crise financière, le peuple est une nouvelle fois insécurisé par une expérience de libéralisation.

Cette politique est tout aussi indéfendable dans la perspective de la votation sur l’extension de la libre circulation des personnes.

La libéralisation du marché postal voulue par le Conseil fédéral va créer un nouveau secteur à bas salaires. Aucune garantie conventionnelle n’ayant pu être obtenue des opérateurs privés, en dehors de la Poste, le dumping salarial menace.

Sans convention collective déclarée de force obligatoire avant la votation sur la libre circulation des personnes, le Conseil fédéral risque donc très gros. Voulant ignorer l’insécurité croissante, le Conseil fédéral fait de la politique en méprisant grossièrement le peuple. Le prix à payer pourrait en être très élevé.



Derniers articles