Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Publié sur le site de La Tribune de Genève

Les syndicats Unia, SIT et Syna « prêts à la lutte »

lundi 17 septembre 2007 par Claude REYMOND

ATS | 17 Septembre 2007 | 14h11

Les syndicats Unia, SIT et Syna sont prêts « à la lutte » sur le terrain, partout en Suisse et notamment à Genève. Ils font front commun contre le dumping salarial attendu du vide conventionnel dans la construction dès le 1er octobre.
« Nous tablons sur une forte mobilisation le 22 septembre, à Zurich, où se trouve le siège de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) », a indiqué lundi à Genève Jacques Robert, secrétaire régional d’Unia. Quelque 12 000 manifestants sont attendus parmi lesquels de nombreux maçons genevois.

Sur le terrain

Sur le terrain, dès le 1er octobre, des actions de contrôle des conditions de travail seront réalisées sur les chantiers genevois et toute modification à la baisse « sévèrement » dénoncée. Les pouvoirs publics comme les clients privés sont informés que les chantiers non conformes pourraient connaître « de graves perturbations ».

Les maîtres d’ouvrage seront tenus pour responsables de leurs sous-traitants. Aucun contrat de travail à la baisse ne sera toléré, ont encore indiqué les syndicats à l’intention des agences de travail temporaire.

Rappelant que dans deux semaines, il n’y aura plus de convention collective de travail nationale dans la troisième plus importante branche de Suisse, Jacques Robert a jugé l’évenement « déterminant » pour l’avenir du partenariat social.

« La convention de la maçonnerie est celle de la retraite à soixante ans, obtenue à la force du poignet en 2003, en décalage avec le discours patronal sur l’allongement de l’âge de la retraite ». Une victoire de haute lutte que « la SSE n’a pas pardonné » aux syndicats.

Flexibilité en question

Au coeur du conflit avec le SSE figure l’annualisation du temps de travail, refusée par les syndicats. En attendant, les négociations sur d’autres sujets passent à la trappe, comme celles des conditions de travail liées aux intempéries, ou l’installation de filtres à particules sur les camions qui opèrent dans les tunnels.

Le 1er octobre, syndicats et patronat se retrouveront dos à dos avec plus de 80 000 salariés de la branche sans convention collective (CCT) nationale. Le syndicat Unia a lui déjà débloqué 5 millions de francs pour financer des grèves éventuelles.


que nous remercions pour sa couverture médiatique de nos préoccupations TDG



Derniers articles