Communauté genevoise d’action syndicale

Organisation faitière regroupant l’ensemble des syndicats de la République et canton de Genève

Rue des Terreaux-du-Temple 6 - 1201 Genève - phone +41 22 731 84 30 fax 731 87 06

iban CH69 0900 0000 8541 2318 9

Mercredi 2 mars 2016 à 20h00 = débat sur l’Accord sur le Commerce des Service (TiSA)

Soirée d’information et de débat sur l’Accord sur le Commerce des Service (TiSA) qui aura lieu le

Mercredi 2 mars 2016 à 20h00 - Maison des Associations, Salle Gandhi - Rue des Savoises 15, 1205 Genève

Avec les intervenants suivants :

Jacques Cambon, ingénieur hydrologue, membre d’Attac France et animateur des réseaux contre les traités de libre-échange en France voisine

Paolo Gilardi, comité Stop TiSA, membre du SSP et du Comité unitaire de la lutte de la fonction publique

Roger Deneys, membre du Grand Conseil, auteur de la résolution contre TiSA, acceptée par la majorité du Parlement genevois

Organisé par le comité Stop-TiSA et soutenu par le MvRC

En espérant vous y rencontrer !

Connaissez-vous TiSA ?

TiSA (Trade in Services Agreement) est un accord de libre-échange sur le commerce des services négocié en toute discrétion depuis 2013. La Suisse en fait partie avec l’Union européenne, les États-Unis, le Canada, l’Australie et une vingtaine d’autres pays. L’objectif de TiSA : libéraliser l’ensemble des services, ce qui veut dire les soumettre à la concurrence internationale et les déréglementer au maximum, qu’il s’agisse de services publics, de services subventionnés ou de services privés. Les prestations des services publics seraient dès lors considérées comme de la concurrence déloyale pour les entreprises privées. Même les acquis syndicaux seraient attaqués. Certaines politiques publiques, décidées démocratiquement, dans le domaine des transports, de l’énergie, de la protection des consommateurs ou encore de la santé et de la formation deviendraient inapplicables car considérées comme des “obstacles non nécessaires au commerce” selon cet accord, des obstacles aux profits des multinationales.

Conscientes de la gravité de l’enjeu, plusieurs communes se sont d’ores et déjà déclarées hors TiSA. A ce jour, ce sont la Ville et le canton de Genève, Carouge, Meyrin, Plan-les-Ouates, Puplinge, Lausanne, Renens et la ville de Zurich. Cet accord de libre-échange menace les services publics et porte gravement atteinte à nos droits démocratiques. Quant à nous, citoyens, il est urgent, vital, que tous nous soyons maintenant informés des implications de TISA, un accord que nos médias semblent toujours ignorer !



Derniers articles