Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Déclaration du Syndicat des Services Publics de Genève, Suisse, à l’occasion du 30e anniversaire du coup d’état en Argentine

coup d’état militaire du 24 mars 1976

vendredi 17 mars 2006 par Claude REYMOND

Le syndicat des services publics de Genève, Suisse, soutient les différents actes et manifestations qui se réaliseront tant en Argentine qu’en Suisse, à l’occasion du 30e anniversaire du sanglant coup d’état militaire du 24 mars 1976.

Durant sept longues années, l’odieuse junte militaire qui prit le pouvoir en Argentine sema la terreur dans tout le pays, séquestrant, torturant et faisant disparaître 30’000 militantes et militants populaires arrachés de leurs lieux de travail ou de leurs domiciles. Plus de 500 camps de concentration clandestins qui n’avaient rien à envier aux camps nazis furent ouverts. Beaucoup de personnes séquestrées furent fusillées ou jetées vivantes à la mer depuis des avions militaires. Ce plan d’extermination, le plus sinistre qu’ait connu le continent américain, comprenait également le séquestre et le vol de plus de 500 nouveaux-nés ; enfants de détenues qu’ils faisaient « disparaître » après leur accouchement.

Pendant ce temps, dans les prisons argentines, un régime de terreur et de destruction physique et psychique était appliqué. 70 militants populaires furent fusillés dans des simulacres de « tentative de fuite » et 150 autres furent séquestrés après des simulacres de « mise en liberté » et internés ensuite dans des camps de concentration. Et tout cela en marge de la loi qui dans certains cas était totalement ignorée et de l’appareil judiciaire, qui, dans d’autres cas, accompagnait ces pratiques de terrorisme d’état.

L’objectif de ces crimes était de préserver les intérêts des classes dominantes face à la lutte croissante des travailleuses et travailleurs et du mouvement social. L’extermination d’une grande partie de ces syndicalistes combatifs rendit possible le plus énorme plan de bradage du pays aux grands capitaux nationaux et internationaux et la privatisation de tous les services publics.
Pendant la dictature, la dette extérieure sextupla, passant de 7 milliards de dollars à presque 45 milliards de dollars. Aujourd’hui encore le peuple argentin paye les conséquences de cette dette illégitime et du bradage des richesses du pays. Plus de 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et des enfants meurent de faim dans un des pays qui possède le plus de richesses naturelles au monde.

Notre syndicat a soutenu pendant ces sombres années la lutte menée par les familles des détenus disparus et des exilés argentins qui dénonçaient ces horribles crimes contre les travailleuses et travailleurs et militantes et militants populaires.

En ce triste anniversaire :

· Nous soutenons la demande de condamnation et prison commune, et non pas de prison « dorée », pour les responsables du terrorisme d’état.

· Nous soutenons la lutte des travailleuses et travailleurs argentins qui à travers des centaines de conflits luttent pour récupérer les droits perdus, améliorer leurs conditions de travail et obtenir un pouvoir d’achat leur permettant de vivre dignement.

Genève, 14 mars 2006

Pour le SSP
David Andenmatten

JPEG - 194 ko
Invitation du24-03-2006
PS:

Invitation du24-03-2006



info portfolio



Derniers articles