Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

PARIS - 17 mars à partir de 18 heures rue des Vignoles 33

soirée publique d’information et de soutien avec les mineurs de Morila / Mali

en lutte depuis juillet 2005, licenciés sans droit ni indemnités par une filiale de Bouygues, réprimés, emprisonnés pour certains d’entre eux

mercredi 15 mars 2006 par Claude REYMOND

Contact : collectif@soutienmorila.info


Parce qu’ils protestaient contre leurs conditions de salaire et de travail (contrats de travail falsifiés, absence de soins, logements sans eau ni électricité ni égoûts, risques de contamination au cyanure et par la poussière...) et revendiquaient la prime de rendement prévue dans leur contrat et non payée depuis 2000, 530 mineurs, salariés de la Somadex, une filiale de Bouygues, ont été brutalement licenciés sans préavis ni accord de l’inspection du travail au terme de leurs premières journées de grève. C’était en juillet 2005.

Depuis, l’usage de la force et les manœuvres d’intimidation se sont poursuivies, descentes de polices musclées et provocations diverses jusqu’à l’incendie de bus pour laquelle 35 mineurs furent emprisonnés. Neuf d’entre eux, tous membres du comité syndical, restent aujourd’hui détenus, dans des conditions carcérales très éprouvantes.

Ces mineurs et leur famille ont un besoin urgent de solidarité. Il en va de notre responsabilité que l’entreprise Bouygues ne puisse pas bafouer en toute impunité les droits des travailleurs au Nord comme au Sud. Déjà, de nombreuses associations, syndicats, organisations, mais aussi citoyen-ne-s se sont associés à la pétition de soutien avec les mineurs de Morila (voir le site www.soutienmorila.info) qui exige, avec le Comité de soutien aux mineurs de Morila, la libération des 9 mineurs emprisonnés, la réintégration des travailleurs licenciés, la réouverture des négociations.

A l’occasion de cette soirée, une caisse de solidarité sera ouverte au bénéfice du comité syndical, des mineurs en grèves et de leurs familles. Au-delà de Bouygues et des mineurs de Morila, c’est la question de l’impunité des multinationales qui est posée, et des formes de résistance et de solidarité Nord/Sud à mettre en place pour le respect, ici et ailleurs, des droits économiques et sociaux. Pour rappel, le Mali est l’un des pays les plus pauvres au monde, il est aussi le troisième producteur d’or sur le continent africain... et l’exploitation du pétrole est en projet.

JPEG - 58.5 ko
2006-01MALIfemmes des grévistes

Femmes de grèvistes au Forum social mondial de Bamako en janvier 2006

Avec la participation, en provenance du Mali, de Omar Mariko, du réseau des radios communautaires Kayra au Mali et du parti Sadi et aussi de Françoise Garrigue (No-Vox / AC !), Anne Marchand (Groupe Afrique Attac - sur la campagne de soutien au Cocidirail, collectif contre la privatisation du chemin de fer au Mali), Gilles Labarthe (journaliste), Jacques Vallet (CGT à Bouygues), Olivier Blamangin (Libération Afrique), Reno Savéan (CADTM), Patrick Farbiaz (Les Verts), des ressortissants de Sadiola (autre mine d’or au Mali).
Au programme, deux documentaires, témoignages, interventions, débat et bouffe africaine.

Projection cinéma : “Le prix de l’or” de Camille de Vitry sur la mine malienne de Sadiola (extraits - voir aussi le site www.leprixdelor.com) et “Pillage de l’or au Mali” de Fred Vanard (No- Vox) - Sur Morila

PS:

Premiers signataires de la pétition de soutien : No-Vox, Dal, CDSL, IPAM, Droits Devant !, Apeis, AC !, Attac/Groupe Afrique, Peuples Solidaires, Copaf (Collectif pour l’avenir des foyers), Comité de Soutien au Peuple Togolais, Droit Paysan 13, Sud Santé Lisieux, CNT 91, Monseigneur Gaillot - Evêque de Partenia, Afrique XXI, Survie/Paris Ile de France, CNT, SNAPAP-Algérie, Les Verts.

Rendez-vous sur http://www.soutienmorila.info




Derniers articles