Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les patrons genevois du bâtiment choisissent la ligne dure et provoquent le conflit social

jeudi 20 septembre 2007 par Claude REYMOND


Genève, le 20 septembre 2007

Deux jours après l’annonce de leur centrale, la Société Suisse des Entrepreneurs, les patrons genevois de la branche confirment leur décision de renoncer au partenariat social. Cette décision irresponsable bétonne la situation de vide conventionnel et provoque la dégradation des conditions de travail de plus de 5’000 travailleurs genevois de la construction dès le 1er octobre. Les travailleurs et les syndicats du bâtiment vont lutter pour défendre leurs droits, et maintenir la CN, et donc la négociation collective des conditions de travail.

Les syndicats genevois de la construction SIT, Syna et Unia ont pris acte ce matin, lors d’une séance extraordinaire de la Commission paritaire genevoise du Gros Œuvre, que les entrepreneurs genevois du bâtiment ont choisi de quitter définitivement le partenariat social. Ce faisant, les patrons genevois suivent à la lettre la ligne dure de leur centrale, la Société Suisse des Entrepreneurs, qui annonçait il y a deux jours la suppression des fonds paritaire pour la formation.

Les entrepreneurs genevois prennent consciemment le risque de rendre impossible toute reprise de négociations pour une nouvelle Convention collective du travail. Ils ouvrent la porte à la sous-enchère sociale et salariale pour les quelques 5’000 travailleurs genevois de la construction qui perdent, le 1er octobre, leurs conventions nationale et cantonale. Celles-ci réglementaient jusqu’ici les conditions de travail en matière de salaire, d’horaires de travail et d’assurances sociales. Les patrons genevois enterrent également toute possibilité de contrôle des conditions de travail dans le cadre des mesures d’accompagnement à la libre circulation, le bureau paritaire de contrôle des chantiers cessant ses activités le 1er octobre.

Les affirmations des patrons genevois selon lesquelles la résiliation des conventions collectives ne changera rien pour les maçons, ne sont que de la poudre aux yeux : comment garantir le maintien des conditions de travail dans un secteur qui, aujourd’hui déjà, souffre d’une dérégulation effrénée, et que les commissions paritaires constatent tous les jours des infractions majeures ?

Les travailleurs et les syndicats du bâtiment ne sont pas dupes. Ils savent que seule une convention collective les protège contre le démantèlement salarial et social voulu par les patrons. En quittant le partenariat conventionnel, les patrons choisissent le conflit social. Les travailleurs et les syndicats SIT, Syna et Unia sont prêts à relever le défi et annoncent d’ores et déjà des mesures de grève à partir du 1er octobre, afin que les patrons genevois retrouvent la raison et reprennent des négociations pour mettre fin au vide conventionnel.

Pour contact :

Sylvain Lehmann (SIT) : 079 753 70 91

Pasquale Reale (Syna) : 076 396 65 95

Manuel Fazendeiro (Unia) : 079 436 77 29



Derniers articles