Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

NON le 25 novembre à la surveillance arbitraire de la population

jeudi 18 octobre 2018 par Claude REYMOND

TOUS LES ASSURÉS
DANS LE VISEUR

Aux yeux des assureurs, nous sommes toutes et tous des tricheurs potentiels. Ils demandent donc une loi pour pouvoir nous surveiller à l’aide de détectives, même sans véritables soupçons. Et jusque dans la chambre à coucher. Cela va vraiment trop loin.

PLUS DE DROITS
QUE LA POLICE

Normalement, les fraudeurs sont dénoncés à la police. Si un juge donne son accord, celle-ci procède à une enquête et à une surveillance. Les assurances ne devraient pas pouvoir jouer à la police dans leur propre intérêt et espionner les gens. Il n‘en est pas question.

ON EPARGNE
LES GROS POISSONS

Pour détecter les petites tricheries à l’assurance, on sort l’artillerie lourde : espions, drones, surveillance secrète ... Mais celles et ceux qui fraudent le fisc à grande échelle ou commettent des crimes économiques sont épargnés, car les moyens font défaut. C’est aberrant.



titre documents joints

Derniers articles