Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Les logements doivent être adaptés à tous les revenus

vendredi 8 avril 2016

1. DAVANTAGE DE COOPÉRATIVES ET DE LOGEMENTS BON MARCHÉ !

Se loger à Genève est devenu un parcours du combattant. La pénurie fait rage, tandis que les logements que l’on construit sont souvent inacessibles et ne correspondent pas aux besoins de la population.

Aujourd’hui, il faut construire des logements abordables pour toutes et tous. La Constitution garantit le droit au logement, faisons-en une réalité !

Les logements doivent être adaptés à tous les revenus

Lorsque l’on construit de nouveaux quartiers, la loi prévoit que les logements répondent aux « besoins prépondérants de la population ». Cependant, la moitié des logements construits à Genève sont des appartements à vendre ou des villas, inaccessibles à la plupart des gens.

Cette initiative corrige enfin la situation, avec une répartition des logements qui correspond aux capacités financières de la population. Dans les zones de développement, on construira ainsi des logements pour toutes et tous.

En garantissant la construction de 80 % de logements locatifs, ces initiatives assurent à tout le monde la possibilité de se loger. Peu de personnes ont en effet le revenu et la fortune nécessaires pour acquérir un appartement ou une villa. Pourtant, ce type de logements s’est excessivement développé sur le canton, empêchant l’écrasante majorité de trouver un logement abordable.

En garantissant la construction de 50 % de logements d’utilité publique en zone de développement, ces initiatives augmentent de manière conséquente le nombre de logements bon marché. Alors que la loi fixe un objectif de 20 %, on ne compte même pas 10 % de logements d’utilité publique sur le canton. Conséquence : les loyers sont trop élevés et pèsent lourdement sur le budget, en plaçant bien des gens dans une situation difficile.

Des maîtres d’ouvrage sans but lucratif, comme les coopératives, mettent fin à la spéculation

Les loyers en coopérative sont 15 à 20 % plus bas que sur le reste du marché, selon l’Office fédéral de la statistique. En retard sur la Suisse alémanique, Genève ne compte que 7 % de coopératives.

Les maîtres d’ouvrage sans but lucratif représentent un énorme potentiel pour sortir les logements de la spéculation, proposer des loyers abordables qui correspondent aux coûts réels et assurer la participation des habitants dans les décisions.

En fixant un objectif de 50 % de maîtres d’ouvrage d’utilité publique, on développe les coopératives et on garantit la réalisation de logements bon marché par les fondations de droit public.

2. UNE PRIORITÉ EN PÉRIODE DE PÉNURIE !

On parle de pénurie tant que le taux de logements disponibles est inférieur à 2 %. A Genève, il ne s’élève qu’à 0,4 % ! Avec un tel manque de logements, il est essentiel de s’assurer que les logements créés correspondent aux besoins de la population, avec des loyers abordables, faute de quoi il est encore plus difficile de trouver à se loger. En garantissant que les logements construits correspondent aux besoins de la population lors de chaque déclassement, on permet à tout le monde de trouver un logement adapté alors que la pénurie réduit le choix presque à néant.

Mettons enfin en place une véritable politique publique qui concrétise le droit au logement !



titre documents joints

Derniers articles