Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

7ème jour de grève des nettoyeuses Orgapropre - UBP

Nous ne baisserons pas les bras face aux attaques contre le droit de grève, rejoignez-nous !

jeudi 24 janvier 2019 par _information fournie par la composante

Lors de leur 6ème jour de grève, les grévistes et leurs soutiens se sont vu confronté-e-s à de véritables briseurs de grève provenant de l’UBP et d’Orgapropre. Tentatives d’intimidation, violence, séquestration, tous les moyens sont bons pour faire taire et décrédibiliser le mouvement de grève pour un plan social digne, visant au reclassement de tous-tes les licenciées.
Alors qu’Orgapropre et l’UBP se confortent dans leur refus de négocier, l’OCE, comme le conseiller d’Etat Mauro Poggia semblent avoir baissé les bras. Les nettoyeuses, elles, non.

Ce soir, jeudi 24 janvier 2019, il conviendra de soutenir les grévistes autour du seul siège de l’UBP, sise 96-98 rue du Rhône. Il s’agira ici non seulement de porter la voix de ces travailleuses et travailleurs méprisés, mais également, plus généralement, de défendre nos droits à nous mobiliser sans être violentés par des briseurs de grève à la botte d’un patronat réfractaire.

Une forte présence de militant-e-s syndicaux-ales et féministes et de personnes solidaires est nécessaire pour protester, informer et convaincre le maximum d’employé-e-s de se joindre à nous.

Rdv 17h45 précises au SIT, 16 rue des Chaudronniers.
Merci aux retardataires de se rendre directement au siège UBP, 96-98 rue du Rhône.
Uni-e-s, solidaires, déterminé-e-s, la lutte continue !

Parce qu’elle a perdu son mandat de nettoyer les bureaux de l’UBP-Union Bancaire Privée, l’entreprise de nettoyages Orgapropre a licencié 37 nettoyeuses.
Mandaté par plusieurs d’entre elles pour organiser la lutte pour le maintien de leur poste de travail ou obtenir un reclassement auprès de la nouvelle entreprise qui a reçu le mandat de nettoyer les bureaux de l’UBP, et un plan social, le SIT a adressé plusieurs propositions à Orgapropre et à l’UBP.
Elles sont toutes restée lettre morte. Il y a urgence d’agir puisque le contrat d’entreprise se terminera le 31 janvier prochain.
Licenciées comme des malpropres, les travailleuses en colère ont décidé d’entamer un mouvement de grève depuis mercredi 17 janvier - et de le poursuivre- jusqu’à obtenir satisfaction.
Chaque jour, de 18h à 20h, au lieu de nettoyer les bureaux, elles seront en grève.



Derniers articles