Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Paris, le 14 mai 2007

Fonds de solidarité ouvrière

avec les syndicalistes mineurs emprisonnés en Roumanie et leur famille

mercredi 30 mai 2007 par Claude REYMOND

Chers camarades,

... voir pages 7 et 8 de l’annexe ci-après

Vous trouverez ci-joint le Bulletin d’information de notre Fonds de solidarité. Numéro un peu spécial puisqu’il publie in extenso le rapport du Comité de la liberté syndicale adopté par le Bureau international du travail au mois de mars dernier.

Cette délibération, faisant suite à la plainte déposée à l’Organisation internationale du travail (OIT) en mai 2006 par la Confédération syndicale nationale MERIDIAN de Roumanie est un véritable succès dans notre campagne, puisque le Comité de la liberté syndicale demande au gouvernement roumain, comme vous le lirez, « d’ouvrir une enquête indépendante afin de déterminer si une procédure régulière a bien été respectée en ce qui concerne tous les inculpés et de revoir les interdictions imposées à Miron Cozma. Si l’enquête conclut qu’il y a eu discrimination antisyndicale, le comité prie le gouvernement de prendre des mesures afin d’assurer leur libération immédiate »

Cette délibération est d’autant plus importante qu’au moment où nous écrivons ces lignes nous parviennent de Roumanie les nouvelles les plus inquiétantes quant à la santé des syndicalistes emprisonnés. Outre Constantin Cretan et Dorin Lois, Miron Cozma lui-même serait dans une situation sanitaire plus que préoccupante. Il y a quatre mois jour pour jour, rappelons-le, la famille de Ionel Ciontu apprenait par la presse roumaine son décès en prison.

Vous prendrez connaissance dans notre bulletin d’une lettre d’un médecin roumain, et de la réponse qu’ont contresignée des médecins français, rendues publiques par le Comité international contre la répression (Cicr). Sur le plan qui est le leur, ces médecins français et roumains posent la question : « Ces hommes ont été condamnés à des peines de prison. Serait-il admissible que ces peines se transforment en condamnation à mort par refus de laisser aux détenus malades la possibilité de se faire réellement soigner ? »

Grâce aux versements que votre organisation a effectués, le Fonds de solidarité ouvrière a remis à la famille de chacun des quatre détenus – ainsi qu’à la veuve de Ionel Ciontu – un deuxième versement de 500 euros, à l’occasion du 1er mai.

Quels qu’en soient le montant, vos versements nous permettront de poursuivre cette solidarité ouvrière indispensable .

Veuillez recevoir nos meilleures salutations,

Jacques GIROD, syndicaliste, Yannick SYBELIN, syndicaliste, Dominique VINCENOT, Entente internationale (administrateurs du Fonds de solidarité)

PDF - 847.6 ko
235-Informations_Internationales.pdf
PS:

Versements : chèque à l’ordre de CMO, à envoyer à « Fonds de solidarité ouvrière (Roumanie) », 87 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris. Toute organisation syndicale envoyant un chèque recevra un reçu et le Bulletin d’information.




Derniers articles