Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

contrat-type de travail dans le secteur de l’esthétique

vendredi 21 septembre 2007 par _information fournie par la composante

Genève, le 21 septembre 2007

Suite aux dénonciations du syndicat SIT, un contrat-type de travail dans le secteur de l’esthétique voit le jour

Le Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs (SIT) se félicite de l’édiction d’un contrat-type de travail pour les salarié-e-s du secteur de l’esthétique à Genève. Ce contrat-type prévoit un salaire minimum obligatoire de Fr. 3’400.- pour un temps de travail de 40 heures par semaine, ce qui représente une amélioration importante des conditions de travail dans ce secteur et permettra de combattre des cas de sous-enchère salariale et sociale.

La mise en place de ce contrat-type fait suite à une plainte, déposée par le SIT, le 24 novembre 2005 devant le Conseil de surveillance du marché de l’emploi (CSME) du canton de Genève. Dans cette plainte, le SIT a notamment relevé des cas particulièrement choquants de salaires de misère pratiqués dans ce secteur :

  • Contrat de travail prévoyant un salaire fixe mensuel brut de Fr. 1’300.-, plus 10% de participation sur le chiffre d’affaire supérieur à Fr. 1’300.- par mois, après déduction de la TVA, pour un temps de travail de 45 heures par semaine.
  • Contrat de travail prévoyant un salaire mensuel brut Fr. 1’500.- pour un temps de travail de 43.75 heures par semaine.
  • Contrat de travail prévoyant un salaire mensuel brut de Fr. 2’500.- pour un temps de travail de 45 heures par semaine.

Sur la base de la plainte de notre syndicat, le CSME a mandaté l’Observatoire genevois du marché du travail (OGMT) de faire une enquête salariale pour le secteur de l’esthétique. Cette enquête a confirmé l’existence d’une sous-enchère salariale dans ce secteur et a permis au CSME de demander l’édiction d’un contrat-type de travail avec salaire minimum obligatoire.

La possibilité de rendre obligatoire un contrat-type de travail avec salaire minimum l’est une des nouvelles mesures d’accompagnement mise en place dans le cadre de l’acceptation de la libre circulation avec l’Union européenne. L’édiction du contrat-type dans le secteur de l’esthétique démontre l’importance de ce dispositif pour améliorer concrètement les conditions de travail à Genève.

Le secteur de l’esthétique est incontestablement un secteur précaire : la multitude des employeurs, une rotation importante des entreprises et l’absence – jusqu’à ce jour – d’un salaire minimum, signifiait que le personnel de ce secteur – dans l’immense majorité des jeunes femmes – était souvent obligé d’accepter des salaires scandaleusement bas. Le SIT informera largement le personnel de ce secteur de ses nouveaux droits et veillera à l’application concrète de ce nouveau contrat-type.

Pour toute information :
Christina STOLL, cosecrétaire générale SIT, tél. 022 818 03 00

PDF - 107.9 ko
CTT_Esthetique.pdf

contrat-type de travail pour les travailleuses et travailleurs du secteur de l’esthétique



Derniers articles