Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

- 14 juin 2020 - on se mobilise, on s’organise malgré la crise

vendredi 5 juin 2020 par Joël VARONE

PROGRAMME de la journée :

11h00-14h00 : échappée féministe à vélo ou à pied (carte des parcours ici)
Dès 14h00 : rassemblement sur la plaine de Plainpalais et alerte à 15h24

programme complet ici avec le flyer d’appel


La pandémie de Covid-19 le montre avec force : le travail des femmes* est vital. Les tâches reproductives, essentiellement réalisées par les femmes* sont primordiales pour la société. Mais le coronavirus montre comment le système capitaliste, sexiste et raciste exacerbe l’exploitation de celles dont le travail est essentiel pour nos vies et le fonctionnement de la société. Le 14 juin 2020, nous nous mobiliserons dans toute la Suisse et occuperons l’espace public pour dénoncer les inégalités, les discriminations et les violences sexistes.

PAS DE RETOUR À LA NORME MÂLE

La pandémie a renforcé les raisons qui nous ont menées à faire grève il y a un an. Sexisme, racisme, homo- et transphobie, violences sexuelles, discriminations et exploitation se sont renforcées avec la crise sanitaire et avec la crise économique qui lui emboîte le pas. Conséquences :

La Covid-19 a augmenté les violences domestiques, cachées derrière les rideaux du confinement.
La Loi sur le travail a été suspendue dans le secteur hospitalier jusqu’au 1er juin, autorisant une exploitation inacceptable du personnel soignant, largement féminisé, travaillant jusqu’à 60 heures par semaine.
La crise sanitaire a mis au jour et aggravé la précarité extrême : les personnes sans-papiers sont sans ressources, les réfugié-e-s vivent dans des conditions plus dures que jamais, les procédures d’asile n’ont pas été suspendues. Le chômage et l’exclusion sociale sont en hausse.
Avec le confinement, le travail domestique gratuit a augmenté. Les femmes* ont cumulé le télétravail, la télé-école, la garde d’enfant en bas âge, 24h sur 24. Des milliers d’employées de maison ont perdu leur emploi et vont chaque semaine grossir la file de celles et ceux qui cherchent un colis de nourriture pour survivre.

Cela se passe ici, dans un des pays les plus riche du monde !

CORONAVIRUS OU PAS, ON SERA LÀ

Les inégalités, les discriminations et violences sexistes doivent cesser. C’est pourquoi, bien que le virus nous freine aujourd’hui pour appeler à une grève féministe aussi massive qu’en 2019, nous serons présentes le 14 juin pour revendiquer un changement urgent ! Nous le ferons avec détermination et responsabilité, dans le respect des gestes barrières et de la distanciation physique.

LE 14 JUIN, OCCUPONS L’ESPACE PUBLIC

Faisons la grève du travail domestique : ensemble, prenons ce dimanche pour nous reposer et nous mobiliser et laissons à d’autres les tâches ménagères et de soin.
Fabriquons une pancarte avec un slogan, une revendication, une proposition et allons toutes* la déposer sur une des places occupées par les collectifs dans les villes romandes. Si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas sortir, affichez votre pancarte à la fenêtre ou au balcon et partagez la photo sur les réseaux sociaux.
Soyons ensemble virtuellement, sur les webradios et sur les réseaux sociaux.

Les programmes des collectifs seront relayés sur la page facebook romande.

A 15h24 : ALERTE FÉMINISTE EN MUSIQUE

A 15h24, partout où nous serons nous occuperons l’espace sonore en musique et en slogans : sur les places où seront nos pancartes, dans la rue, à la maison, sur nos lieux de travail salarié.

Faisons du bruit pour être entendues. Occupons l’espace public. Nous voulons que toutes nos revendications soient enfin prises en compte.

NOUS NE LÂCHONS RIEN

Le 14 juin 2019, nous étions plus de 500’000 pour dénoncer les inégalités, les discriminations, les violences à l’encontre des femmes* Depuis, notre mobilisation se poursuit. La Coordination romande des Collectifs pour la grève féministe et des femmes* a élaboré une prise de position et des revendications pour une sortie féministe et écologique de la Covid-19.

Nous nous engageons pour le changement parce que nous voulons une société qui assure le bien-être des 99% de la population et non pas les profits des 1% !

Pour le cahier de revendications complet de la journée du 14 juin, c’est par ici.



titre documents joints

Derniers articles