Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Bref historique

samedi 18 août 2007 par Claude REYMOND

C’est au travers du président du syndicat du personnel de l’UIT qu’en 1995 se sont révélés les intérêts communs des salarié-e-s genevois d’avec ceux qui travaillent au service des organisations du système onusien (OI) établies à Genève.

En 1999, ils défilèrent ensemble au 1er mai et la FISCA devint même membre permanent du comité d’organisation de la journée revendicative internationale des travailleuses et travailleurs.

C’était l’époque où l’intelligence des représentants de personnel des OI les avaient amenés à établir des relations régulières entre chaque d’elles au sein du Groupe dit de Genève. Y furent plus tard adjoints des syndicalistes du CERN et d’autres ONG.

Très actif pendant plusieurs années, l’énergie du groupe s’est quelque peu dissoute consécutivement à certains départs du pays et en retraite. De plus, des divergences d’ordre syndical se sont fait jour au sein de la FICSA, elles portaient notamment sur la politique contractuelle qu’il s’agissait de négocier avec le Secrétaire général des Nations Unies. Il s’est alors produit une scission en son sein, qui eut des répercussions tant à New York qu’à Genève.

C’est à l’initiative du Syndicat du personnel du BIT et de New Wood que plusieurs réunions permirent dès 2005 la recomposition d’un tissu de contacts visant à renforcer les uns et les autres tant vis-à-vis de leur direction respective.

Tout au long de ce processus, Jean-Claude Prince (secrétaire de l’Union syndicale suisse et représentant de celle-ci dans la Délégation suisse auprès de l’Organisation internationale du travail) s’est employé à conseiller et à porter les revendications de la fonction publique internationale dans les instances du BIT auxquelles il participait.

Le secrétaire de l’Union des syndicats du canton de Genève, puis de la CGAS a fonctionné comme relais et prêté son concours aux meilleures relations de ces deux organisations syndicales faîtières locales avec les associations de personnel ou syndicats des OI genevoises.



Derniers articles