Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Résolution à l’intention des autorités et du patronat

Rassemblement sur la Plaine de Plainpalais du 19 décembre 2020

samedi 19 décembre 2020 par Joël VARONE

Nous, travailleuses et travailleurs, salarié-e-s, indépendant-e-s, faux-indépendant-e-s, en emploi, en sous-emploi ou sans plus d’emploi du tout,
nous, employé-e-s fixes, temporaires, à l’heure, à la tâche, avec ou sans statut, précaires ou plutôt précarisé-e-s,
nous, qui n’arrivons plus à payer nos factures, qui avons perdu notre toit ou qui risquons de le perdre,
nous, vivant-e-s ou survivant-e-s, exposé-e-s, sacrifié-e-s sur l’autel du chiffre d’affaire,
nous, les oublié-e-s des mesures d’aide, les méprisé-e-s des autorités,
nous, à qui l’on ne jette que des miettes, tandis que d’autres empochent des milliards,
nous, celles et ceux de qui on exige responsabilité et solidarité, alors qu’au mieux on nous abandonne, lorsque l’on ne s’attaque pas à nos droits,
nous, qui permettons tous les jours à la collectivité de continuer à fonctionner,
nous avons décidé de reprendre la rue, nous avons décidé de faire entendre notre voix, nous avons décidé de nous mobiliser,

  • jusqu’à ce que plus personne ne soit contraint-e-s de s’exposer inutilement et d’exposer les autres,
  • jusqu’à ce que la santé publique ne soit plus sacrifiée sur l’autel du profit,
  • jusqu’à ce que le 100% du revenu de chacun et chacune soit garanti,
  • jusqu’à ce que les emplois soient véritablement protégés, et que d’autres soient créés,
  • jusqu’à ce que plus personne ne soit laissé-e sur le bord du chemin.

Parce que nous voulons une sortie de crise solidaire, sociale, féministe et écologique, nous exigeons des mesures d’urgence pour les travailleurs-euses et des nouveaux droits pour protéger toutes les personnes dont les moyens d’existence ont été frappés par la crise.
Parce que cette crise sanitaire, sociale, économique, et climatique ne fait que creuser les inégalités, nous exigeons un meilleur partage des richesses.
Parce que nous ne voulons plus du monde d’avant, parce nous ne voulons pas d’un monde d’après encore pire, nous prenons la rue, et la reprendrons encore et encore, toutes et tous ensemble, autant qu’il le faudra. Jusqu’à ce que nous soyons entendu-e-s !
Jusqu’à la victoire, toujours !

Genève, le 19 décembre 2020



Derniers articles