Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

grève dans les organisations internationales le 29-11-1974

lundi 22 avril 2019

Le Journal de Genève rapporte

Genève, 29. — (ATS) Le personnel des organisations internationales à Genève, regroupé dans la Fédération des associations de fonctionnaires internationaux (FICSA), a observé vendredi, jusqu’à 12 h. 30, un arrêt de travail en signe de soutien avec les retraités de ces organisations.

Une résolution, adoptée au Palais des Nations par une assemblée réunissant, selon la FICSA, deux mille personnes, « proteste contre le fait que l’Assemblée générale des Nations Unies, l’administration de l’ONU et leurs organes n’ont pas protégé les retraités et le personnel en activité contre les effets de l’inflation et de la dévaluation du dollar ». La même résolution, qui a été envoyée au secrétaire général de l’ONU, M. K. Waldheim, « demande que le personnel participe effectivement à la fixation de ses conditions d’emploi ». Des assemblées analogues se sont tenues, avec des fortes participations, au GATT, à l’OMS, à l’OMM, au BIT et au BIE (Bureau international de l’éducation), où une résolution a été également adressée à M. Waldheim.

Le personnel de l’Union postale universelle (UPU), à la suite de l’appel lancé par les fonctionnaires internationaux de Genève, ont également observé vendredi matin un arrêt de travail de deux heures en signe de solidarité.
Réuni à cette occasion en assemblée générale extraordinaire, les quelque 135 employés du siège de l’UPU à Berne ont adopté une résolution dans- laquelle ils protestent énergiquement contre « la diffusion par un pays membre de l’ONU d’un aide-mémoire contenant des affirmations trompeuses et même inexactes concernant les traitements des fonctionnaires des catégories « P » et hors classe, d’autant plus que ce même pays reconnaît d’une manière indirecte (par le versement à ses ressortissants d’un supplément de rémunération pendant la durée de leur fonction à l’ONU) que les traitements en question ne sont pas à un niveau satisfaisant ».

La résolution ajoute que « les très grandes difficultés rencontrées par l’ONU et les institutions spécialisées pour le recrutement du personnel au niveau « P1 » et « P2 » constituent une preuve manifeste que les conditions matérielles offertes par le régime commun des Nations Unies n’ont pas l’attrait auquel certains voudraient faire croire ».



titre documents joints

Derniers articles