Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Genève, le 7 février 2007, Communiqué de presse

Mode Discount Plus solde les salaires et la CCT !

mercredi 7 février 2007 par _information fournie par la composante

Mode Discount Plus emploie cinq vendeuses dans son enseigne genevoise. Quatre d’entre-elles ne gagnent pas le salaire minimum prévu par la Convention collective cantonale de la vente !

360 francs, voilà ce qui manque à certaines de ces vendeuses pour qu’elles perçoivent le salaire minimum conventionnel d’une employée non qualifiée. 360 francs sur 3560 francs, cela fait une différence de plus de 10% ! L’employeur ne solde pas que les vêtements, il solde aussi les salaires !

Mais pas seulement. Mode Discount Plus ne veut pas payer l’assurance perte de gain pour ses vendeuses. Cette assurance a été obtenue par les syndicats pour qu’un salarié ne se retrouve pas sans revenu en cas d’arrêt de travail prolongé.

Préavis de grève voté, à l’unanimité

Ce mercredi 7 février, le syndicat Unia a mené une action de protestation dans cette enseigne à Genève pour dénoncer ces violations de la CCT et alerter la clientèle qui s’est montrée solidaire des vendeuses. Ces dernières ont voté à l’unanimité un préavis de grève si le patron ne régularise pas la situation dans les 48 heures.

Avant cette action, le syndicat avait tout entrepris pour convaincre l’employeur de respecter ses obligations. La seule réponse a été une promesse d’augmentation des salaires de 70 francs cette année. C’est encore loin du minimum conventionnel !

Cinq ans après l’entrée en vigueur de la CCT genevoise de la vente, Unia estime que de telles violations sont intolérables. Le syndicat exige que Mode Discount Plus se mette en conformité avec les dispositions de la CCT

Trop d’employeurs dans la vente pensent encore que leur personnel est prêt à tout accepter pour conserver un emploi. Mais, ils se trompent. Les vendeuses et les vendeurs sont de plus en plus nombreux à faire appel à leur syndicat. Pour être respectés. Tout simplement, aussi, parce que leurs salaires ne leur permettent plus de boucler les fins de mois.

Syndicat Unia
Région Genève



Derniers articles